ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 20 Juin 2019

SANTE - Publié le 13/12/2018 à 12:21


La résilience provient d'anomalies dans le cerveau


AFP

D'après une récente étude américaine, certaines personnes sont résilientes après avoir vécu un traumatisme qui a entraîné des modifications dans le cerveau.

Les personnes victimes de maltraitance durant leur enfance subissent généralement des modifications dans l'architecture de leur cerveau, qu'elles développent ou non des troubles psychiatriques.

Une étude de Harvard Medical School, publiée dans Biological Psychiatry, prouve que les personnes ne présentant aucun trouble psychologique après avoir vécu des traumatismes subissent des modifications supplémentaires dans l'architecture de leur cerveau. Pour l'équipe de scientifiques, ces modifications supplémentaires seraient un moyen de compenser les effets néfastes de la maltraitance.

Pour cette étude, les chercheurs souhaitaient découvrir la raison pour laquelle certaines personnes ayant subi des traumatismes présentaient des troubles psychologiques tels que l'anxiété, la dépression ou l'addiction, tandis que d'autres étaient résilients.

L'équipe de chercheurs a étudié le cerveau de 342 jeunes adultes, dont plus de la moitié avaient vécu de la maltraitance durant leur enfance.

D'après les résultats des tests, tous les participants ayant vécu des cas de maltraitance durant leur enfance présentaient les mêmes anomalies au niveau de leur cerveau.

Les jeunes adultes qui avaient subi des violences infantiles mais qui étaient résilients avaient des anomalies supplémentaires. Ces anomalies se trouvaient dans des zones spécifiques du cerveau qui réduisaient leur susceptibilité à développer des troubles psychologiques.

Ces anomalies, ou modifications supplémentaires, ont diminué l'efficacité du transfert d'informations concernant les violences subies, vers les zones du cerveau impliquées dans des troubles psychologiques.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Réduire sa consommation de viande au quotidien pourrait allonger l'espérance de vie
Passer au moins 2 heures par semaine dans la nature aurait des effets bénéfiques sur notre santé
Les chauves-souris, première cause de cas mortels de rage humaine aux États-Unis
Deux expressos contre une maladie orpheline, c'est fort de café
L'activité physique dès l'âge de 3 ans préserve la santé cardiovasculaire des enfants
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
La narcolepsie boosterait la créativité
Maladie de Lyme: 13 ans de controverses
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.069 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.