ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 17 Août 2018

SANTE - Publié le 18/07/2018 à 21:30


Sida: trois porteurs du virus sur cinq ont maintenant accès aux traitements



Près de trois séropositifs sur cinq dans le monde - 21,7 millions sur 36,9 millions au total - prennent des traitements antirétroviraux, soit la plus haute proportion jamais atteinte, selon un rapport de l'Onusida publié mercredi.

L'instance de l'ONU chargée de la lutte contre le sida a toutefois tiré la « sonnette d'alarme » sur l'insuffisance des financements. « Il manque 7 milliards de dollars par an (...) pour nous permettre de maintenir nos résultats », a déclaré à l'AFP son directeur général Michel Sidibé.

En 2017, 36,9 millions de personnes dans le monde vivaient avec le VIH (contre 36,3 millions en 2016), selon le rapport annuel de l'Onusida dévoilé à Paris. Et 21,7 millions avaient accès aux traitements antirétroviraux qui préviennent le développement du sida (contre 19,4 millions en 2016).

L'an dernier, 940 000 personnes dans le monde sont mortes de maladies liées au sida (990 000 en 2016), selon ces chiffres publiés avant la conférence internationale sur le sida d'Amsterdam (23-27 juillet).

À titre de comparaison, au pic de l'épidémie en 2005, 1,9 million de décès dans le monde étaient liés au sida, et seuls 2 millions de porteurs du virus VIH (sur 30 millions au total) avaient accès aux traitements.

Il y a eu 1,8 million de nouvelles infections l'an dernier, un nombre stable par rapport aux années précédentes.

La moitié des enfants non traités

Ces résultats globaux cachent de fortes disparités. En Afrique de l'Ouest et centrale notamment, seuls 40 % des porteurs du virus ont accès aux traitements.

« Certains pays continuent à nous inquiéter, comme le Nigeria, qui représente à lui seul environ la moitié de toutes les nouvelles infections d'Afrique de l'Ouest », selon M. Sidibé.

Autre source d'inquiétude : « l'épidémie en Russie est en train de se généraliser. Alors qu'elle était concentrée sur les populations qui s'injectent des drogues, elle touche de plus en plus la population générale », a expliqué M. Sidibé.

Il a pointé du doigt « des lois généralement punitives ». Celles-ci empêchent « de mettre en place des politiques de réduction des risques qui permettraient à ces populations qui s'injectent des drogues d'avoir accès à des services de santé (...) Ces personnes se cachent et infectent leurs partenaires ».

M. Sidibé a par ailleurs reconnu des insuffisances dans la lutte contre le sida chez les enfants.

« Même si on a évité 1,4 million de nouvelles infections chez les enfants depuis 2010, on constate malheureusement que nous n'avons pas fait suffisamment de progrès », a-t-il noté.

« On continue à avoir plus de 50 % des enfants qui n'ont pas accès au traitement, et il y a eu l'année dernière 110 000 décès et 180 000 nouvelles infections. C'est inadmissible », a-t-il ajouté.

Après les succès remportés ces dernières années, « nous nous endormons sur nos lauriers et nous faisons face à une crise de la prévention », a estimé le patron malien de l'Onusida, en insistant sur l'importance du financement.

« La crainte est que la diminution des contributions des bailleurs internationaux n'entraîne une diminution des investissements internes des pays touchés », a-t-il dit. Or, « au moins 44 pays dépendent à 75 % de l'aide internationale pour combattre l'épidémie ».

« Si l'on ne dispose pas de ces ressources, il y a un risque important de rebond de l'épidémie, avec un risque de résistance grandissante et d'augmentation de la mortalité due au sida », a-t-il prévenu.

En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
La prévention contre l'excès de sel devrait se concentrer sur la Chine
Blanchiment de la peau: comment ça marche
Trouble de l'attention chez l'enfant: une étude conforte la Ritaline
Des algues dans l'assiette, oui, mais attention à l'excès d'iode
En cas d'infarctus, une femme survit davantage avec un médecin femme
Démence: les buveurs modérés moins touchés que les abstinents
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
 LES PLUS LUS 
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
L'odeur du café est-elle suffisante pour stimuler notre cerveau ?
Naissances en série au zoo d'Amnéville
A Strasbourg, la révolution verte est en marche
Des records de chaleur dans tout l'hémisphère nord
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.025 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.