ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 21 Novembre 2018

SCIENCE - Publié le 18/06/2018 à 19:55


À la recherche de l'ADN du monstre du Loch Ness



Et s'il y avait un fond de vérité aux histoires de créatures géantes surgissant des eaux sombres du Loch Ness ? C'est ce que va tenter de découvrir un scientifique néo-zélandais en analysant l'ADN des eaux de ce lac écossais célèbre dans le monde entier.

Neil Gemmell a fait le voyage depuis l'université d'Otago à Dunedin pour prélever des échantillons d'eau dans l'espoir d'en savoir plus sur les créatures qui habitent les profondeurs du « loch ».

« Plus de 1000 personnes affirment avoir vu un monstre. Peut-être qu'il y a quelque chose d'extraordinaire là-dessous », dit-il à l'AFP en plongeant une sonde de cinq mètres dans le lac.

L'objectif de M. Gemmell est avant tout d'analyser la biodiversité du lac grâce aux techniques dites d'ADN environnemental, qui consiste à séquencer un échantillon d'eau. Mais bien sûr, il garde l'oeil ouvert à toute découverte concernant « l'ADN du monstre ».

Un habitant du cru, Adrian Shine, estime que les recherches du scientifique pourraient contribuer à son propre projet, le Loch Ness Project, prolongement des recherches d'explorateurs comme l'Américain Dan Taylor qui, à la fin des années 60, a sondé les eaux du lac à bord de son sous-marin jaune inspiré de la chanson des Beatles.

« Je suis sûr que nous trouverons certaines espèces qui n'ont probablement jamais été décrites. Ce seront plus probablement des bactéries », estime-t-il. « Si on découvre autre chose, et je dis bien si, alors on aura une bonne idée de quelle sorte de créature ou animal on a affaire ».

Les théories abondent sur la nature du monstre, allant du reptile marin préhistorique au poisson géant en passant par un oiseau aquatique ou... le mouvement des vagues sous l'effet du vent.

« La moindre chose inexpliquée aperçue sur le lac peut se transformer en monstre du Loch Ness du jour », s'amuse Adrian Shine.

Brouillard et mystère

La première mention de la créature du Loch Ness est attribuée à Saint Colomba, évangélisateur de l'Écosse au VIe siècle. La dernière remonte au 26 mars dernier, par un couple d'Américains en visite sur les ruines du château de Urquhart.

« Ils ont décrit une grande ombre se mouvant sous les eaux, dont ils estiment qu'elle mesurait 9 mètres de long », dit Dave Bell, capitaine du bateau de touristes « Nessie Hunter », ou « chasseur de Nessie » - Nessie étant le surnom donné au monstre.

« L'an dernier, nous avons eu un record de vues, 11 au total », affirme-t-il.

Lui n'a pour sa part jamais rien observé malgré les nombreuses années passées sur le lac, qui s'étire sur 39 km de long et seulement 1 à 3 km de large. Rien n'ébranlera toutefois sa conviction que quelque chose se cache bien dans les profondeurs.

« C'est dur d'imaginer que plus d'un millier de personnes puissent se tromper », dit-il. « Trop de gens rationnels et équilibrés ont dit avoir vu ce qu'ils pensent être une créature dans le lac ».

Les Highlands écossais connaissent un boom touristique qui n'est pas entièrement lié à la quête des monstres de légende.

Inverness, la capitale culturelle de la région, constitue la porte d'entrée pour le North Coast 500, un sentier de 500 milles (800 kilomètres) surnommé « la route 66 d'Écosse » et qui a attiré 26 % de touristes supplémentaires l'an dernier.

« Il y a beaucoup de monde dans les parages », constate Joanna Stebbings, chef des opérations au centre de secours marin du Loch Ness qui a effectué un record de 33 interventions l'an dernier.

Andrea Ferguson, 56 ans, une enseignante originaire du Missouri, a réservé une place sur le « Nessie Hunter », pour essayer de voir le monstre qui la fascine depuis l'enfance.

« Tant de gens l'ont vu qu'il peut bien avoir un petit fond de vérité », glisse-t-elle à l'AFP. « Le lac est énorme, beaucoup plus grand que je ne le croyais. L'eau est sombre, très mystérieuse, il y a beaucoup de brouillard et de grandes montagnes drapées dans les nuages qui lui donnent un air de majesté et de mystère. C'est beau ».

Comment les chats utilisent leur langue pour mouiller leur fourrure, selon des chercheurs
Bordeaux : a-t-on enfin localisé le corps disparu de Montaigne ?
Les Etats-unis ouvrent la voie à l'autorisation de la viande de laboratoire
Le CNRS se dote d'un dispositif contre les fraudes scientifiques
Un cratère plus grand que Paris découvert sous la glace du Groenland
Angoulême: un site exceptionnel témoin du changement climatique à la préhistoire
14-18: à Spincourt, un cimetière oublié livre ses premiers secrets
La plus ancienne peinture figurative connue a été réalisée en Asie
L'Égypte dévoile sept tombes du temps des pharaons
Mission franco-italienne sur le corps humain en altitude au Pérou
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Jeux d'immersion: la course aux salles de réalité virtuelle est lancée
Asticots et vin de souriceaux: en Suède, un Musée de la nourriture dégoûtante
Comment les chats utilisent leur langue pour mouiller leur fourrure, selon des chercheurs
Les chances de préserver le thon obèse s'amenuisent
L'humanité face à un risque de catastrophes climatiques simultanées
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.052 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.