ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 21 Avril 2019

INSOLITE - Publié le 21/12/2018 à 00:21


Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!


AFP

Se découvrir de nouveaux cousins sous le sapin: c'est la dernière tendance aux Etats-Unis, où les Américains en quête de leurs origines alimentent un marché des tests ADN en plein essor, malgré les risques de mauvaises surprises au moment des résultats.

"Nous avons été vraiment étonnés!". Flora Bertrand, 40 ans, a offert à son mari l'un de ces kits pour une petite centaine de dollars.

Ils consistent en une simple boîte commandée sur internet, contenant un tube en plastique dans lequel il faut cracher. Cet échantillon de salive doit ensuite être renvoyé par courrier, et environ un mois plus tard, les résultats sont disponibles en ligne, sur un espace personnel.

Vous y trouvez alors la plupart du temps une carte du monde indiquant les régions d'origine de vos ancêtres et le pourcentage d'ADN qui en provient. Il est aussi souvent possible de visualiser les migrations de ses aïeux.

Le mari de Flora, originaire de Trinité-et-Tobago ne pouvait "remonter ses origines que sur quelques générations", à cause d'ascendants victimes du commerce d'esclaves, explique cette habitante de New York.

"Le plus gros choc" a été de découvrir un fort pourcentage d'origines européennes: "18% britannique et 1% irlandaises!"

- Secteur en plein boum -

Comme eux, des millions d'Américains se lancent dans l'aventure. Le secteur "connaît une croissance exponentielle depuis 2017", explique Heather Zierhut, professeure assistante en génétique à l'université du Minnesota.

Pour Noël, la petite dizaine d'entreprises actuellement sur le marché redoublent d'offres promotionnelles et d'efforts marketing, à grand renfort de belles histoires de retrouvailles, comme celle d'une femme de 69 ans qui, grâce à un test reçu pour Noël, a retrouvé sa mère biologique, qui la pensait morte à la naissance.

Ces tests comparent "le profil génétique d'un individu à une base de données de populations de plusieurs parties du monde", explique Mme Zierhut. Et "les entreprises peuvent également comparer le pourcentage de votre ADN partagée avec d'autres personnes ayant fait le test."

Les deux leaders du secteur, AncestryDNA et 23andMe, revendiquent respectivement 10 et 5 millions de personnes testées. Les enquêtes pour retrouver un proche sont ainsi de plus en plus rapides, en croisant les résultats avec, par exemple, des documents d'état civil publics.

Selon le porte-parole de MyHeritage, les recettes de l'entreprise sont passées de 60 millions en 2016 à 133 millions un an plus tard.

"Nous planifions de doubler nos ventes pour Noël 2018 par rapport à 2017", ambitionne pour sa part David Nicholson, co-fondateur de Living DNA. Sa société propose ses services dans 90 pays - mais pas en France, où ces tests sont interdits.

- Résultats traumatisants -

Toutefois, "les tests ADN ne sont pas toujours le meilleur cadeau pour Noël", tempère Maarten Larmuseau, chercheur spécialisé en généalogie génétique à l'université KU Leuven, en Belgique.

D'abord, les résultats peuvent être décevants et varier d'un test à l'autre, car ils dépendent beaucoup de la base de données de comparaison.

De plus, les participants sont rarement conscients du fait que "des résultats inattendus ou sensibles" peuvent être dévoilés, explique M. Larmuseau.

"Je reçois souvent des e-mails ou des appels de personnes ayant découvert que leur père n'est pas leur père biologique, ou qu'ils ont un demi-frère", témoigne-t-il.

Elles reçoivent "ces résultats bouleversants et souvent traumatisants sans aucune aide psychologique", regrette le chercheur, qui dénonce aussi la possibilité de tester des mineurs, voire des bébés.

Certains groupes proposent en outre des services optionnels axés sur la santé, permettant par exemple de détecter des pré-dispositions à des maladies comme Alzheimer ou Parkinson -- pas la meilleure nouvelle un 25 décembre.

Dernier problème de taille: la protection des données. Outre les risques de piratage, de nombreuses entreprises utilisent les informations récoltées pour des partenariats, y compris avec des sociétés à but lucratif comme des groupes pharmaceutiques.

Les données -anonymisées- peuvent être "partagées avec d'autres entreprises à des fins de recherche, sur la généalogie ou des maladies", avertit Sonia Suter, professeure de droit et de bioéthique à l'université George Washington.

"Je ne pense pas que le contrôle de ces entreprises soit suffisant en termes de vie privée", juge-t-elle, car elles ne sont notamment pas soumises au secret médical garanti par la loi américaine.

"Cela ne veut pas dire que vos informations seront immédiatement accessibles aux assureurs ou aux forces de l'ordre", dit-elle, mais "n'utilisez pas ce test simplement parce que vous l'avez" sous votre sapin.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


En Chine, le cafard s'introduit dans les assiettes
Un python de plus de 5 mètres capturé en Floride
La Géorgie veut faire pousser des vignes sur Mars
La bière aux oeufs, un cocktail de gourmets au Vietnam
Philippines: 750 mygales dans un paquet cadeau
Trois lettres de Napoléon à Joséphine vendues à plus de 500.000 euros
Brésil : deux jumeaux paieront des pensions alimentaires au même enfant
Une famille de Saint-Pétersbourg a vécu plus de 70 ans sur un obus
Chine: un prof a empoisonné ses 23 élèves
A Tokyo, un méga-burger à 800 euros pour célébrer le nouvel empereur
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Des archéologues ajoutent l'urine à leur boîte à outils
Argentine: découverte d'un cimetière de dinosaures datant de 220 millions d'années
L'un des plus grands mammifères terrestres découvert au Kenya
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
Vivre comme sur Mars? Une base ouvre dans le désert chinois
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.048 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.