ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 20 Juin 2019

SANTE - Publié le 13/12/2018 à 12:19


Les bactéries intestinales, piste de recherche pour traiter le diabète


AFP

Certaines bactéries intestinales pourraient avoir des propriétés "anti-diabétiques" et ainsi, aider à traiter les patients atteints de diabète de type 2, selon une équipe de chercheurs, qui a reçu mercredi un prix pour financer son projet de recherche.

Les chercheurs, qui ont déjà identifié 24 souches de bactéries, veulent maintenant les isoler et les cultiver de façon industrielle, puis tester leur efficacité chez la mouche drosophile et la souris, avant un essai clinique chez l'homme en 2020, a expliqué le Dr Hubert Vidal, directeur de recherche à l'Inserm, au cours d'une conférence de presse organisée par la Fondation francophone pour la recherche sur le diabète (FFRD).

"On ne va pas soigner le diabète juste avec des probiotiques", avertit toutefois le chercheur. Il s'agit plutôt d'utiliser ces bactéries "en synergie avec d'autres molécules".

Parmi les pistes envisagées, les bactéries ayant prouvé leur efficacité pourraient permettre de prescrire aux malades une dose plus faible de metformine. Cet antidiabétique oral est le plus prescrit aux patients diabétiques de type 2 (sous les noms commerciaux Glucophage, Stagid et leurs génériques), mais il provoque souvent des troubles digestifs.

Le diabète est un trouble d'assimilation des sucres par l'organisme. Le diabète de type 2, qui représente 90% des cas et qui progresse le plus, correspond à une hausse prolongée du taux de sucre dans le sang, souvent liée à l'obésité et à la sédentarité.

On sait depuis plusieurs années que le déséquilibre du microbiote intestinal joue un rôle dans le diabète, mais on est encore loin de pouvoir en tirer des traitements, car "il existe un verrou important dans l'identification et la sélection de souches bactériennes ayant une réelle efficacité", par exemple pour améliorer la dégradation du glucose ou la sensibilité à l'insuline, explique ce spécialiste du diabète et de la nutrition.

Autre difficulté: faire en sorte que les bactéries identifiées conservent leurs propriétés et ne "dérivent" par lorsqu'on les cultive puis qu'on les prépare pour les utiliser en thérapie.

Enfin, "ce n'est pas parce qu'on rajoute une souche bactérienne dans notre microbiote qu'on va juste avoir l'effet bénéfique de cette souche", a souligné le Dr Vidal. "Il va y avoir tout un rééquilibrage de l'écosystème (...) avec des interactions qui peuvent être positives ou négatives".

L'allocation de recherche de 300.000 euros octroyée par la FFRD permettra à son équipe - en collaboration avec trois autres groupes de chercheurs - de franchir les étapes jusqu'au début de l'essai clinique, a-t-il expliqué, ajoutant chercher des partenaires industriels pour la suite de l'étude.

Le monde comptait plus de 425 millions de diabétiques en 2017, et leur nombre pourrait passer à 629 millions en 2045, selon la Fédération internationale du diabète (FID).

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Réduire sa consommation de viande au quotidien pourrait allonger l'espérance de vie
Passer au moins 2 heures par semaine dans la nature aurait des effets bénéfiques sur notre santé
Les chauves-souris, première cause de cas mortels de rage humaine aux États-Unis
Deux expressos contre une maladie orpheline, c'est fort de café
L'activité physique dès l'âge de 3 ans préserve la santé cardiovasculaire des enfants
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
La narcolepsie boosterait la créativité
Maladie de Lyme: 13 ans de controverses
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.064 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.