ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 16 Janvier 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 28/10/2018 à 02:19


Les casques de réalité virtuelle entrent au bloc opératoire



Gants, scalpels, ciseaux... et pour les patients, casques de réalité virtuelle ! L'équipement du bloc opératoire s'enrichit d'un nouvel objet inattendu sous l'impulsion d'une start-up strasbourgeoise, qui lance des outils pour faciliter la vie des anesthésistes hypnothérapeutes.

"L'hypnose médicale, ça fait 20 ans que ça existe. n sait que ça marche, ça permet de traiter douleur et anxiété, de diminuer les doses de médicaments anesthésiques et, du même coup, les effets secondaires, ça améliore la récupération...", énumère Nicolas Schaettel, un des fondateurs de la société HypnoVR.

Cette pratique se répand de plus en plus dans les hôpitaux mais les hypnothérapeutes, victimes de leur succès, manquent de temps à consacrer aux patients.

HypnoVR, fondé en 2016 par deux anesthésistes et un entrepreneur, propose une solution: des logiciels et casques de réalité virtuelle permettent à l'hypnothérapeute de s'occuper de plusieurs patients à la fois.

"Quand on fait de l'hypnose, on voudrait en faire à tout le monde: ça fait un bien fou au patient", explique Chloé Chauvin, une des trois fondatrices de la start-up, elle-même anesthésiste et qui pratique l'hypnose depuis cinq ans.

"Mais c'est chronophage: quand on fait de l'hypnose, on ne peut rien faire d'autre en même temps. L'idée, grâce au casque de réalité virtuelle, c'est de faciliter l'isolement multisensoriel du patient", qui est ainsi plongé dans un monde virtuel propice à un laisser-aller, exactement comme avec un hypnothérapeute.

"Ce n'est pas utiliser la technologie pour utiliser la technologie. On résout un problème concret du quotidien des professionnels de santé", reprend Nicolas Schaettel.

Pour ce faire, l'entreprise strasbourgeoise, qui emploie cinq personnes et devrait embaucher trois autres salariés d'ici peu, crée des logiciels dédiés.

Les patients souhaitant avoir recours à l'hypnose avec un casque de réalité virtuelle peuvent choisir entre trois univers visuels -promenade alpine, plage ou fonds sous-marins-, combinés avec un univers sonore et une voix. Le film projeté dans le casque respecte la structuration d'une séance d'hypnose.

- "Pas de la magie" -

"J'utilise le casque toutes les semaines", reprend Chloé Chauvin, spécialisée en pédiatrie à l'hôpital de Hautepierre à Strasbourg. "Pour le moment, la réalité virtuelle fait aussi bien que l'hypnose avec un thérapeute. L'avantage c'est que le casque peut aussi être utilisé a posteriori: après une intervention douloureuse par exemple si un enfant le demande à 22H00. Même si l'anesthésiste est parti, on peut lui mettre, il y a un scénario de 20 minutes et ça l'apaise durant plusieurs heures".

Trois études cliniques ont déjà donné des résultats encourageants pour les logiciels créés par HypnoVR. Mais il reste encore beaucoup de recherches à faire sur cette thématique, notent Chloé Chauvin et Denis Graff, le troisième fondateur de l'entreprise.

Sachant que 12 millions d'anesthésies sont pratiquées chaque année en France, la généralisation de ces casques de réalité virtuelle pourrait permettre aux hôpitaux de réaliser des économies, en ouvrant la porte à davantage d'opérations en ambulatoire, réduisant les frais de séjour des patients et les quantités de médicaments antidouleur utilisées.

Le système a toutefois ses limites et ne pourrait pas fonctionner pour une chirurgie abdominale ou thoracique lourde.

"Ce n'est pas non plus de la magie ou de l'hypnose de spectacle, même si Messmer est très fort", sourit Chloé Chauvin, en référence à l'hypnotiseur québecois. "Mais le casque de réalité virtuelle est un outil supplémentaire très intéressant dans l'arsenal que peut proposer un médecin".

HypnoVR, qui a levé 700.000 euros pour se lancer, commence tout juste à commercialiser ses logiciels et casques, avec un système d'abonnements. Des discussions avancées sont en cours avec une trentaine d'hôpitaux en France.

L'idée lancée par Denis Graff, Chloé Chauvin et Nicolas Schaettel pourrait même rapidement s'exporter puisque l'entreprise a été invitée au prestigieux salon CES des nouvelles technologies de Las Vegas en janvier.

Cancer : privés de larynx mais pas de leur voix, grâce à une application tchèque
En 2019, le Net va-t-il supplanter la télé?
Les internautes plus âgés partagent davantage d'infox
De l'eau potable avec de l'air, quand la tech vient au secours des sinistrés
Un milliardaire japonais bat le record du tweet le plus partagé de l'histoire
Au CES, les robots savent tout faire, même le pain
Télés, smartphones: cap sur les écrans pliables et enroulables
Un Google du dark web pour naviguer dans le monde obscur du net
Procrastination et GPA, vedettes 2018 des recherches Google
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les outils de téléconsultation commencent à s'implanter
Enfants placés: un documentaire accablant sur France 3
Les aliments riches en fibres permettraient de réduire les risques de maladies chroniques
Le controversé dioxyde de titane va-t-il vraiment disparaître de nos assiettes ?
Cancer : privés de larynx mais pas de leur voix, grâce à une application tchèque
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.035 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.