ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 24 Janvier 2019

PLANETE - Publié le 18/12/2018 à 15:50


La quasi-totalité des poissons en grande surface non issus de la pêche durable


AFP

La quasi-totalité des poissons présents sur les étals des grandes surfaces ne sont pas issus de la pêche durable, notamment le cabillaud, la sole et le bar, pourtant menacés par la surpêche, selon une enquête publiée lundi par l'UFC-Que Choisir.

Selon l'association de consommateurs, qui a mené une enquête auprès de 1.134 poissonneries de grandes surfaces entre le 20 janvier et le 3 février derniers, pas moins de 86% des poissons vendus dans la grande distribution sont pêchés selon des méthodes non durables ou dans des stocks surexploités.

Or, précise l'association dans un communiqué, "88% des stocks de poissons européens sont actuellement surexploités ou voient leur capacité à se reconstituer menacée, induisant dès lors un risque d'effondrement des stocks pour des espèces particulièrement menacées telles que le bar".

L'enquête avait un double objectif, souligne UFC-Que Choisir: vérifier le respect des mentions obligatoires sur les méthodes de pêche et les zones de capture et analyser les résultats sur la durabilité des ressources exploitées, tant en termes de méthodes de pêche que de zones de captures.

"Le résultat est malheureusement tristement sans appel: la grande distribution n'a aucune politique d'approvisionnement durable pour les trois espèces étudiées", affirme l'association.

Or, trois quarts des achats de poissons frais et autres produits de la mer des consommateurs français sont réalisés dans la grande distribution, selon une étude de l'institut FranceAgrimer datant de septembre 2018.

Par ailleurs, poursuit l'association, dans deux tiers des cas, les mentions obligatoires sont "absentes, fantaisistes ou trop vagues".

Ainsi, "avec plus de trois poissons sur quatre mal étiquetés, Intermarché décroche la palme, talonné par Système U et Leclerc qui totalisent respectivement 76% et 67% d'étiquetages non conformes", affirme UFC-Que Choisir.

S'agissant des zones de capture, l'association a relevé des mentions vagues du type "Atlantique" ou "Méditerranée": "or, en l'absence de zone maritime précise, on ne peut pas identifier les poissons provenant de stocks surexploités", estime-t-elle.

Quant à l'information sur les méthodes de pêche, elle est absente pour un poisson sur quatre, précise UFC-Que Choisir.

Interrogé par l'AFP lundi, Intermarché a affirmé être "en train d'étudier l'enquête" et indiqué "espérer" être en mesure de réagir mardi, tandis que ni Système U ni Leclerc n'étaient en mesure de répondre aux critiques formulées par l'UFC-Que choisir.

Contacté lui aussi, le ministère de l'Agriculture n'a pas réagi dans l'immédiat.

Compte tenu des résultats de cette enquête, l'association demande à ce que les ministres européens de la Pêche alignent "strictement les futurs quotas sur les recommandations émises par les experts du Conseil international pour l'exploration de la mer" et que "l'étiquetage réglementaire intègre un indicateur explicite de la durabilité du poisson".

Elle annonce par ailleurs qu'elle saisit la Répression des fraudes afin qu'elle réalise des contrôles sur le respect des dispositions réglementaires d'étiquetage.

Hécatombe en Australie: un million de poissons d'eau douce retrouvés morts
Restaurer l'environnement: quand les solutions deviennent problèmes
Un nouveau médusarium hypnotique pour sensibiliser à la santé des océans
Roméo, une des dernières grenouilles de son espèce, a trouvé sa Juliette
Les eaux de la Patagonie, laboratoire naturel pour étudier le changement climatique
La glace de l'Antarctique fond plus vite que jamais
Le monde avance en somnambule vers le désastre climatique, craignent les organisateurs à Davos
Le safe sex, version bernard-l'ermite
Justin Trudeau interpelle Shinzo Abe sur la chasse à la baleine
Le réchauffement des océans revu à la hausse
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les enfants bilingues n'ont pas plus de facilités que les autres en matière de concentration.
Adopter un mode de vie similaire à celui des chasseurs cueilleurs permettrait de rester en bonne santé
La taille et le poids influenceraient plus la longévité féminine que masculine
Japon: un satellite lanceur de météorites en orbite pour un spectacle spatial inédit
La NASA et la Chine collaborent sur la Lune
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.042 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.