ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 11 Décembre 2018

RECHERCHE - Publié le 12/11/2018 à 12:35


Des cellules souches iPS transplantées dans le cerveau d'un patient atteint de Parkinson


AFP

Des chercheurs japonais ont annoncé vendredi avoir transplanté des cellules souches dites « iPS » dans le cerveau d'un patient atteint de la maladie de Parkinson, premier essai de ce type dans le monde.

L'équipe de l'Université de Kyoto a injecté 2,4 millions de ces cellules pluripotentes, capables de donner n'importe quel type de cellule, dans la partie gauche du cerveau, au cours d'une opération de trois heures réalisée le mois dernier.  

L'homme, âgé d'une cinquantaine d'années, a bien supporté le traitement et sera désormais surveillé pendant deux ans, a précisé l'université de Kyoto dans un communiqué.

Si aucun problème n'apparaît dans les six mois à venir, les chercheurs implanteront alors 2,4 millions de cellules supplémentaires, cette fois dans la partie droite du cerveau du patient.

Ces cellules iPS provenant de donneurs sains sont censées se développer en neurones producteurs de dopamine, un neurotransmetteur intervenant dans le contrôle de la motricité.

L'Université de Kyoto avait annoncé en juillet la tenue de cet essai clinique avec sept participants âgés de 50 à 69 ans.  

« Je salue les patients pour leur participation courageuse et déterminée », a commenté le professeur Jun Takahashi, cité vendredi par la chaîne de télévision publique NHK.

La maladie de Parkinson est marquée par la dégénérescence de ces neurones et se traduit par des symptômes qui s'aggravent progressivement tels que des tremblements, une rigidité des membres et une diminution des mouvements du corps.  

Elle touche plus de dix millions de personnes dans le monde, selon la Parkinson's Disease Foundation américaine.  Les thérapies actuellement disponibles « améliorent les symptômes sans ralentir la progression de la maladie », explique cette fondation.  

Ces nouvelles recherches ont pour objectif de faire régresser le mal.

Cet essai fait suite à une expérience réalisée sur des singes avec des cellules souches d'origine humaine qui ont permis d'améliorer la capacité de primates atteints d'une forme de Parkinson de faire des mouvements, selon une étude publiée fin août 2017 dans la revue scientifique Nature. La survie des cellules greffées, par injection dans le cerveau des primates, a été observée pendant deux ans, sans aucune apparition de tumeur.  

Les cellules souches pluripotentes induites (iPS pour induced pluripotent stem cells) sont des cellules adultes ramenées à l'état quasi embryonnaire en leur faisant de nouveau exprimer quatre gènes (normalement inactifs dans les cellules adultes).  Cette manipulation génétique leur redonne la capacité de produire n'importe quel genre de cellules (pluripotence), selon le lieu du corps où elles sont ensuite transplantées.  

L'usage de cellules iPS ne pose pas de problèmes éthiques fondamentaux, au contraire des cellules souches prélevées sur des embryons humains.

Cancer du sein: un test sanguin pourrait aider à choisir le traitement
À la recherche de nouvelles molécules contre le paludisme
Un placenta artificiel pourrait aider à comprendre les problèmes de la grossesse
Thé ou café ? Les goûts déterminés par la génétique, selon une étude australienne
Des cellules souches iPS transplantées dans le cerveau d'un patient atteint de Parkinson
Manger des carottes est bon pour la vue? Vrai, confirment des recherches
La maladie de Parkinson commence peut-être dans l'appendice
Trop de sucre dans le sang: risque accru de tuberculose, selon des chercheurs
Un strabisme à l'origine du génie de Léonard de Vinci?
Des souriceaux nés de souris de même sexe
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
Grande Barrière: les coraux ayant survécu au blanchissement sont plus résistants
Le cerveau des enfants abusant des écrans semble modifié
Les entrailles de la Terre grouillent de vie intraterrestre
La glace, bouée de survie pour les Iakoutes dans la plus froide région sur Terre
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.065 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.