ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 20 Juin 2019

PLANETE - Publié le 13/12/2018 à 12:16


Au Bangladesh, le combat d'un homme pour sauver les arbres un par un


AFP

Il arrache le clou rouillé du tronc d'arbre et le laisse tomber dans son seau:, encore une monstruosité qu'il a effacée du paysage. Ohid Sarder mène une croisade en solitaire pour nettoyer le Bangladesh.

Défenseur convaincu de l'environnement, cet homme de 53 ans parcourt le pays à bicyclette afin de libérer les arbres des affiches et pancartes accrochées à leur tronc.

Au Bangladesh, il est fréquent que les arbres soient utilisés comme des espaces publicitaires gratuits. Sur certains arbres, chaque centimètre carré d'écorce ou presque est recouvert d'affiches.

Avec le temps, les pancartes se désintègrent mais les clous restent fichés dans le bois et Ohid Sarder s'est donné pour mission de panser les blessures des arbres.

"Ils vivent et ressentent la douleur tout comme nous", déclare à l'AFP ce pourfendeur de la pollution alors qu'il sillonne le district de Jessore, dans le sud-ouest du pays. "J'ai vu des arbres être tués par ces clous, j'ai vu combien ils souffrent à cause de ça".

Ce maçon a grandi dans l'admiration de Jagdish Chandra Bose, un botaniste bengalais de premier plan qui écrivit sur les émotions des plantes dans les premières décennies du 20e siècle.

- 80 kilos de clous -

C'est sous son inspiration que M. Sarder a commencé à planter des arbres chez lui, dans le district central de Jhenaidag, et dans le district voisin de Jessore, une pratique qu'il a conservée toute sa vie.

Mais il s'est dit récemment que ce n'était pas assez et qu'il fallait protéger les végétaux existants.

Il sillonne donc les routes du Bangladesh - généralement en piteux état - armé de son vélo, d'un seau et d'une perche en métal prolongée de deux espèces de dents en pied de biche, qui lui permettent d'arracher les clous et les pieux des troncs d'arbres.

Depuis le début de sa campagne en juillet, il a collecté plus de 80 kilos de clous.

"Ca a l'air facile mais ça ne l'est pas. Il faut beaucoup d'efforts pour arracher un clou rouillé qui est là depuis des années", dit M. Sarder, dont l'épouse se plaint qu'il passe plus de temps à faire ce travail bénévole qu'à gagner de l'argent comme maçon.

Souvent, il retourne sur ses pas pour s'apercevoir que ses troncs bien-aimés ont été à nouveau défigurés par des clous et des affiches.

- "Fou" -

"Vous savez ce qui me fend le plus le coeur? C'est que la plupart de ces pancartes font de la publicité pour des médecins, des avocats, des enseignants. Ils sont tous bien éduqués, pourquoi diable ne peuvent-ils s'abstenir de détruire les arbres?", lance Ohid Sarder.

Son travail attire des foules de curieux. "Personne ne fait vraiment ce genre de boulot. Les gens croient que je suis fou", dit l'intéressé.

C'est pourquoi, dans une tentative de prosélytisme pro-arbres, il a accroché à l'avant de son vélo une pancarte pour expliquer leurs bienfaits et la nécessité de protéger la nature.

"Je fais de mon mieux pour expliquer l'importance d'avoir davantage d'arbres, afin d'inciter les gens à en planter d'autres et à en sauver encore plus".

Il demande aux autorités d'interdire ces affichages sauvages, en vain pour l'instant, et jure qu'il continuera le combat, convaincu que les gens sont de plus en plus conscients du changement climatique et du besoin de protéger l'environnement.

Au Bangladesh, un pays pauvre de 160 millions d'habitants parcouru par les cours d'eau, les inondations sont fréquentes. Selon les spécialistes, les arbres permettent de minimiser les dégâts provoqués chaque année par les déluges car ils absorbent l'eau et empêchent les sols de s'éroder.

"Ce qu'on n'a pas compris, c'est que pour conserver l'équilibre de la nature, on a besoin de plus d'arbres", résume Ohid Sarder.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une épidémie menace un perroquet en danger d'extinction
Bonheur et Harmonie : deux pandas prometteurs pour la survie de l'espèce
L'océan, un poumon de la planète au coeur des enjeux climatiques
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
L'Inde suffoque sous la chaleur, jusqu'à 50°C
Europol: sauvetage de milliers de reptiles destinés à finir en sac à main
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Les chimpanzés ne survivent plus que dans des ghettos forestiers
Encore loin du zéro déchet, les Sénégalais mènent la lutte contre les ordures
Océans: en vue du G20, Tokyo affiche des mesures contre la pollution plastique
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.066 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.