ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 23 Septembre 2018

RECHERCHE - Publié le 10/07/2018 à 20:13


Test prometteur en Australie pour combattre la dengue



Plus de 80% d'une colonie de moustiques répandant la fièvre de dengue ont été anéantis dans une ville australienne lors d'un test prometteur pour combattre cette infection virale dangereuse, ont indiqué mardi des scientifiques.

Des chercheurs du Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO), organisme public australien de recherche scientifique, ont reproduit des millions de moustiques mâles Aedes aegypti non piqueurs, dans le cadre d'un projet financé par Alphabet, la maison-mère de Google.

Les insectes étaient infectés par la bactérie Wolbachia, qui les rend stériles. Ils ont ensuite été relâchés à Innisfail, ville de l'État régional du Queensland (nord-est). Pendant plus de trois mois, ils ont fécondé des femelles qui ont pondu des oeufs n'ayant pas éclos, entraînant une chute vertigineuse de leur population.

Le moustique Aedes aegypti, l'un des plus dangereux au monde, est le vecteur principal de la dengue, du virus Zika, du chikungunya et de la fièvre jaune. Il est responsable de l'infection de millions de personnes chaque année à travers le monde. C'est pourquoi ce test scientifique constitue une avancée majeure, a indiqué Kyran Stauton, de l'Université australienne James Cook.

« Nous avons beaucoup appris en participant à ce premier essai tropical et nous sommes enthousiastes à l'idée de voir cette approche appliquée dans d'autres régions où l'Aedes aegypti est une menace pour la vie et la santé », a-t-il dit.

Cette technique de stérilisation d'insectes a déjà été effectuée par le passé, mais le défi de la faire réussir sur des moustiques était d'arriver à en produire suffisamment, d'identifier les mâles, de retirer les femelles piqueuses et ensuite de les relâcher en nombre suffisamment important pour anéantir une population.

« Nous sommes très heureux de voir une importante suppression de ces dangereux moustiques femelles piqueuses Aedes aegypti », a déclaré Nigel Snoad, de la société de sciences de la vie Verify (Alphabet), qui a financé le projet.

Le probable successeur des néonicotinoïdes néfaste aux bourdons
Japon: essai sur l'homme d'un traitement de Parkinson par cellules souches
Des chercheurs développent un test sanguin pour détecter le mélanome
Des ciseaux génétiques provoquent des mutations inattendues
Ebola: des chercheurs espagnols travaillent sur un vaccin universel
Test prometteur en Australie pour combattre la dengue
Les thérapies géniques: un espoir pour les patients, un défi pour les payeurs
Progrès encourageant vers un vaccin contre le VIH
La plupart des études sont fausses: l'avertissement choc d'un chercheur
La médecine moins lourde contre le cancer progresse
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'espérance de vie des Européens, en hausse mais menacée par l'obésité
Plan santé: il y aura des mesures sur la psychiatrie selon Agnès Buzyn
Évaluation de l'homéopathie: la Haute autorité de santé peaufine sa méthode
Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques
Colombie: naissance en captivité d'un singe araignée, espèce menacée
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.031 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.