ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 27 Mars 2019

PLANETE - Publié le 28/10/2018 à 02:23


Les Philippines rouvrent l'île de Boracay aux touristes avec de nouvelles règles



Les Philippines ont officiellement rouvert vendredi aux visiteurs l'île de Boracay, après six mois de fermeture, en imposant de nouvelles règles pour lutter contre les ravages environnementaux du tourisme de masse.

Estimant que la surfréquentation avait transformé ce petit coin de paradis en "fosse septique", le président philippin Rodrigo Duterte avait ordonné en avril la fermeture de cette île qui est la plus courue de l'archipel.

L'idée était de permettre de nettoyer le site, de faire le ménage dans un développement hôtelier anarchique, ou encore de bâtir des unités de traitement des eaux usées.

L'île s'est dotée de nouvelles règles, comme une interdiction de fumer ou de boire de l'alcool sur ses plages de sable blanc, et des restrictions du nombre de touristes autorisés, et du nombre d'hôtels, alors que de grands travaux de rénovation sont en cours.

Parmi les premiers touristes arrivés vendredi, certains étrangers n'avaient jamais auparavant mis les pieds à Boracay, et se réjouissaient de la perspective d'une île propre et moins bondée.

"Quand je voyais les photos des touristes à Boracay comme des sardines dans une boîte, je n'avais pas du tout envie de venir", a raconté àl'AFP Josef Fuchs, un Allemand de 61 ans. "Mais je pense que je vais pouvoir passer quelques jours sympas ici".

- "Ville fantôme" -

Jadis destination de routards, la petite île de l'archipel des Visayas, dont les plages sont régulièrement classées par certains magazines de voyage comme les plus belles au monde, ne mesure que 10 kilomètres carrés. Elle s'est métamorphosée au fil des décennies pour accueillir jusqu'à deux millions de visiteurs par an.

En haute saison, 40.000 touristes pouvaient séjourner en même temps sur l'île.

Si le tourisme a généré un milliard de dollars de chiffre d'affaires par an, il a aussi entraîné l'accumulation de montagnes de détritus dépassant largement ses capacités d'assainissement, ainsi qu'une atmosphère de fête permanente que le gouvernement ne goûte plus.

Désormais, l'île n'aura plus le droit d'accueillir plus de 19.200 touristes en même temps, un quota que les autorités comptent faire respecter en contrôlant notamment l'offre hôtelière de l'île.

Le gouvernement a également chassé du littoral cracheurs de feu, masseuses, vendeurs ambulants, chiens errants et même les bâtisseurs de châteaux de sable emblématiques de l'île. Des constructions sauvages ont été rasées pour créer une servitude de passage de bord de mer large de 30 mètres.

Tous les sports nautiques, à l'exception de la natation, sont pour l'heure interdits et les trois casinos de l'île ont été fermés.

Près de 400 hôtels et restaurants accusés de violer les réglementations environnementales ont dû fermer. Les compagnies aériennes et les ferries ont dû réduire leur desserte de la zone.

Les gigantesques fêtes de plage dites "Laboracay" organisées autour du 1er mai, qui attiraient des dizaines de milliers de personnes, appartiennent également au passé.

La réouverture de l'île est également un soulagement pour des dizaines de milliers de personnes qui vivent de l'industrie du tourisme et qui s'étaient retrouvés sans revenus en avril.

"La vie va revenir à la normale. Nous allons à nouveau avoir de l'argent et du travail", a déclaré Jorge Flores, 45 ans, qui travaille dans un hôtel. "Ces six derniers mois, les hôtels paraissaient une ville fantôme."

La surexploitation par le tourisme de masse est loin d'être un problème exclusivement philippin et d'autres pays d'Asie du Sud-Est ont dû prendre des mesures drastiques pour tenter de limiter la casse.

Ainsi, les autorités thaïlandaises ont-elles également fermé pour une durée indéterminée Maya Bay -la baie thaïlandaise rendue célèbre par le film "La plage" avec Leonardo DiCaprio- située sur l'île de Koh Phi Phi Ley près de Phuket.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les requins, une famille plus menacée que prévu
Chili: faire pousser des légumes dans le désert le plus aride du monde
Climat: les géants de l'énergie ont dépensé 1 milliard de dollars en lobbying depuis la COP21
Le plastique menace toute vie aux Galapagos
Bretagne: sous la mer, un patrimoine englouti à découvrir et valoriser
Maîtrise des quantités et réduction des emballages: le vrac a le vent en poupe
Un poisson-lune géant échoué au sud de l'Australie
Equateur: l'eau des volcans se raréfie, source d'angoisse pour les indiens
Au Chili, un lac rayé de la carte par la sécheresse
Plus de 1100 dauphins échoués sur la côte atlantique française depuis janvier
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les graines héritent des souvenirs de leur mère
Bébés prématurés: le seuil de viabilité recule d'une semaine tous les 10 ans
Désormais rayées, fleuries ou chamarrées, les prothèses s'affichent
Alcool: près d'un quart des Français boivent trop
Le coût des maisons de retraite, un casse-tête pour les familles
 LES PLUS LUS 
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
A Hanoï, des galettes de vers frits, délices des soirées hivernales
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.038 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.