ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

SANTE - Publié le 26/09/2018 à 21:07


En Inde, contre la tuberculose, de nombreux docteurs ne sont pas au niveau



Nombre de médecins en Inde ne reconnaissent pas les signes de la tuberculose chez leurs patients et donnent un traitement inadapté ou insuffisant, selon une étude menée avec de faux patients dans deux grandes villes et publiée mardi aux Etats-Unis.

La tuberculose (TB), maladie transmise par voie aérienne, reste un problème de santé publique majeur en Inde, en Chine ou en Indonésie. Elle a tué 1,7 million de personnes en 2017, selon l'Organisation mondiale de la santé, et un sommet mondial lui sera consacré mercredi à l'ONU afin de lever les fonds nécessaires pour l'éradiquer.

Mais les médecins de première ligne que consultent les malades lorsqu'ils commencent à tousser sont le maillon faible de la lutte contre la pandémie - du moins dans les deux villes où cette étude s'est déroulée, la mégapole Mumbai et la ville plus pauvre de Patna.

L'expérience a été financée par la Fondation Bill et Melinda Gates et menée par une équipe de chercheurs de l'université McGill, de la Banque mondiale, de l'université Johns Hopkins ou encore du CNRS français. Ses résultats sont parus dans la revue PLOS Medicine.

Pendant dix mois, en 2014 et 2015, 24 faux patients se sont rendus une ou plusieurs fois chez 1.288 médecins du secteur privé en simulant quatre cas typiques, de la simple toux prolongée à une toux présentée comme une rechute.

- "Tout et n'importe quoi" -

Dans 65% des visites, les docteurs ont répondu de manière incorrecte par rapport aux modèles de soins internationaux et indiens.

Par exemple, le médecin, soupçonnant un problème lié à la pollution de l'air, va prescrire un antibiotique ou un sirop et donner rendez-vous au patient quelques semaines plus tard.

Les médecins diplômés, particulièrement à Mumbai, font mieux, offrant un traitement correct dans la moitié des cas, selon ces résultats.

Et les praticiens sans formation médicale, très présents en zones rurales, sont pires, tout comme ceux qui prodiguent des médecines traditionnelles très populaires en Inde, telles que l'ayurveda, le yoga, l'Unani, le Siddha et l'homéopathie, regroupées sous le terme de AAYUSH.

Le problème, explique à l'AFP Jishnu Das, économiste à la Banque mondiale, n'est pas que les médecins utilisaient un protocole alternatif unique, mais qu'ils faisaient "tout et n'importe quoi".

"Un docteur va donner des antibiotiques et du fluoroquinolone (une sorte d'antibiotique), un autre des stéroïdes et du fluoroquinolone, un troisième un sirop et des antibiotiques", se lamente le chercheur... Ce qui peut avoir des effets nocifs pour le patient, sans compter la résistance aux antibiotiques ainsi encouragée.

Une étude publiée dans la revue médicale The Lancet en 2017 estimait que d'ici 2040, 12,4% des cas de tuberculose seraient causés par des souches résistantes aux antibiotiques, qui sont faciles à acheter sans ordonnance dans le pays.

L'erreur la plus fréquente, selon l'étude de mardi, est que les médecins n'ordonnaient tout simplement pas les examens nécessaires pour établir un diagnostic, comme un test des sécrétions des poumons ou une radio.

"Les médecins en font trop peu", explique Jishnu Das. "Ils ne se rendent pas compte qu'ils sont face à quelqu'un qui a la tuberculose".

La bonne nouvelle est que les médecins qui font des erreurs répètent toujours les mêmes erreurs. Cette "cohérence" rend théoriquement possible de corriger le tir, si leur formation était remise à niveau et harmonisée.

Dans l'immédiat, dit le professeur Madhukar Pai, de l'université McGill, il faut parvenir à orienter les patients vers les bons médecins, et leur faire bénéficier des programmes publics subventionnés afin qu'ils obtiennent les médicaments anti-tuberculose les plus efficaces... au lieu d'être renvoyés chez eux avec les mauvaises pilules.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Un usage abusif des réseaux sociaux et de la télévision pourrait favoriser la dépression chez les ados
Journée mondiale de la malbouffe : comment déjouer le piège d'une consommation excessive ?
Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.