ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 16 Janvier 2019

SCIENCE - Publié le 06/11/2018 à 15:15


Mission franco-italienne sur le corps humain en altitude au Pérou



Quatorze scientifiques français et italiens partiront fin janvier étudier pendant un mois la population de mineurs d’or de La Rinconada (Pérou), ville la plus haute du monde, à la recherche des limites de l’adaptation du corps humain.

"Alors qu’il est généralement considéré que la vie humaine permanente n’est pas possible au-delà de 5.000 m, la population de La Rinconada constitue un véritable défi à la connaissance", a expliqué l’un des chercheurs lors d'une conférence de presse à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale.

Plus de 50.000 habitants vivent à l'année dans des conditions extrêmes au sein de cette ville reculée, qui s’est développée du fait de l’activité minière ces deux dernières décennies, à près de 5.300 mètres d’altitude dans les Andes péruviennes.

Une partie significative des habitants montre toutefois des difficultés à tolérer le manque d’oxygène (deux fois plus rare à cette altitude qu’au niveau de la mer) et développe des pathologies spécifiques que l’équipe médicale tentera d’identifier et de soigner.

Les céphalées (maux de tête), problèmes neurologiques (vertiges), fourmillements, troubles du sommeil ou palpitations cardiaques dont souffrent ces travailleurs font partie des symptômes du mal chronique des montagnes, également appelé maladie de Monge, du nom du médecin péruvien Carlos Monge Medrano qui en fit la première description scientifique au début du XXe siècle.

- sang anormalement visqueux -

En réaction au manque d’oxygène (hypoxie), "les habitants de la Rinconada produisent tellement de globules rouges qu’ils finissent par avoir le sang anormalement visqueux, ce qui provoque par exemple des problèmes cardio-vasculaires", a noté Samuel Vergès, chercheur au laboratoire hypoxie-physiopathologie de l’université Grenoble-Alpes, revenu récemment d’une mission de reconnaissance.

"On ne comprend pas aujourd’hui comment l’homme peut vivre avec de tels niveaux d’hématocrite", a t-il reconnu, tout en alertant sur “un vrai problème de santé publique dans les Andes".

Pendant 30 jours, au mois de février, les scientifiques de l'Expédition 5300 réaliseront pour la première fois un "phénotypage génétique, biologique et cardiovasculaire exhaustif" de cette population.

Ils espèrent également obtenir des avancées dans le domaine de l'épigénétique, qui consiste à étudier la manière dont les facteurs environnementaux influent sur l'expression du génome.

"Une adaptation génétique nécessite beaucoup de générations pour modifier la séquence ADN alors que les adaptations épigénétiques peuvent se produire très rapidement et probablement se transmettre aux générations futures", explique à l’AFP Saadi Khochbin, directeur de la recherche au CNRS et épigénéticien à l’Institut pour l’avancée des biosciences à Grenoble, qui analysera les échantillons de sang prélevés lors de l’expédition.

Les scientifiques feront passer une batterie de tests à deux groupes distincts de mineurs d’or résidant depuis au moins 3 ans - l’un présentant une bonne résistance à l’altitude et l’autre des symptômes d’intolérance - ainsi qu’aux populations Quechuas de Lima (au niveau de la mer) et de Puno (à 3.800 m d’altitude).

La comparaison des résultats permettra de mieux comprendre les mécanismes de défense du corps humain contre le manque d’oxygène, un enjeu essentiel pour les personnes qui voyagent ou qui résident en haute altitude, mais également pour améliorer les traitements des malades respiratoires.

Archéologie en mer: sur la piste de la Cordelière et du Regent, l'énigme de Sud Minou 1
Egypte: un bas-relief pharaonique de Karnak rapatrié de Grande-Bretagne
Un fossile de cerf préhistorique très bien conservé découvert en Argentine
Un tsunami a frappé en 1076 le sud de la Chine, aujourd'hui densément peuplé
Mexique : 1ère découverte d'un temple dédié au dieu aztèque Xipe Totec
Israël: des bustes de l'époque romaine découverts par une promeneuse
La NASA célèbre le Nouvel An avec un survol historique d'Ultima Thule
Égypte: découverte d'une tombe vieille de plus de 4400 ans
Le transhumanisme gagne du terrain, malgré les doutes des scientifiques
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les outils de téléconsultation commencent à s'implanter
Enfants placés: un documentaire accablant sur France 3
Les aliments riches en fibres permettraient de réduire les risques de maladies chroniques
Le controversé dioxyde de titane va-t-il vraiment disparaître de nos assiettes ?
Cancer : privés de larynx mais pas de leur voix, grâce à une application tchèque
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.047 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.