ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 26 Mai 2019

SANTE - Publié le 06/09/2018 à 21:03


Ebola en RDC: la lutte contre le virus des fausses croyances



L'armée des médecins et des ONG mobilisée contre le virus Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo a relancé la guerre aux résistances, aux dénis et aux fausses croyances qui retardent la victoire finale face à l'épidémie.

Mardi après-midi, des notables de la ville de Béni sont descendus en urgence à la rencontre des habitants du quartier de Ndindi "devenu le principal foyer de l'épidémie avec 70% des 20 derniers cas rapportés".

C'est ce que constatait mercredi le bulletin du ministère de la Santé qui fait état d'un bilan actualisé de 85 morts, avec quatre nouveaux décès après une relative accalmie, dont trois à Beni.

"Quelques familles ont longtemps caché les personnes malades, ont refusé que les prestataires de soin amènent les malades au Centre de traitement d'Ebola et ont refusé d'être vaccinées. Plusieurs incidents violents à l'encontre du personnel médical et des structures de soin avaient également été rapportés", ajoute le ministère.

"Ebola, c'est la guerre", a lancé le coordinateur de la riposte anti-Ebola, Ndjoloko Tambwe Bathé, après avoir longuement écouté les habitants de Ndindi.

Dans la salle, des résistances s'expriment à voix haute.

"Est-ce que le fait de vomir ou d'avoir la fièvre ne vient pas d'un autre virus qu'Ebola? Est-ce que les examens sont fiables pour nous confirmer que c'est Ebola? Pourquoi Ebola ici ne provoque pas de saignement?", s'interroge un des intervenants.

"La population est dans le doute", reconnaît devant l'AFP un autre participant, Edouard Karafuli, 21 ans, résumant en français sa longue intervention en swahili face aux autorités.

"Quand il y a un malade, il est dépêché à l'hôpital général et nous ne savons plus où il va. Il se peut qu'il y ait certaines parties de son corps qui soient retranchées et, après cela, on ramène le cadavre", avance le jeune homme, porte-parole des inquiétudes entendues autour de lui.

Au coeur de tous les malentendus: les enterrements. Pour éviter les contaminations, la Croix-Rouge organise des "enterrements dignes et sécurisés" pour éviter le moindre contact avec le corps et ses fluides.

Ces "EDS" ne sont pas toujours compris par des communautés attachées à leurs rites funéraires (toilettes mortuaires, présence des proches...).

"On nous a promis d'enterrer nos cadavres selon nos coutumes. Mais cela n'est pas réalisé. Quand il y a des gens de la Croix rouge dans le quartier, nous leur jetons des pierres, parce qu'ils ne veulent pas nous amener des preuves de cette maladie", poursuit le jeune homme.

A Beni, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les ONG font appel à des anthropologues pour comprendre les "réponses émotionnelles des communautés" face à l'épidémie.

- Les "vainqueurs d'Ebola" à la rescousse -

Face aux rumeurs, fausses croyances, malentendus culturels et cultuels, les autorités congolaises et leurs partenaires s'appuient aussi sur les patients qui ressortent vivant des centres de traitement, les "vainqueurs d'Ebola".

"Nous les guéris, nous avons beaucoup de messages à transmettre dans la communauté", affirme l'un d'eux, Jotham Kyungolo, un infirmier de 40 ans contaminé dans l'exercice de ces fonctions à Mangina, l'épicentre de l'épidémie à 30 km de Beni.

"Certains disaient, et pensent encore, qu'au Centre de traitement d'Ebola, les gens ne mangent pas et que beaucoup meurent de faim. Ce qui n'est pas une réalité", poursuit le père de famille sorti il y a quatre jours du CTE.

"Nous devons montrer comment les traitements sont organisés là-bas pour que les gens aient le courage d'aller au Centre lorsqu'ils se sentent déjà malades", affirme l'infirmier-survivant, enrôlé par Oxfam et l'Unicef dans leur action de sensibilisation.

En sait-on jamais assez sur la maladie? Assise à ses côtés, sa femme a demandé discrètement à des humanitaires si la reprise d'une vie conjugale normale demandait 21 jours ou trois mois.

"Certaines consignes en rapport avec la vie conjugale nous ont été transmises", reconnaît l'infirmier. Lesquelles? "C'est confidentiel", sourit-il.

Comme tous les "vainqueurs d'Ebola", Jotham a été ramené chez lui dans un camion sonorisé qui traverse la ville en dispensant des chansons, des messages et des numéros gratuits contre l'épidémie, à l'initiative d'ONG comme Oxfam.

"Il y a des rumeurs: il faut enlever ces rumeurs de la tête des gens. Vous allez nous aider", s'enflamme le DJ-sensibilsateur, Germain Kahoko, au micro de sa sono saturée.

"Les tendances récentes suggèrent que les mesures de contrôle marchent", s'est félicitée mardi l'OMS dans un communiqué bien moins alarmiste que les précédents.

"Il existe toujours des risques significatifs", parmi lesquels "les réticences de certaines communautés pour adopter des comportements de prévention", ajoute l'OMS, qui se veut rassurante: "L'acceptation générale des interventions anti-Ebola par les communautés est forte".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les effets du soleil sur la peau : halte aux idées reçues
Perturbateurs endocriniens: l'UFC-Que Choisir alerte sur certains produits à base de soja
Plus d'un Français sur deux a déjà renoncé à un achat alimentaire en raison d'un manque d'information sur l'emballage
Cancer du sein : un régime alimentaire sain pourrait réduire les risques de décès
Une étude éclaire les traces laissées dans notre mémoire par la peur
Rougeole: les politiques de vaccination insuffisantes pour contrer l'épidémie
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé
Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Plus de cinq tonnes d'écailles de pangolin saisies au Vietnam
SpaceX lance la première grappe de sa constellation de satellites
Les effets du soleil sur la peau : halte aux idées reçues
L'exposition aux pesticides des fleurs pourrait accroître la tension artérielle des enfants
Perturbateurs endocriniens: l'UFC-Que Choisir alerte sur certains produits à base de soja
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.061 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.