ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Octobre 2018

SANTE - Publié le 16/08/2018 à 00:20


Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires



Une étude américaine prévient les jeunes adultes qui s'adonnent aux beuveries express qu'ils augmentent ainsi leur risque de fort cholestérol et d'hypertension.

L'étude menée par des chercheurs de la Vanderbilt University School of Nursing visait à enquêter sur les effets du "binge drinking" sur la pression artérielle, le cholestérol et la glycémie chez des sujets de 18 à 45 ans.

Ils ont analysé des données émanant de 4.710 adultes qui avaient pris part à un vaste sondage national américain (National Health and Nutrition Examination Survey - NHANES).

Bien que les taux d'hyperalcoolisation soient plus importants dans ce groupe d'âge, les effets des beuveries répétées sur les facteurs de risques de maladies cardiovasculaires ne sont pas bien connus, on ignore aussi si ces effets sont différents chez les sujets masculins et féminins.

Les scientifiques ont classé les participants en deux catégories, ceux qui s'adonnaient de façon exceptionnelle aux beuveries (entre une et 12 fois par an) et les amateurs de "bitures express" qui s'adonnaient à cette pratique plus de 12 fois par an.

Après avoir pris en compte d'autres facteurs potentiels comme l'alimentation et le niveau d'activité physique, les chercheurs ont trouvé que 25,1% des sujets masculins étaient adeptes réguliers des beuveries comme 11,8% des participantes. Les beuveries plus occasionnelles, moins de 12 fois par an, concernaient 29% des participants et 25,1% des participantes au sondage national américain.

Les chercheurs ont noté qu'en comparaison avec les amateurs de beuveries occasionnelles, les gros buveurs masculins enregistraient une tension artérielle systolique plus forte, et plus de cholestérol, deux facteurs de risques qui contribuent aux maladies cardiovasculaires.

En revanche, les beuveries express n'avaient pas d'effet notable sur la tension ni sur le cholestérol des sujets féminins, mais elles contribuaient à une augmentation de leur glycémie en comparaison avec les buveuses occasionnelles.

La co-auteure de l'étude, Mariann Piano, a commenté ces résultats en notant que les jeunes adultes devaient être conscients des conséquences sur le long terme du "binge drinking" notamment parce que "le risque va bien au-delà des mauvais résultats scolaires et du risque plus élevé de blessures accidentelles." 

Ces nouvelles données ainsi que d'autres résultats d'études précédentes montrent que le développement de l'hypertension avant l'âge de 45 ans est associé à des risques bien plus importants de maladies cardiovasculaires plus tard dans la vie, et que les médecins devraient noter l'importance de la réduction de la consommation d'alcool de leurs patients pour prévenir les risques.

Mariann Piano a aussi tenu à préciser que le "binge drinking" enregistrait actuellement un taux record aux États-Unis.

Les résultats sont parus dans le Journal of the American Heart Association.

Dès trois ans, des enfants apprennent les gestes pour sauver des vies
Une très rare maladie infantile paralysante inquiète les autorités aux Etats-Unis
La lumière bleue de nos écrans, nouvelle cible de la cosmétique
Handicap: le nombre de bénéficiaires de l'AAH a doublé depuis 1990
Plus de 600.000 décès en France en 2017, nouveau record depuis l'après-guerre
La dépression a progressé en France ces dernières années
À l'ombre des vignes de Niagara, le cannabis a remplacé les orchidées
Le cannabis, nouvel eldorado des géants de l'alcool?
Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement, conclut une expérience américaine
Près d'un Français sur trois a renoncé à des soins ces derniers mois
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La mission européenne BepiColombo en route vers la planète Mercure
Dès trois ans, des enfants apprennent les gestes pour sauver des vies
Iter: des dizaines d'années et des milliards d'euros pour un chantier titanesque
Dans les mers australes, des albatros espions sur la trace de pêches illégales
Une solution pour exploiter les données génétiques sans violer la vie privée
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.049 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.