ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 24 Mars 2019

SANTE - Publié le 19/12/2018 à 11:25


A Mossoul, après le black-out de l'EI, la chirurgie esthétique est à la mode


AFP

Pendant trois ans, les femmes devaient se couvrir intégralement de noir et les hommes arborer une barbe. La chirurgie esthétique était un "péché" et les centres de beauté fermés. Aujourd'hui, à Mossoul, les implants capillaires et les liftings font fureur.

Les premières cliniques d'esthétique ont fait leur apparition à peine quelques semaines après la libération en juillet 2017 de cette grande ville du nord irakien, qui a vécu plusieurs années sous la férule du groupe Etat islamique (EI).

Au total, cinq établissements ont ainsi ouvert à Mossoul en moins d'un an et demi. La ville a vu surgir des enseignes clinquantes vantant les mérites des lasers, des injections et de différentes méthodes chirurgicales pour redessiner un front bosselé, faire renaître une chevelure ou atténuer les traces de brûlures ou des marques sur la peau.

Raji Najib, un Syrien installé à Mossoul, voulait venir à bout de sa calvitie. Il a fini par se laisser convaincre par plusieurs amis, dont les crânes avaient été regarnis grâce à des implants posés dans un établissement local.

"Ils m'ont dit que les équipements étaient modernes, les soignants compétents et les prix attractifs", affirme à l'AFP cet employé du secteur privé de 40 ans.

- Du plasma pour rajeunir -

A Mossoul, pour des implants capillaires, il faut débourser 800 dollars (705 euros), suivi post-opératoire inclus. A quelques dizaines de kilomètres de là, à Erbil - la capitale de la région autonome du Kurdistan - ou en Turquie voisine, il faut compter au moins 400 dollars de plus (350 euros), auxquels s'ajoutent les frais de déplacement.

Pour de simples injections de plasma, une technique de rajeunissement censée prévenir la chute de cheveux au bout de trois à six séances, il faut compter l'équivalent de 63 dollars (55 euros) par séance à Mossoul, quand à Erbil c'est au moins 20 dollars (17 euros) de plus.

Ces écarts de prix reflètent le contexte socio-économique à Mossoul, une cité minée par les années de guerre et où le marché de l'emploi est bien peu vaillant, des bas salaires au chômage galopant.

Outre des tarifs plus attractifs, plaide encore M. Najib, "les cliniques à Mossoul m'ont facilité la vie car je n'ai pas le temps pour voyager" jusqu'au Kurdistan voisin, à Bagdad ou à l'étranger, comme le faisaient jusqu'alors tous ceux qui voulaient recourir à la chirurgie esthétique.

Car, bien avant l'EI, dans l'Irak sous embargo où les milices et les groupes jihadistes se livraient à des violences communautaires, seules de rares opérations de chirurgie réparatrice avaient lieu à Mossoul. Et pour avoir accès à la seule unité chargée de telles procédures médicales, il fallait prouver une gêne occasionnée par un handicap de naissance ou un grave accident.

Aujourd'hui, les cinq cliniques d'esthétique de la ville ne désemplissent pas. Des clients de tous âges - surtout des hommes - se pressent dans ces établissements aux lumières criardes et au décor ultra-chargé.

Seringue en main, une employée du centre Shahrazad (Shéhérazade) injecte du plasma dans le cuir chevelu d'une femme qui serre les dents. Comme cette dernière, ils sont plus d'une dizaine de clients à venir chaque jour pour des soins dans cet établissement, assure la direction.

Mouhannad Kazem, un Mossouliote de 40 ans qui dirige le centre Razane, est le premier à s'être lancé dans ce business. Sa clinique propose aussi des soins dentaires, notamment des blanchiments. Son argument de vente? "Des professionnels venus du Liban, et des traitements et machines importés de l'étranger", dit-il à l'AFP.

- Blessés de guerre -

La direction provinciale de la Santé assure surveiller de près ces cliniques esthétiques qui, de fait, remplacent les hôpitaux dans de nombreux cas.

L'offre médicale à Mossoul s'est en effet considérablement réduite lors des trois années de règne du "califat" autoproclamé par l'EI et des neuf mois de combats dévastateurs pour déloger ce groupe de la ville.

Depuis l'arrivée des jihadistes en 2014, le nombre de lits d'hôpitaux à Mossoul a été divisé par plus de deux, passant de 3.657 à 1.662, selon la commission provinciale des droits de l'Homme.

Au centre Shahrazad, Alia Adnane, une soignante, voit "des problèmes de peau ou de cheveux dus au stress et à la pollution qui a déferlé sur Mossoul sous l'EI puis pendant les combats pour la libération". Mais la clinique esthétique accueille aussi des blessés de guerre portant encore des traces de brûlures dues à des explosions.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Un régime alimentaire pauvre en calories aide à réguler le système immunitaire
La pratique d'un sport en équipe associée à une réduction des risques de dépression chez les garçons de 9-11 ans
Journée nationale du sommeil : comment trouver son rythme idéal ?
Poissons panés: trop d'additifs, d'arômes et de sucres ajoutés, dénonce la CLCV
Ebola en RDC: un cas confirmé à Bunia, une des grandes villes de l'Est
Les lingettes contenant un conservateur toxique ne doivent pas être utilisées sur les fesses des bébés
Papillomavirus: appel pour la vaccination des filles mais aussi des garçons
Possible d'éradiquer la tuberculose en 25 ans, avec de l'argent
Boire du thé très chaud augmente les risques de cancer de l'œsophage
La grippe à l'origine de 7.200 décès, l'épidémie bientôt terminée
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La Nasa diffuse des photos du grand météore que personne n'avait vu
Canada: un T-Rex découvert en 1991 est le plus grand au monde
Pourquoi nos messages aux extraterrestres restent sans réponses ?
Les requins, une famille plus menacée que prévu
Un régime alimentaire pauvre en calories aide à réguler le système immunitaire
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.043 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.