ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

INSOLITE - Publié le 26/09/2018 à 20:56


Au Vietnam, les poils d'éléphants transformés en bijoux porte-bonheur



Au Vietnam, des poils d'éléphants sont arrachés des queues des pachydermes pour satisfaire une nouvelle mode: se parer de bijoux qui apporteraient bonheur et prospérité.

A 20 dollars le poil, le business est lucratif dans le pays qui pratique le commerce illicite des cornes de rhinocéros, d'écailles de pangolin, de dents de tigre ou de bile d'ours.

"Je vais arracher un poil devant vous comme cela vous pourrez être sûr qu'il ne s'agit pas d'une imitation", lance une femme qui vend ce type de bijoux dans le village de Tri A, sur les hauts plateaux du centre du Vietnam.

Selon Dionne Slagter de l'ONG Animals Asia, la plupart des queues d'éléphants seraient introduites en contrebande depuis les pays voisins ou l'Afrique. Le Vietnam ne compte en effet que 80 éléphants en captivité et une centaine encore à l'état sauvage.

"La queue est très importante pour leur hygiène corporelle. En arrachant les poils qui la recouvrent ou en la coupant, on handicape ces animaux", déplore Dionne Slagter.

Destruction des forêts, braconnage, les populations d’éléphants ont chuté drastiquement en Asie où il n’y aurait plus que 40.000 à 50.000 individus à l’état sauvage, selon le WWF.

En Birmanie, ils sont parfois tués pour répondre à la demande croissante du pays et de son puissant voisin chinois qui s'intéresse à leur peau, censée soigner l'eczéma ou l'acné.

Les éléphants ont été vénérés pendant des siècles en Thaïlande, au Laos et au Cambodge.

Au Vietnam, les minorités ethniques M'nong et Ede de la province de Dak Lak (centre), surnommées le "royaume des éléphants" pour les grands troupeaux qui peuplaient jadis ses forêts, entretiennent toujours un profond respect pour les pachydermes.

Trouver un poil d'éléphant peut apporter chance et prospérité, raconte aussi une de leurs légendes.

Mais "ils ont toujours considéré ces animaux comme faisant partie de leur famille et n'auraient donc jamais cherché à leur faire du mal", en coupant volontairement leurs poils, relève Linh Nga Nie Kdam, chercheuse spécialisée dans la minorité Ede.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une tortue à deux têtes naît en Malaisie
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Le chien, meilleur ami de l'homme contre les punaises de lit
Inde: le son des abeilles pour éloigner les éléphants des rails
Une tapisserie Game of Thrones de 90 mètres bientôt à Bayeux
Sa famille le croyait mort, un Américain réapparaît lors d'un barbecue
Une tête géante de Trump immergée dans une rivière en France
France: procès du coq Maurice, nuisance sonore ou symbole de la ruralité?
L'égoportrait cinq fois plus mortel que les attaques de requins
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.