ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 21 Novembre 2018

SANTE - Publié le 06/07/2018 à 17:20


Et si une prothèse pouvait restituer artificiellement le ton de la voix ?



On se souvient tous de la voix robotique de l'astrophysicien, aujourd'hui décédé, Stephen Hawkins. Sa voix était restituée de façon monocorde par un ordinateur. Des scientifiques de l'Université de Californie à San Francisco, aux Etats-Unis, en découvrant comment le cerveau agissait dans l'intonation de la voix, estiment pouvoir développer à l'avenir un appareil capable de restituer une voix synthétique avec du ton.

L'étude a été menée sur des personnes s'exprimant en temps réel pour définir les zones du cerveau en action à ce moment.

Pour en arriver à ce résultat, les patients ont dû prononcer cette phrase "I never said she stole my money" ("Je n'ai jamais dit qu'elle avait volé mon argent", ndlr) selon différentes intonations.

Et la zone du cerveau qui agit se trouve finalement dans le cortex moteur sur le dessus du crane. Dès lors, pour les scientifiques auteurs de l'étude, les perspectives de recherche s'ouvrent largement au point d'imaginer à terme une prothèse capable non seulement de reproduire vocalement un mot, mais également de lui associer une intonation.

Cette découverte publiée dans la revue scientifique Cell montre encore que la connaissance de notre cerveau, et celle du langage aussi, est loin d'être aboutie.

La lutte contre la paludisme au point mort, selon l'OMS
Epidémie de sans-gluten ? La recherche tente d'y voir plus clair
La méditation efficace pour soigner le stress post-traumatique
La CIA avait envisagé des sérums de vérité pour ses prisonniers après le 11-Septembre
Don du sang et transfusion: les homosexuels n'ont pas augmenté le risque de transmission du VIH affirme une étude
Un régime pauvre en glucide peut aider les obèses à contrôler leur poids
Les bactéries résistantes coûtent cher en vies et en dépenses
Les bactéries multi-résistantes responsables de 33.000 morts en Europe
Une femme meurt d'un cancer après avoir reçu les poumons d'une fumeuse
Attendre au moins 12 mois entre deux grossesses réduit les risques
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Jeux d'immersion: la course aux salles de réalité virtuelle est lancée
Asticots et vin de souriceaux: en Suède, un Musée de la nourriture dégoûtante
Comment les chats utilisent leur langue pour mouiller leur fourrure, selon des chercheurs
Les chances de préserver le thon obèse s'amenuisent
L'humanité face à un risque de catastrophes climatiques simultanées
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.074 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.