ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 17 Juillet 2018

CIEL&ESPACE - Publié le 28/06/2018 à 17:48


Nouveau retard important pour le prochain télescope spatial de la NASA



Le lancement du surpuissant télescope spatial James Webb Space Telescope a une nouvelle fois été repoussé par la NASA en raison de problèmes techniques et d'erreurs humaines. Il ne devrait finalement pas être lancé avant mars 2021.

Imaginé dans les années 1990, le télescope devait être lancé en 2010, selon un calendrier de 2002. Mais au fil des années, la date du lancement a été progressivement reportée, à 2013, puis 2018, 2019, et, en mars dernier, à mai 2020.

Une commission indépendante avait été convoquée pour évaluer la situation et son rapport a été rendu public mercredi.

La NASA a annoncé concomitamment que la nouvelle date de lancement serait le 30 mars 2021, et que le coût total du télescope passerait à 9,66 milliards de dollars, dont 8,8 milliards pour le développement, soit 800 millions de plus que le plafond autorisé par le Congrès. Les élus américains devront donc voter une nouvelle rallonge au projet. Le coût de Webb était estimé en 2007 à 4,5 milliards de dollars.

L'Agence spatiale européenne et le Canada sont partenaires du télescope.

Les auditeurs notent que le projet est, certes, l'un des plus complexes jamais réalisés. Le télescope sera cent fois plus sensible que Hubble, lancé en 1990. Son miroir principal fera 6,5 mètres de diamètre, trois fois plus qu'Hubble. Il sera placé en orbite autour du Soleil, à 1,5 million de kilomètres de la Terre quand Hubble se trouve à 600 km.

Il sera plié comme un origami à l'intérieur d'une fusée Ariane 5, lancée depuis Kourou en Guyane, et son dépliage sera particulièrement délicat. Son bouclier solaire, composé de cinq couches, sera de la taille d'un court de tennis.

Le président de la commission d'évaluation Tom Young a expliqué à la presse que des erreurs humaines, le manque d'expérience dans certains domaines comme le bouclier solaire ainsi que la complexité et un optimisme excessif étaient responsables du retard.

Par exemple, un mauvais solvant a été utilisé pour nettoyer certaines valves de propulsion et les ingénieurs ont dû les démonter et les remplacer. Dans un autre cas, le câblage d'un appareil a été mal fait et a entraîné un voltage trop élevé.

Des problèmes ont aussi été identifiés avec le groupe sous-traitant Northrop Grumman.

La réponse de la NASA est que «Webb vaut la peine d'attendre», selon la formule répétée par plusieurs responsables lors d'une conférence téléphonique.

«Dans l'espace, il faut toujours regarder le long terme», a déclaré l'administrateur de la NASA Jim Bridenstine, dans un message vidéo. «Je vous assure qu'à la fin, le télescope Webb en vaudra la peine».

Douze nouvelles lunes découvertes autour de Jupiter
Les Américains peut-être absents de l'espace après novembre 2019
Tourisme spatial: les premiers vols réguliers peut-être en 2019
Un vaisseau cargo russe rejoint l'ISS en un temps record
Israël veut lancer son premier engin spatial vers la lune
Espace: la Chine conçoit un lanceur surpuissant pour 2030
Oumuamua serait en fait une comète
Un cerveau volant lancé par SpaceX vers la Station spatiale internationale
A Toulouse, renforcer le rôle de passeur de savoirs des planétariums
Nouveau retard important pour le prochain télescope spatial de la NASA
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les parents protègent leurs enfants des dangers du soleil mieux qu'eux-mêmes
Indonésie: une foule en colère massacre près de 300 crocodiles
Chine: plongée en eau vraiment trouble
Le coût du soutien aux énergies renouvelables va augmenter en 2019
Eruption à Hawaï: 23 blessés dans un tour en bateau, nouvelle île de lave
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.026 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.