ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 21 Novembre 2018

SCIENCE - Publié le 20/06/2018 à 15:47


La plus petite maison du monde repousse les limites de l'extrêmement petit


AFP

Invisible à l'oeil nu, la « plus petite maison du monde » qui se mesure en microns et repousse les limites de l'extrêmement petit est l'une des recherches phares de l'Institut FEMTO-ST de Besançon, digne héritier de la tradition horlogère de la ville.

Quatre murs, une porte, des fenêtres, un toit et une cheminée sur seulement 10 microns de large, 20 microns de long et 15 microns de haut, voici les dimensions de la micro-maison du département de nanorobotique de l'Institut FEMTO-ST (Franche-Comté Electronique Mécanique Thermique et Optique - Sciences et Technologies). 

Cette prouesse technologique est « plus petite que le diamètre d'un poil de bras », souligne l'un de ses créateurs, Jean-Yves Rauch. « On repousse ainsi les limites de la précision et de la taille des objets », se réjouit ce chercheur passionné. 

La micro-maison a été « construite » au sein du laboratoire, dans une chambre sous vide de 60 cm3. À l'intérieur se trouvent un microscope électronique capable de grossir un million de fois une image, un canon à ions faisant office de chalumeau et un robot pour déplacer les objets et les pièces de la maison. 

Aux commandes des opérations d'assemblage, via un ordinateur situé à côté de la chambre sous vide, les chercheurs pilotent le robot et le canon à ions. Ce dernier découpe le patron de la maison sur une membrane de verre de 1,2 micron d'épaisseur (un micron = un millième de millimètre), avant de marquer les plis à la base des murs, qui se relèvent d'eux-mêmes, sans intervention humaine. Le toit et la cheminée viennent ensuite compléter l'édifice. 

L'innovation a été imaginée et réalisée par l'institut de recherche pour "montrer la puissance" de son nouveau système de microrobotique, la plateforme « Robotex » (Microrobotex), qui repousse les frontières des nanotechnologies optiques en combinant plusieurs technologies existantes. 

« Révolutionnaire » 

« Notre maison présente toutes les capacités techniques et technologiques de cette station, qui est révolutionnaire par rapport à ce qui ce fait aujourd'hui en termes de précision et d'assemblage robotique », explique Jean-Yves Rauch. 

Avec cette avancée, « des fibres optiques aussi fines que les cheveux humains peuvent être insérées dans des endroits inaccessibles comme les moteurs à réaction et les vaisseaux sanguins pour détecter les niveaux de radiation ou les molécules virales », expliquent les chercheurs. 

Saluée en mai par la revue américaine spécialisée Journal of Vacuum Science and Technology A, cette innovation du département de nanorobotique de FEMTO-ST s'inscrit dans la tradition du travail de précision propre à l'industrie horlogère. 

À Besançon, capitale de l'horlogerie française depuis la fin du 18e siècle, « il y a un écosystème et un savoir-faire industriel orienté vers les microtechniques et la haute-précision qui ne se retrouve que dans notre région et en Suisse », analyse M. Gauthier. 

« Le département de nanorobotique, dont l'équipe est la plus importante d'Europe avec une cinquantaine de membres, a hérité de cette culture de la mesure précise du temps et de la précision des pièces », ajoute le directeur adjoint. 

Avec plus de 700 chercheurs et un budget global annuel de 39 millions d'euros, l'institut est l'une des plus grandes unités de recherche en France dans les disciplines des sciences de l'ingénieur, de l'information et de la communication. 

Ses travaux de recherche irriguent des domaines industriels aussi divers que l'énergie, les transports, la santé, les télécommunications, le spatial, l'instrumentation et l'industrie du luxe.

Comment les chats utilisent leur langue pour mouiller leur fourrure, selon des chercheurs
Bordeaux : a-t-on enfin localisé le corps disparu de Montaigne ?
Les Etats-unis ouvrent la voie à l'autorisation de la viande de laboratoire
Le CNRS se dote d'un dispositif contre les fraudes scientifiques
Un cratère plus grand que Paris découvert sous la glace du Groenland
Angoulême: un site exceptionnel témoin du changement climatique à la préhistoire
14-18: à Spincourt, un cimetière oublié livre ses premiers secrets
La plus ancienne peinture figurative connue a été réalisée en Asie
L'Égypte dévoile sept tombes du temps des pharaons
Mission franco-italienne sur le corps humain en altitude au Pérou
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Jeux d'immersion: la course aux salles de réalité virtuelle est lancée
Asticots et vin de souriceaux: en Suède, un Musée de la nourriture dégoûtante
Comment les chats utilisent leur langue pour mouiller leur fourrure, selon des chercheurs
Les chances de préserver le thon obèse s'amenuisent
L'humanité face à un risque de catastrophes climatiques simultanées
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.