ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 16 Janvier 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 25/10/2018 à 14:28


Un algorithme peut-il produire de l'art? Des enchères alimentent le débat



Une toile créée par un logiciel d'intelligence artificielle est-elle une oeuvre d'art? La maison d'enchères Christie's veut contribuer au débat, en proposant pour la première fois aux enchères jeudi à New York un tableau créé par algorithme.

De loin, la toile intitulée "Portrait d'Edmond de Belamy", dans son cadre doré, ressemble à de nombreux portraits du XVIIIe ou XIXe siècle, avec un homme représenté de trois-quarts, en veste noire et col blanc.

De près, elle est intrigante: visage flou, inachevé, avec pour toute signature, en bas à droite, une formule mathématique.

Pierre Fautrel, membre du collectif français Obvious, a conçu le portrait avec pour objectif de démocratiser la création via l'intelligence artificielle. Pour réaliser cette toile, explique-t-il, il a fallu nourrir un logiciel de 15.000 portraits classiques, du XIVe au XXe siècle.

Le logiciel a ainsi appris à "comprendre les règles du portrait", explique M. Fautrel. Grâce à un nouveau type d'algorithme mis au point par un chercheur de Google, Ian Goodfellow, il a ensuite généré lui-même une série de nouvelles images.

Les trois membres d'Obvious en ont choisi onze, composant la "famille Belamy", Belamy étant une traduction de Goodfellow, en hommage au chercheur.

- "Comme la photographie des débuts" -

Pour M. Fautrel, 25 ans, la démarche est clairement artistique.

"Même si l'algorithme crée l'image, c'est nous qui avons l'intention", dit-il. "On s'en sert comme d'un outil, très puissant, avec peut-être une forme de créativité. Mais les gens qui ont décidé de faire ce sujet, c'est nous. Ceux qui ont décidé d'imprimer sur de la toile, la signer d'une formule mathématique, mettre un cadre en or, c'est nous".

Il compare les créations issues de l'intelligence artificielle à la photographie des années 1850.

Les critiques disaient que "c'était flou, qu'il fallait des ingénieurs très qualifiés, que ce n'était pas de l'art et que ça détruirait les artistes", même si par la suite il a été reconnu que la photographie n'était qu'un simple outil, fait-il valoir.

Reste que pour l'instant, le débat est vif, souligne Richard Lloyd, responsable des imprimés chez Christie's.

Instigateur de cette première vente aux enchères, M. Lloyd dit avoir avant tout voulu alimenter la discussion, à une époque où de plus en plus d'artistes s'intéressent à l'intelligence artificielle.

C'est en partie pour ça que la toile a été estimée entre 7.000 et 10.000 dollars: "pour que les gens la prennent au sérieux, sans être dissuadés", explique-t-il à l'AFP.

- "Quelles implications?" -

Son choix s'est porté sur un portrait de la famille Belamy car, comparé à d'autres créations de l'intelligence artificielle, la toile était "beaucoup plus proche de ce que nous produisons en tant qu'humains", détaille-t-il.

"J'ai pensé qu'on était d'une certaine façon à un tournant", poursuit-il. "En le faisant entrer chez Christie's, à l'épicentre du monde de l'art traditionnel, on donnait une chance à tout le monde de se demander ensemble: Qu'est ce que ça veut dire? Quelles sont les implications pour le monde de l'art?"

Le débat ne fait que s'ouvrir, et par exemple beaucoup de questions juridiques restent à trancher, remarque-t-il. Le collectif en est-il l'auteur, ou est-ce l'algorithme? Des droits d'auteur peuvent-ils être perçus pour sa reproduction?

Quelles que soient les réponses, M. Fautrel estime que la vente aux enchères va changer la vie du collectif, car il sera désormais "publiquement reconnu que nos oeuvres valent à peu près le prix de l'estimation".

Quant à Richard Lloyd, il est certain que ce type de créations va se multiplier.

"Les artistes sont prompts à adopter les technologies. Ils vont s'emparer de l'intelligence artificielle, qui va proliférer et faire sentir ses effets de nombreuses façons, étranges et magnifiques", prévoit-il.

Bientôt, peut-être, chacun pourra se faire fabriquer son propre tableau en nourrissant un logiciel de multiples exemples de ses tableaux préférés. "Un privilège réservé autrefois uniquement aux très riches".

Cancer : privés de larynx mais pas de leur voix, grâce à une application tchèque
En 2019, le Net va-t-il supplanter la télé?
Les internautes plus âgés partagent davantage d'infox
De l'eau potable avec de l'air, quand la tech vient au secours des sinistrés
Un milliardaire japonais bat le record du tweet le plus partagé de l'histoire
Au CES, les robots savent tout faire, même le pain
Télés, smartphones: cap sur les écrans pliables et enroulables
Un Google du dark web pour naviguer dans le monde obscur du net
Procrastination et GPA, vedettes 2018 des recherches Google
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les outils de téléconsultation commencent à s'implanter
Enfants placés: un documentaire accablant sur France 3
Les aliments riches en fibres permettraient de réduire les risques de maladies chroniques
Le controversé dioxyde de titane va-t-il vraiment disparaître de nos assiettes ?
Cancer : privés de larynx mais pas de leur voix, grâce à une application tchèque
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.032 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.