ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 24 Mars 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 03/12/2018 à 12:51


Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique



L'action se passe dans les années 1950. Une armée d'humains anéantit une colonie d'extraterrestres. Les mains sur son téléphone, les yeux rivés sur son petit écran, le fabricant de jeux vidéo sud-africain Simon Spreckley s'amuse comme un fou avec sa nouvelle création conçue pour les mobiles.

"Le taux de pénétration du téléphone portable en Afrique est très élevé. Les gens possèdent souvent deux, voire trois téléphones. C'est la folie", estime le tout juste quadragénaire, vêtu d'un tee-shirt représentant "Brute", du nom de l'extraterrestre à quatre bras tout droit sorti de son dernier jeu, "Invasion Day".

Comme Simon Spreckley, de nombreux développeurs africains optent pour la création de jeux destinés aux téléphones et tablettes, et non aux consoles traditionnelles comme la PlayStation ou les ordinateurs fixes.

"L'Afrique a énormément de potentiel parce que c'est un continent essentiellement de mobiles", explique Sidick Bakayoko, 34 ans, fondateur de Paradise Game, qui regroupe des développeurs ivoiriens.

"On a fait ce bond technologique. Au lieu de passer par le PC, nous sommes allés directement au mobile", dit-il à l'AFP à l'occasion de la convention Africa Games Week, qui a réuni au Cap du 28 novembre au 2 décembre codeurs de jeux, développeurs, artistes et géants de l'industrie.

"Aujourd'hui, il est très facile de se payer un téléphone mobile grâce à un certain nombre de smartphones à bas prix", assure Sidick Bakayoko, alors que des mordus de jeux vidéo testent à côté de lui de nouvelles créations.

Le nombre croissant de jeux africains pour les appareils mobiles s'explique aussi par l'explosion des moyens bancaires sur portable, comme Mpesa au Kenya, un système de transfert d'argent via téléphone mobile.

"En Afrique, beaucoup de gens n'ont pas de carte bancaire, mais il existe des solutions de paiement électronique grâce aux télécommunications", qui permettent d'acheter des jeux vidéo en ligne, poursuit Sidick Bakayoko.

"Il y a effectivement un potentiel au niveau des jeux mobiles et du paiement électronique. Ca marche très bien au Kenya par exemple (...) Il n'y a pas de raison pour que le reste de l'Afrique ne puisse pas prendre le train en marche."

- Gros potentiel -

Autre avantage des jeux sur portable, ils ne sont pas trop gourmands en data, alors que l'internet peut être cher et lent dans certaines régions du continent.

"Au Nigeria, il y a même des jeux pré-téléchargés sur les téléphones parce que le data est très cher", explique Evan Greenwood, directeur du principal studio de jeux vidéo en Afrique du Sud, Free Lives.

"Le potentiel est là (en Afrique) mais le data doit être plus accessible", insiste-t-il. Et évidemment "il faut fabriquer de bons jeux".

Pour attirer les passionnés, "Invasion Day" sera gratuit à télécharger mais les joueurs pourront acheter des mises à jour.

Dans ce contexte, nombre de développeurs africains rencontrent des difficultés à transformer leurs créations en monnaie sonnante et trébuchante.

"Point Point", création ivoirienne basée sur un jeu d'enfants traditionnel sur papier, et "Gazkar" de Madagascar, qui met en scène la mythique 2CV, sont populaires parmi les joueurs, mais ils ne sont toujours pas rentables.

La récente décision en juin de Google de monétiser, et non plus de proposer en téléchargements gratuits sur son" play store", des jeux de différents pays africains dont le Nigeria, le Zimbabwe, l'Afrique du Sud et la Tanzanie pourrait cependant changer la donne.

"Invasion Day", créé par une équipe de huit personnes travaillant pour VSUS, un développeur basé au Cap, devrait être lancé en 2019 sur cette plateforme et probablement l'App Store d'Apple.

Le marché est prometteur, selon le géant de l'audit PwC, qui estimait en 2017 que "les revenus des jeux de consoles et de PC allaient perdre des parts de marché au profit des jeux" proposés sur des appareils mobiles.

L'industrie du jeu vidéo en Afrique, qui représente actuellement 310 millions de dollars par an, pourrait peser 642 millions de dollars d'ici à 2021, selon la même source.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Streaming, manette, studio: Google veut révolutionner le jeu vidéo
Ces Cubains qui défient le gouvernement grâce aux réseaux sociaux
La cassette audio n'a pas dit son dernier mot
Nouvelle étape du tour du monde du bateau laboratoire Energy Observer
Première mondiale à l'aéroport de Lyon, qui lance un service de robot voiturier
Le Chili, nouvel Eldorado des énergies vertes
L'euphorie retombe autour des véhicules autonomes
Les limites de CO2 imposent un choc électrique à l'automobile européenne
A 30 ans, le Web est-il devenu un monstre hors de tout contrôle
Première opération chirurgicale via la 5G
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La Nasa diffuse des photos du grand météore que personne n'avait vu
Canada: un T-Rex découvert en 1991 est le plus grand au monde
Pourquoi nos messages aux extraterrestres restent sans réponses ?
Les requins, une famille plus menacée que prévu
Un régime alimentaire pauvre en calories aide à réguler le système immunitaire
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.034 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.