ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 26 Mai 2019

SCIENCE - Publié le 24/08/2018 à 20:58


La momification, un procédé plus ancien qu'on ne le pensait



Une recette vieille de plus de 5.500 ans ! Des chercheurs ont débusqué dans un musée de Turin une momie égyptienne embaumée artificiellement montrant que le procédé de momification est bien plus ancien - d'un bon millénaire - qu'on ne le pensait jusqu'ici.

Une bonne dose d'huile végétale ou de graisses animales, un brin de résine de conifère chauffée, quelques extraits de plante aromatique et un peu de sucre végétal: telle est la recette qui fut ainsi utilisée dès 3.500 avant J.C., selon une étude publiée dans le Journal of Archaeological Science.

Les anciens Égyptiens croyaient à la résurrection et à la vie éternelle. Pour y accéder, les corps devaient être momifiés, avant d'être placés dans des tombeaux avec tout ce dont ils auraient besoin par la suite : objets familiers, animaux...

D'abord, les corps des défunts furent préservés par dessèchement naturel sous l'action du sable chaud et sec du désert. Puis sont arrivés les agents embaumants, dont on pensait que l'usage remontait à 2.400 av. J.-C.

Mais une momie égyptienne, "Turin S. 293", exposée au musée égyptien de Turin (Italie) et datant de 3700-3500 avant J.C., vient perturber l'histoire.

- La résine de conifère conserve -

Le défunt, en position foetale, est présenté aux visiteurs posé sur le sable, entouré d'objets, des fragments de textile dans un panier tissé, une paire de sandales en fibres végétales, un sac en peau d'autruche et des flèches.

D'après les chercheurs, seules une petite vingtaine de momies égyptiennes se trouvent dispersées dans les musées du monde, mais la plupart montrent des traces de traitements de conservation mis en oeuvre par les vendeurs ou les musées eux-mêmes. Par chance, "Turin S. 293" y a échappé, "ce qui a fourni une occasion unique d'analyse", soulignent les chercheurs.

En utilisant chimie, génétique et datation carbone, les experts, issus d'universités britanniques, australiennes et italiennes, ont ainsi pu établir qu'elle présentait "des preuves scientifiques sans équivoque d'utilisation d'agents d'embaumement employés dans le traitement funéraire du corps".

Une recette sensiblement similaire "en terme de constituants et de proportions des ingrédients" à celle utilisée à la préhistoire. Des Egyptiens maîtrisaient donc la momification artificielle un gros millénaire plus tôt qu'on ne le pensait.

Et ce n'est pas tout : "cette recette contenait des agents antibactériens, utilisés dans des proportions similaires à celles employées par les embaumeurs à l'apogée de la momification des pharaons, environ 2.500 ans plus tard", précise l'étude. La résine de conifère, par exemple, possède des propriétés antibactériennes et conservatrices.

Le musée de Turin dispose de très peu d'éléments sur les circonstances de la découverte de la magnifique momie. Seul un inventaire stipule qu'Ernesto Schiaparelli, un archéologue italien qui consacra sa vie à l'Égypte antique, l'a achetée à un revendeur anonyme au début du XXe siècle. La momie pourrait avoir été enterrée à Gebelein, à Qena ou à Louxor.

Son analyse vient étayer une autre étude, parue en 2014, qui faisait état de la découverte de graisses, de résines et d'huiles sur des textiles funéraires datant de 4.500 à 3.350 avant J.C.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


De la bière des pharaons recréée avec une levure de 3.000 ans
Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
Le nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur
Un autre dinosaure-oiseau tenait compagnie à l'Archéoptéryx
L'ancêtre commun des humains modernes et de Neandertal sans doute plus ancien qu'on ne croyait
Hyptiotes cavatus, l'araignée qui se catapulte vers sa proie
A base de plantes ou de cellules, les alternatives à la viande foisonnent
Pour protéger la nature et l'Homme, la science prône des changements profonds
Egypte: découverte d'un cimetière de l'Ancien Empire à Guizeh
Italie : enquête sur l'ADN de Léonard de Vinci à partir d'une mèche de cheveux
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Plus de cinq tonnes d'écailles de pangolin saisies au Vietnam
SpaceX lance la première grappe de sa constellation de satellites
Les effets du soleil sur la peau : halte aux idées reçues
L'exposition aux pesticides des fleurs pourrait accroître la tension artérielle des enfants
Perturbateurs endocriniens: l'UFC-Que Choisir alerte sur certains produits à base de soja
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.055 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.