ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Octobre 2018

PLANETE - Publié le 10/10/2018 à 13:20


Carburant: une nouvelle signalétique européenne à la pompe



Le plein de carré, de cercle ou de losange ? A partir de vendredi, un nouvel affichage aux formes géométriques doit identifier les carburants dans les stations-services de France et de toute l'Europe mais ces nouvelles étiquettes ne remplaceront pas les appellations actuelles.

C'est l'Union européenne qui a imposé ces nouvelles exigences en matière d'étiquetage pour les véhicules neufs et les stations-service, dans une directive datant de 2014. Le nouveau système harmonisé, généralisé le 12 octobre, permettra ainsi aux automobilistes de s'y retrouver d'Helsinki à Palerme.

L'essence sera ainsi représentée par un cercle, avec à l'intérieur la lettre "E" traduisant la teneur en biocarburant: E5 (pour le super sans plomb 95 ou 98) , E10 (pour le super SP95-E10) ou E85 (superéthanol).

Le gazole sera identifié par un carré, avec la lettre B suivie de la teneur en biocarburant: B7 (le diesel le plus courant), B10 ou XTL (pour le diesel synthétique).

Enfin, les combustibles gazeux seront figurés par une forme de diamant et une inscription à l'intérieur: LNG (GNL), H2 (pour l'hydrogène) etc.

Cette signalétique sera présente sur les véhicules neufs, à proximité du bouchon à carburant, ainsi que dans les stations-service. Mais, insistent les professionnels, elle ne se substituera pas aux étiquettes actuelles, auxquelles sont habitués les automobilistes.

"Les nouvelles étiquettes viendront en complément des indications actuelles sur les carburants", souligne Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP).

Concrètement, "les pompes restent exactement comme elles sont aujourd'hui, avec des stickers jaunes par exemple pour le gazole. On va juste adjoindre en-dessous la norme européenne", confirme à l'AFP Francis Pousse, du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA).

"En aucun cas ce n'est le nom des carburants qui change", insiste M. Pousse, par ailleurs propriétaire-exploitant d'une station Esso près du Mans.

- "Champollion" -

Chez Total, on indique que "toutes les stations seront prêtes" vendredi. Outre les nouveaux autocollants, le groupe a diffusé dans son réseau des plaquettes explicatives pour que les professionnels puissent éventuellement répondre aux questions du public.

"Il y aura peut-être quelques petits distributeurs indépendants pour lesquels ça demandera un peu plus de temps" mais "l'essentiel" des pompes devrait être équipé comme prévu vendredi, estime Francis Duseux.

Interrogés par l'AFP, Renault et PSA ont confirmé que leurs véhicules neufs seraient dotés des nouvelles étiquettes dès le 12 octobre. PSA (marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall) a précisé qu'une notice d'explication des nouveaux logos serait jointe à la notice d'utilisation de ses véhicules et qu'une information était aussi prévue dans ses points de vente.

Au total, les nouvelles étiquettes seront déployées dans les 28 États membres de l'Union européenne, les pays de l'EEE (Islande, Liechtenstein et Norvège), ainsi que la Macédoine, la Serbie, la Suisse et la Turquie.

"L'objectif, qui est assez sain, c'est de faciliter la vie des gens qui voyagent beaucoup et qui en traversant plusieurs pays trouvent des affichages complètement différents", rappelle à l'AFP Francis Duseux.

Du côté des automobilistes, on voit aussi cette harmonisation d'un bon oeil. "C'est plutôt positif", juge Pierre Chasseray, le délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes. "Au moins, quand on voyagera à l'étranger, on saura ce que c'est que du B7. Jusqu'à présent il fallait être Champollion pour comprendre que c'était du diesel", plaisante-t-il.

L'association de défense des automobiliste insiste toutefois pour que le nouveau système d'étiquetage continue de cohabiter à l'avenir avec les appelations habituelles. "Et ça se passera très bien".

Les frites, nouvelles victimes de la sécheresse estivale en France
Les émissions liées à l'énergie devraient encore croître en 2018
Le quinquina, l'arbre national du Pérou, méconnu et menacé
Mexique: six spécimens d'une espèce au bord de l'extinction repérés
Un bateau testé pour lutter contre l'île des déchets
Japon: des cerisiers fleurissent, pourtant ce n'est pas le printemps
Climat: le monde a atteint un point de non retour, selon Ban Ki-moon
Tunisie: le crabe bleu, prédateur redoutable devenu proie prisée
Trump: Je suis un véritable défenseur de l'environnement
Un 10e jour de la nuit pour sensibiliser à la pollution lumineuse
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une solution pour exploiter les données génétiques sans violer la vie privée
Un géant cosmique débusqué dans sa prime jeunesse
Les frites, nouvelles victimes de la sécheresse estivale en France
Une très rare maladie infantile paralysante inquiète les autorités aux Etats-Unis
La lumière bleue de nos écrans, nouvelle cible de la cosmétique
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.054 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.