ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 16 Fevrier 2019

SANTE - Publié le 27/06/2018 à 20:53


Avorter dans un cabinet pas plus dangereux que dans un hôpital, selon une étude américaine



Les strictes et coûteuses normes hospitalières imposées par certains États américains conservateurs aux cliniques d'avortement ne permettent apparemment pas de réduire les complications liées à l'intervention, selon une étude portant sur une partie des IVG réalisées aux États-Unis et publiée mardi.

Plus de 95 % des avortements aux États-Unis ont lieu en dehors d'un hôpital: principalement dans des cliniques d'avortement ou des cabinets médicaux.

Mais depuis les années 2000, 13 États ont imposé à ces lieux d'avoir des «centres de chirurgie ambulatoire», ce qui implique des couloirs d'une certaine largeur, des salles d'opération stériles et des lavabos de type hospitalier, un investissement qui peut s'élever à cinq millions de dollars, selon l'étude publiée dans la revue de l'Association médicale américaine, JAMA.

Ces normes sont interprétées comme un obstacle au droit constitutionnel à l'avortement, et une façon indirecte pour les élus anti-IVG de faire fermer des cliniques d'avortement.

Les défenseurs de ce droit clament depuis longtemps que ces normes sanitaires sont inutiles.

Les auteurs de l'étude ont donc analysé les complications liées à 50 000 avortements réalisés de 2011 à 2014, dans des centres de chirurgie ambulatoire et en cabinets.

Ils n'ont trouvé aucune différence statistique significative entre le nombre de complications (hémorragies, infections...) dans l'un et l'autre des environnements.

Mais l'étude, bien que de grande échelle, comporte des limites importantes. Il est possible que les femmes se rendant dans des cliniques de niveau hospitalier ne soient pas les mêmes, du point de vue médical ou démographique, que les autres, ce qui pourrait influer sur le taux de complications.

D'autre part, seules les femmes ayant une assurance privée ont été incluses dans l'étude, or elles ne représentent que 15 % des avortements aux États-Unis, des couvertures publiques étant disponibles pour les plus pauvres. Le résultat n'est donc pas généralisable.

Avant la légalisation au niveau national de l'avortement par la Cour suprême, en 1973, les avortements étaient réalisés dans les hôpitaux, dans les États où cela était autorisé. Puis les procédures ont de plus en plus été transférées à des cliniques et des cabinets, pour des raisons pratiques et de coûts, écrivent dans un éditorial les médecins Carolyn Westhoff et Anne Davis, du centre médical de l'Université Columbia à New York.

Elles rappellent que l'avortement est réalisé par l'ouverture non stérile du vagin et du col de l'utérus, et qu'un environnement stérile n'est donc pas requis.

«Obliger des cabinets à se transformer en centres chirurgicaux ambulatoires sans justification médicale est un obstacle trop élevé», écrivent-elles, «et conduira probablement à réduire l'accès des femmes à l'avortement».

L'OMS cible le volume audio des smartphones et MP3
Les Français mangent de la viande en moyenne 3,4 fois par semaine
L'épidémie de grippe a déjà fait 1.800 morts cet hiver
Le sport a un impact positif sur la santé des enfants traités pour des cancers
Un adolescent obèse augmenterait son risque futur d'inaptitude au travail
Les Français consomment de moins en moins de vin
Homéopathie, une pratique controversée en trois grands points
Une alimentation équilibrée pourrait réduire les symptômes de dépression
Pollution: les plus pauvres et les plus vulnérables sont les plus exposés
La justice valide la procédure d'arrêt des soins pour Vincent Lambert
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'OMS cible le volume audio des smartphones et MP3
Action en justice contre la chasse au dauphin au Japon
Le zoo de Chester diffuse de rares images de pangolins géants
Fukushima: un robot confirme la possibilité de soulever du combustible fondu
La Gaming Academy, une école pour e-sportifs à Lyon
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.027 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.