ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 26 Mai 2019

SANTE - Publié le 15/11/2018 à 10:52


Un régime pauvre en glucide peut aider les obèses à contrôler leur poids



Un régime pauvre en glucides, dit « low carbohydrate », peut aider les obèses à contrôler leur poids en augmentant le nombre de calories que le corps est capable de brûler, selon une étude publiée dans le BMJ mercredi.

L'étude publiée au congrès international sur l'obésité de Nashville « Obesity week » montre qu'un régime « low carb » permet à des personnes autrefois obèses de maintenir leur perte de poids.

Ce régime est particulièrement bénéfique pour les personnes dont le niveau d'insuline est élevé après absorption de sucres.

Dans un régime qui traite toutes les calories de la même façon qu'il s'agisse de glucides ou non, le métabolisme s'adapte, ralentit et brûle moins de calories, rendant plus difficile la perte de poids.

Les chercheurs sont partis de l'hypothèse que les aliments à forte teneur glycémique de l'alimentation industrielle entraînaient des changements hormonaux qui augmentent la sensation de faim.

Une équipe de l'hôpital pour enfants de Boston a tenté une nouvelle approche, comparant l'effet d'un régime pauvre en glucide à celui d'un régime de base, sur une durée de 20 semaines.

234 adultes en surpoids avec un indice de poids corporel supérieur à 25 ont d'abord suivi un régime pendant 10 semaines. Ceux qui ont atteint l'objectif de perte de poids de 10 % ont ensuite suivi différents régimes, variant de 60 % à 20 % la part de glucides.

Ceux soumis au régime « low carb » ont brûlé jusqu'à 278 calories de plus par jour que les autres.

Selon l'étude publiée dans le BMJ, « cela correspondrait à une perte de 10 kg sur 3 ans ».

« Ces travaux montrent que toutes les calories ne sont pas équivalentes et que réduire les carbohydrates peut se révéler une meilleure stratégie que réduire l'ensemble des calories, sur le long terme », indique David Ludwig, endocrinologiste et co-auteur de l'étude.

« La composition du régime a des répercussions profondes sur les hormones, le métabolisme et même le fonctionnement de nos gènes. Ces effets peuvent rendre la perte de poids plus facile ou plus difficile, et donc abaisser ou augmenter le risque de maladie chronique », ajoute-t-il.

L'OMS estime à 1,9 milliard le nombre d'adultes en surpoids en 2016 et plus de 650 millions d'obèses.

Les taux d'obésité ont plus que triplé depuis 1975 dans le monde, et on compte désormais plus de décès liés au surpoids qu'à la malnutrition.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les effets du soleil sur la peau : halte aux idées reçues
Perturbateurs endocriniens: l'UFC-Que Choisir alerte sur certains produits à base de soja
Plus d'un Français sur deux a déjà renoncé à un achat alimentaire en raison d'un manque d'information sur l'emballage
Cancer du sein : un régime alimentaire sain pourrait réduire les risques de décès
Une étude éclaire les traces laissées dans notre mémoire par la peur
Rougeole: les politiques de vaccination insuffisantes pour contrer l'épidémie
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé
Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Plus de cinq tonnes d'écailles de pangolin saisies au Vietnam
SpaceX lance la première grappe de sa constellation de satellites
Les effets du soleil sur la peau : halte aux idées reçues
L'exposition aux pesticides des fleurs pourrait accroître la tension artérielle des enfants
Perturbateurs endocriniens: l'UFC-Que Choisir alerte sur certains produits à base de soja
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.086 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.