ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 16 Fevrier 2019

SCIENCE - Publié le 20/06/2018 à 15:47


La plus petite maison du monde repousse les limites de l'extrêmement petit


AFP

Invisible à l'oeil nu, la « plus petite maison du monde » qui se mesure en microns et repousse les limites de l'extrêmement petit est l'une des recherches phares de l'Institut FEMTO-ST de Besançon, digne héritier de la tradition horlogère de la ville.

Quatre murs, une porte, des fenêtres, un toit et une cheminée sur seulement 10 microns de large, 20 microns de long et 15 microns de haut, voici les dimensions de la micro-maison du département de nanorobotique de l'Institut FEMTO-ST (Franche-Comté Electronique Mécanique Thermique et Optique - Sciences et Technologies). 

Cette prouesse technologique est « plus petite que le diamètre d'un poil de bras », souligne l'un de ses créateurs, Jean-Yves Rauch. « On repousse ainsi les limites de la précision et de la taille des objets », se réjouit ce chercheur passionné. 

La micro-maison a été « construite » au sein du laboratoire, dans une chambre sous vide de 60 cm3. À l'intérieur se trouvent un microscope électronique capable de grossir un million de fois une image, un canon à ions faisant office de chalumeau et un robot pour déplacer les objets et les pièces de la maison. 

Aux commandes des opérations d'assemblage, via un ordinateur situé à côté de la chambre sous vide, les chercheurs pilotent le robot et le canon à ions. Ce dernier découpe le patron de la maison sur une membrane de verre de 1,2 micron d'épaisseur (un micron = un millième de millimètre), avant de marquer les plis à la base des murs, qui se relèvent d'eux-mêmes, sans intervention humaine. Le toit et la cheminée viennent ensuite compléter l'édifice. 

L'innovation a été imaginée et réalisée par l'institut de recherche pour "montrer la puissance" de son nouveau système de microrobotique, la plateforme « Robotex » (Microrobotex), qui repousse les frontières des nanotechnologies optiques en combinant plusieurs technologies existantes. 

« Révolutionnaire » 

« Notre maison présente toutes les capacités techniques et technologiques de cette station, qui est révolutionnaire par rapport à ce qui ce fait aujourd'hui en termes de précision et d'assemblage robotique », explique Jean-Yves Rauch. 

Avec cette avancée, « des fibres optiques aussi fines que les cheveux humains peuvent être insérées dans des endroits inaccessibles comme les moteurs à réaction et les vaisseaux sanguins pour détecter les niveaux de radiation ou les molécules virales », expliquent les chercheurs. 

Saluée en mai par la revue américaine spécialisée Journal of Vacuum Science and Technology A, cette innovation du département de nanorobotique de FEMTO-ST s'inscrit dans la tradition du travail de précision propre à l'industrie horlogère. 

À Besançon, capitale de l'horlogerie française depuis la fin du 18e siècle, « il y a un écosystème et un savoir-faire industriel orienté vers les microtechniques et la haute-précision qui ne se retrouve que dans notre région et en Suisse », analyse M. Gauthier. 

« Le département de nanorobotique, dont l'équipe est la plus importante d'Europe avec une cinquantaine de membres, a hérité de cette culture de la mesure précise du temps et de la précision des pièces », ajoute le directeur adjoint. 

Avec plus de 700 chercheurs et un budget global annuel de 39 millions d'euros, l'institut est l'une des plus grandes unités de recherche en France dans les disciplines des sciences de l'ingénieur, de l'information et de la communication. 

Ses travaux de recherche irriguent des domaines industriels aussi divers que l'énergie, les transports, la santé, les télécommunications, le spatial, l'instrumentation et l'industrie du luxe.

Des organismes étaient capables de se déplacer il y a 2,1 milliards d'années
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le stress de la baleine à bec face aux sonars militaires
Le Tombeau des rois, mystères et croyances dans les entrailles de Jérusalem
Des gravures espagnoles vieilles d'un millénaire retrouvées dans un jardin anglais
Chine: une équipe assure avoir cloné 5 singes pour la recherche médicale
Chez les fourmis bâtisseuses de sentiers, chacun fait ce qu'il lui plaît
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'OMS cible le volume audio des smartphones et MP3
Action en justice contre la chasse au dauphin au Japon
Le zoo de Chester diffuse de rares images de pangolins géants
Fukushima: un robot confirme la possibilité de soulever du combustible fondu
La Gaming Academy, une école pour e-sportifs à Lyon
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.042 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.