ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 26 Mai 2019

PLANETE - Publié le 17/08/2018 à 20:36


Au Vietnam, les ours d'élevage meurent car leur bile n'a plus la cote



Les secouristes retirent deux ours lune de la cage exiguë où ils ont passé 13 ans, observent leurs dents pourries et leurs pattes emmêlées avant de les envoyer dans un sanctuaire dans le nord du Vietnam pour une réhabilitation.

Ces animaux font partie des rares chanceux à avoir été sauvés dans un pays où des centaines d’ours sont détenus dans des fermes pour leur soutirer leur bile, jadis prescrite dans la médecine traditionnelle et précieuse, mais dont le prix a dégringolé.

La bile extraite de la vésicule biliaire de l'animal, souvent de façon répétée et douloureuse, est censée guérir des maladie de foie. Ce traitement illégal reste toutefois répandu au Vietnam.

Mais les consommateurs boudent de plus en plus la bile d'élevage privilégiant celle soutirée des ours sauvages, réputée plus efficace, et qui peut coûter 12 fois plus cher.

Ce qui est une mauvaise nouvelle aussi bien pour les ours sauvages que les animaux d'élevage: les premiers sont tués pour leur organe précieux, quant aux deuxièmes, les fermiers ne peuvent plus se permettre de les garder.

"Des fermiers racontaient qu'il n'était plus profitable de garder les ours et ils leur donnaient moins à manger en les laissant mourir", explique à l'AFP Brian Crudge, responsable du programme de l'ONG Libérer les Ours.

Le nombre d'ours d'élevage a drastiquement chuté depuis 2005, de 4.500 à 800 actuellement, selon une étude officielle à laquelle M. Crudge a récemment participé.

Environ 200 ours ont été transférés dans des centres de réhabilitation, mais nombre d'animaux sont morts de faim ou ont été tués et dépecés pour vendre des parties de leurs corps.

Les pattes d'ours sont très appréciées pour certaines soupes et liqueurs, les os sont également utilisés dans la cuisine et les griffes pour décoration ou bijoux.

- Course contre la montre -

Les secouristes sont dès lors engagés dans une course contre la montre pour sauver les ours d'élevage.

"C'est urgent, nous voulons en trouver autant que possible tant qu'il ne sera pas trop tard", souligne Brian Crudge.

Certains fermiers - qui sont toujours autorisés à garder les ours, mais pas de leur extraire la bile - se séparent de leurs animaux volontairement.

Un fermier a expliqué à l'AFP qu'il gagnait auparavant 10 dollars pour un millilitre de bile et n'en gagne que deux actuellement.

"Les gens ne semblent plus apprécier la bile d'élevage, il est plus difficile de trouver des consommateurs", raconte-t-il sous couvert de l'anonymat.

Ce fermier gardait jadis une dizaine d'ours dans les cages, il n'en a plus aucun. Que sont-ils devenus? Il sourit, mais ne répond pas.

Longtemps critiqué pour son laxisme face au commerce illégal, le Vietnam s'est engagé l'année dernière à abolir toutes les fermes d'ours d'ici à 2022.

Tous les ours ne vont pas atterrir dans des sanctuaires comme Hoa Lan et Hoa Tra envoyés cette semaine dans un foyer de la province de Ninh Binh.

Après avoir été retirés de la ferme où ils étaient enfermés depuis 2005, ils passeront plusieurs semaines en quarantaine avant d'être autorisés à gambader dans l'herbe avec d'autres ours sauvés. Ce qui n'est pas facile après tant d'année en captivité.

"Au début ils ont peur. Cela peut prendre des semaines avant qu'ils n'osent sortir de l'enceinte", sourit Emily Lloyd, responsable du sanctuaire.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Plus de cinq tonnes d'écailles de pangolin saisies au Vietnam
Avec le réchauffement, le plancton migre vers le nord
Une étude confirme que la chasse à l'ortolan accélère son déclin
Un gaz néfaste pour la couche d'ozone, pourtant interdit, repéré en Chine
Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Plus de cinq tonnes d'écailles de pangolin saisies au Vietnam
SpaceX lance la première grappe de sa constellation de satellites
Les effets du soleil sur la peau : halte aux idées reçues
L'exposition aux pesticides des fleurs pourrait accroître la tension artérielle des enfants
Perturbateurs endocriniens: l'UFC-Que Choisir alerte sur certains produits à base de soja
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.059 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.