ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 19 Novembre 2018

SEXO - Publié le 20/06/2018 à 15:47


Le transsexualisme ne doit plus être considéré comme une maladie mentale, dit l'OMS



L'OMS estime que le transsexualisme, le fait d'avoir le sentiment d'appartenir au sexe opposé, ne doit plus être considéré comme une maladie mentale, une décision qui devra être validée par les pays en 2019.

C'est ce qu'il ressort de la 11e version de la Classification internationale des maladies (CIM), publiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) cette semaine et première mise à jour globale de cette nomenclature depuis le début des années 1990.

Le document, appelé CIP-11, sera présenté à l'Assemblée mondiale de la Santé, en mai 2019 à Genève, pour adoption par les États membres, et entrera en vigueur le 1er janvier 2022.

La nouvelle classification comporte de nouveaux chapitres, dont un consacré à la santé sexuelle. Il recouvre des affections auparavant classées ailleurs, comme l'«incongruence de genre», à savoir le transsexualisme, classée jusqu'alors avec les troubles mentaux.

L'un des «très gros problèmes» est que «le fait de lier (le transsexualisme) aux maladies mentales est stigmatisant», a expliqué mardi à l'AFP Lale Say, en charge du département Santé reproductive et recherche à l'OMS.

Aussi, l'OMS s'attend à ce que la nouvelle classification du transsexualisme «réduise la stigmatisation, ce qui pourrait contribuer à une meilleure acceptation de ces personnes par la société [...] et même augmenter leur accès aux soins de santé», a-t-elle dit.

En février 2010, la France avait été le premier pays au monde à sortir le transsexualisme de la liste des affections psychiatriques.

La nouvelle classification de l'OMS - la CIM-11 - prévoit également un nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle. Alors que des millions de personnes y ont recours dans le monde, elle n'avait jamais été répertoriée dans ce système.

Le trouble du jeu vidéo a pour sa part été ajouté à la section sur les troubles de l'addiction.

Sexe et consentement : des premiers rapports pas toujours voulus
Une ville américaine s'oppose à la première maison close de robots
Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni
De l'influence des textos sur les relations amoureuses
Quand on veut être père, mieux vaut porter le caleçon
Gonorrhée : espoir pour un nouveau traitement
Sites de rencontres : hommes et femmes n'auraient pas les mêmes exigences de niveau d'instruction
Sperme dégradé, puberté précoce: des causes probablement environnementales
Manger des noix améliore la qualité du sperme
Au Cambodge, une blogueuse féministe brise les tabous du sexe
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Epidémie de sans-gluten ? La recherche tente d'y voir plus clair
Chine: une carrière reconvertie en hôtel 5 étoiles
Bordeaux : a-t-on enfin localisé le corps disparu de Montaigne ?
Une pub contre l'huile de palme critiquée par un acteur majeur du secteur
Contre la sécheresse, Le Cap devrait déraciner les arbres non indigènes
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.067 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.