ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 26 Mai 2019

PLANETE - Publié le 16/08/2018 à 15:53


Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride


AFP

Les autorités ont décrété l'état d'urgence en Floride, où une «marée rouge» dévastatrice noircit l'eau de mer et tue dauphins, tortues marines et poissons à un rythme effréné.

Rien que ce mois-ci, plus de cent tonnes d'animaux marins ont été ramassées sur des plages désertes et empestées par une odeur nauséabonde autour de la ville de Sarasota, sur la côte ouest de la Floride, normalement très prisée des touristes.

Depuis le 7 août, douze dauphins se sont échoués sur le rivage du comté, tous morts, un bilan équivalent à celui d'une année entière normalement.

«C'est physiquement et mentalement épuisant», lâche Gretchen Lovewell, du Mote Marine Laboratory, en charge d'une équipe recueillant les tortues et les mammifères marins en détresse ou décédés.

La marée rouge, «red tide» en anglais, est un phénomène naturel provoqué par le Karenia brevis, un organisme unicellulaire microscopique surtout présent dans le golfe du Mexique. Il relâche une neurotoxine puissante pouvant se propager dans l'air, causant migraines, toux et crises d'asthme chez l'homme.

Le Karenia brevis se retrouve tout au long de l'année en faible quantité. Mais si ces organismes se multiplient, le péril est grand pour les animaux. Les tortues marines et les lamantins risquent de respirer leurs neurotoxines ou de mourir en ayant mangé des poissons ou des algues infectés.

Il s'appelait Speck

Dimanche, près de Siesta Key, classée parmi les plus belles plages des États-Unis, Mme Lovewell a été appelée pour récupérer un dauphin en décomposition.

Il s'appelait Speck. Il avait 12 ans. «C'était bouleversant», raconte Randall Wells, directeur du programme de recherches sur le dauphin de la baie de Sarasota.

Le scientifique sort une carte attestant de tous les endroits où Speck a été aperçu par les chercheurs ces dernières années.

La mère et la grand-mère du dauphin avaient également été suivies à la trace. Elles sont mortes en avalant du matériel de pêche.

«Speck, on le connaissait depuis sa naissance», se remémore Wells. «On lui avait donné le nom de mon père.»

Le phénomène qui touche actuellement la Floride a débuté en octobre 2017, mais il s'est largement accentué ces dernières semaines, se propageant sur la côte ouest de l'État, de Tampa à Naples, sur une distance de 320 kilomètres.

L'agriculture industrielle et un mauvais traitement des déchets peuvent favoriser la prolifération des algues toxiques, bleues ou vertes, un autre problème qui touche les eaux de Floride. Et il en serait de même pour la marée rouge, selon des experts.

Le tourisme en souffre

L'odeur du poisson en décomposition a fait mal à l'économie locale, privée de millions de dollars des revenus provenant de la pêche et du tourisme en haute saison.

«Notre vie, c'est le tourisme ici dans le sud-ouest de la Floride», se lamente Omar Botana, propriétaire d'un commerce de location de bateaux à Bonita Springs, au nord de Naples.

«Ça a touché notre commerce à hauteur de 40 % je dirais», confie-t-il.

Les riverains touchés espèrent que des mesures vont être prises, comme la construction de lacs de retenue afin de traiter l'eau, ou une utilisation réduite d'engrais favorisant la prolifération d'algues nuisibles.

Après la dernière marée rouge d'envergure, en 2005-2006, les dauphins avaient continué à en souffrir, note Randall Wells.

Seuls deux dauphins auraient été tués à l'époque à cause des toxines. Mais de très nombreux poissons étaient morts, poussant les cétacés affamés à se rabattre sur les filets de pêche, qui représentent pour eux un risque conséquent.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Plus de cinq tonnes d'écailles de pangolin saisies au Vietnam
Avec le réchauffement, le plancton migre vers le nord
Une étude confirme que la chasse à l'ortolan accélère son déclin
Un gaz néfaste pour la couche d'ozone, pourtant interdit, repéré en Chine
Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Plus de cinq tonnes d'écailles de pangolin saisies au Vietnam
SpaceX lance la première grappe de sa constellation de satellites
Les effets du soleil sur la peau : halte aux idées reçues
L'exposition aux pesticides des fleurs pourrait accroître la tension artérielle des enfants
Perturbateurs endocriniens: l'UFC-Que Choisir alerte sur certains produits à base de soja
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.064 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.