ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 16 Juillet 2018

SANTE - Publié le 27/06/2018 à 20:53


Avorter dans un cabinet pas plus dangereux que dans un hôpital, selon une étude américaine



Les strictes et coûteuses normes hospitalières imposées par certains États américains conservateurs aux cliniques d'avortement ne permettent apparemment pas de réduire les complications liées à l'intervention, selon une étude portant sur une partie des IVG réalisées aux États-Unis et publiée mardi.

Plus de 95 % des avortements aux États-Unis ont lieu en dehors d'un hôpital: principalement dans des cliniques d'avortement ou des cabinets médicaux.

Mais depuis les années 2000, 13 États ont imposé à ces lieux d'avoir des «centres de chirurgie ambulatoire», ce qui implique des couloirs d'une certaine largeur, des salles d'opération stériles et des lavabos de type hospitalier, un investissement qui peut s'élever à cinq millions de dollars, selon l'étude publiée dans la revue de l'Association médicale américaine, JAMA.

Ces normes sont interprétées comme un obstacle au droit constitutionnel à l'avortement, et une façon indirecte pour les élus anti-IVG de faire fermer des cliniques d'avortement.

Les défenseurs de ce droit clament depuis longtemps que ces normes sanitaires sont inutiles.

Les auteurs de l'étude ont donc analysé les complications liées à 50 000 avortements réalisés de 2011 à 2014, dans des centres de chirurgie ambulatoire et en cabinets.

Ils n'ont trouvé aucune différence statistique significative entre le nombre de complications (hémorragies, infections...) dans l'un et l'autre des environnements.

Mais l'étude, bien que de grande échelle, comporte des limites importantes. Il est possible que les femmes se rendant dans des cliniques de niveau hospitalier ne soient pas les mêmes, du point de vue médical ou démographique, que les autres, ce qui pourrait influer sur le taux de complications.

D'autre part, seules les femmes ayant une assurance privée ont été incluses dans l'étude, or elles ne représentent que 15 % des avortements aux États-Unis, des couvertures publiques étant disponibles pour les plus pauvres. Le résultat n'est donc pas généralisable.

Avant la légalisation au niveau national de l'avortement par la Cour suprême, en 1973, les avortements étaient réalisés dans les hôpitaux, dans les États où cela était autorisé. Puis les procédures ont de plus en plus été transférées à des cliniques et des cabinets, pour des raisons pratiques et de coûts, écrivent dans un éditorial les médecins Carolyn Westhoff et Anne Davis, du centre médical de l'Université Columbia à New York.

Elles rappellent que l'avortement est réalisé par l'ouverture non stérile du vagin et du col de l'utérus, et qu'un environnement stérile n'est donc pas requis.

«Obliger des cabinets à se transformer en centres chirurgicaux ambulatoires sans justification médicale est un obstacle trop élevé», écrivent-elles, «et conduira probablement à réduire l'accès des femmes à l'avortement».

Le paracétamol, un médicament courant mais dangereux
Première radiographie couleur 3D d'un humain
Un petit lien établi entre nourriture solide et sommeil de bébé
Cigarette de cannabis thérapeutique: Buzyn pas opposée si c'est utile
Greffe d'organes: Pékin n'est plus persona non grata malgré un manque de transparence
Rougeole: troisième décès en 2018 en France, une jeune fille de 17 ans à Bordeaux
Le Novitchok, arme chimique russe dangereuse et mal connue
Et si une prothèse pouvait restituer artificiellement le ton de la voix ?
Enfants de la grotte en Thaïlande: se remettre sur pied, une épreuve
La testostérone pousserait les hommes à consommer plus prestigieux
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Au Kenya, les restes de poisson donnent des objets de mode en cuir
Le paracétamol, un médicament courant mais dangereux
Régner depuis son salon: les micronations de l'immense Australie
Japon: des entreprises ont utilisé des apprentis étrangers pour décontaminer Fukushima
Plus d'1 million de m3 de matières et déchets radioactifs en France
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.028 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.