ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 16 Juillet 2018

SCIENCE - Publié le 01/07/2018 à 01:08


Brest: à la recherche de La Cordelière, une nef coulée en 1512



"On a eu un écho intéressant": devant ses écrans, au large de Brest, Joshua Bac scrute les fonds marins à l'affût du moindre signe de la présence de l'épave de La Cordelière, mythique navire coulé en 1512 lors d'une féroce et mythique bataille contre les Anglais.

Une nouvelle campagne de prospection, après celles menées dans les années 1990 et 2000, a débuté cette semaine, sous un large soleil, entre le goulet de Brest et la Pointe Saint-Mathieu. Objectif: retrouver la puissante nef de 40 mètres de long, armée de 200 canons et dotée d'un équipage de 1.000 hommes.

Commandé par le fameux capitaine Hervé de Portzmoguer, fidèle serviteur de la duchesse Anne de Bretagne, le navire fait face le 10 août 1512 à une armada anglaise envoyée à la surprise générale par Henri VIII. La Cordelière s'engage dans un combat naval avec le Regent, fleuron de la flotte britannique.

Abordage, tirs, explosions et voiles en flammes: les deux navires finissent par sombrer, emportant avec eux plus de 1.500 hommes et tout un pan de l'histoire maritime de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle.

"Si nous avions l'opportunité de fouiller ces épaves, c'est comme si on retrouvait l'un de ces livres magiques dont on sait qu'ils peuplaient les grandes bibliothèques et dont on a perdu la trace", assure à l'AFP Michel L'Hour, directeur du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines du ministère de la Culture (DRASSM), à l'origine avec la région Bretagne de cette nouvelle campagne.

"C'est un manuscrit de la période, sans doute endommagé mais c'est un incunable absolument irremplaçable", explique l'expert, soulignant qu'à l'échelle de la planète il n'y a pas pléthore d'épaves de cette période qui aient été fouillées.

- "extrêmement patient" -

L'étude des épaves des deux navires pourrait livrer des informations totalement inédites sur les méthodes de construction navale de l'époque, l'artillerie embarquée, le mobilier de bord ou encore l'accastillage des navires armés, tant sous le règne de la duchesse Anne que sous Henri VIII.

"On en est où là Joshua ?", interroge Marine Sadania, l'une des quatre archéologues du DRASSM présents à bord du navire scientifique "André Malraux" à l'adresse du jeune hydrographe. "Là, le fond est assez plat, mais on a eu des dunes tout à l'heure et un écho intéressant", lui répond Joshua Bac.

Chaque point notable signalé est répertorié afin de l'analyser ultérieurement de manière plus approfondie et de décider éventuellement d'y envoyer des plongeurs ou un robot sous-marin s'il se trouve à plus de 50 mètres de profondeur.

Depuis le début de cette nouvelle campagne mardi, le jeune hydrographe aux cheveux noués en catogan a déjà signalé la présence de deux ancres émergeant des sédiments sous-marins et distantes de 15 mètres seulement l'une de l'autre. "C'est beaucoup trop tôt pour dire que ce sont les ancres de La Cordelière et du Régent", s'empresse de souligner Marine Sadania.

Cette campagne, réalisée sur une zone de 25 km2 à l'aide de plusieurs moyens de détections, dont trois acoustiques -sonar à balayage latéral, sondeur multifaisceau et pénétrateur à sédiments-, ainsi que d'un magnétomètre, va se poursuivre jusqu'au 13 juillet, avant de nouvelles recherches programmées sur les trois prochaines années.

Des investigations sous-marines avaient déjà été menées entre 1996 et 2001 par l'équipe de Max Guérout, un ancien officier de la marine. Bien que n'ayant pas abouti à la découverte des épaves, elles ont permis de dresser une première cartographie sous-marine de la zone, ainsi qu'un premier inventaire de la documentation historique disponible.

"Grâce à l'analyse des archives, à l'étude des courants, aux nouvelles technologies et à nos partenaires (Ifremer, ENSTA Bretagne, Shom, iXblue...) on a aujourd'hui de bonnes chances de trouver ces épaves", précise Michel L'Hour, soulignant cependant que "la meilleure garantie de succès, c'est de se montrer extrêmement patient".

Découverte exceptionnelle d'un crâne de mastodonte, cousin de l'éléphant
Lorsqu'il s'est investi, l'humain peut être aussi bête qu'une souris
Des outils trouvés en Chine repoussent la présence de l'homme en Asie
Après le séisme de Mexico, un temple découvert dans une pyramide
Argentine: découverte d'un dinosaure géant vieux de plus de 200 milllions d'années
Les Romains pourraient avoir chassé la baleine en Méditerranée
Découverte d'un dinosaure géant en Argentine
Un extrait de l'Odyssée découvert gravé sur une tablette antique
En colonisant l'Amérique, les Européens auraient fait disparaître d'anciens chiens
Lancement d'un plan pour la science ouverte, accessible à tous
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Au Kenya, les restes de poisson donnent des objets de mode en cuir
Le paracétamol, un médicament courant mais dangereux
Régner depuis son salon: les micronations de l'immense Australie
Japon: des entreprises ont utilisé des apprentis étrangers pour décontaminer Fukushima
Plus d'1 million de m3 de matières et déchets radioactifs en France
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.032 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.