ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 11 Décembre 2018

SANTE - Publié le 11/10/2018 à 12:02


Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement, conclut une expérience américaine



Pour les femmes enceintes pour la première fois, pousser dès que le col de l'utérus est complètement dilaté semble poser moins de risque que d'attendre que le bébé commence à descendre naturellement, conclut une expérience menée sur plus de 2000 Américaines.

Plusieurs études avaient produit par le passé des résultats mitigés ou contradictoires sur les deux techniques habituellement employées dans les maternités aux États-Unis, pour les femmes ayant reçu une péridurale ou un autre anesthésiant : pousser immédiatement, ou attendre environ une heure afin d'encourager une naissance spontanée, dont certains docteurs pensent qu'elle réduit le recours aux césariennes ou au forceps.

De mai 2014 à décembre 2017, une expérience a été menée dans six hôpitaux américains afin de déterminer quelle méthode était la plus sûre pour la mère et pour le bébé.

Au moment d'accoucher, les sages-femmes ont recommandé à la moitié des femmes de pousser immédiatement, tandis qu'elles recommandaient à l'autre moitié d'attendre une heure avant de commencer à pousser, la répartition se faisant aléatoirement. Au total, 2400 femmes ont participé.

La conclusion a été publiée mardi dans la revue de l'Association médicale américaine JAMA : pousser immédiatement réduit le risque de complications chez la mère, en l'occurrence le risque d'infection et d'hémorragie, même si le risque de déchirure importante du périnée est plus important.  

Pousser tout de suite ne provoque pas plus de césariennes.

La durée de la seconde phase de l'accouchement était plus courte d'une demi-heure dans le groupe des femmes qui poussaient dès que leur col de l'utérus était dilaté.

Quant aux nouveau-nés, les risques d'infections étaient plus élevés quand les mamans attendaient avant de pousser.

In fine, l'expérience penche donc du côté de l'immédiateté.

« Notre étude montre que les femmes qui accouchent pour la première fois doivent commencer à pousser dès qu'elles sont complètement dilatées », a dit Alison Cahill, obstétricienne à l'hôpital de l'université Washington de St. Louis, à la radio NPR.

L'étude n'est pas généralisable à toutes les femmes, car elle ne couvrait que celles qui accouchaient pour la première fois, avec des grossesses normales, à plus de 37 semaines. Mais elle devrait contribuer à changer les pratiques des maternités aux États-Unis.

Homéopathie: l'avis de la Haute autorité de santé repoussé au printemps
Les personnes qui roulent leurs propres cigarettes sont moins susceptibles d'arrêter de fumer
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Et si médecins et enseignants confondaient immaturité et trouble de l'attention?
Aucune raison de s'opposer au cannabis thérapeutique, pourl le Comité éthique et cancer
L'ONU réclame un accès universel au dépistage du sida
Infectée par une bactérie, la salade romaine bannie des assiettes américaines
Vincent Lambert: les experts confirment son état végétatif chronique irréversible
Entre plantes et scorpions, les Chinois attachés à leur médecine traditionnelle
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
Grande Barrière: les coraux ayant survécu au blanchissement sont plus résistants
Le cerveau des enfants abusant des écrans semble modifié
Les entrailles de la Terre grouillent de vie intraterrestre
La glace, bouée de survie pour les Iakoutes dans la plus froide région sur Terre
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.078 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.