ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 26 Mai 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 06/06/2018 à 15:12


La NASA veut faire appel à des entreprises privées pour gérer la Station spatiale



La NASA est en discussion avec plusieurs entreprises privées pour la gestion au quotidien de la Station spatiale internationale (ISS) dans les années à venir, a expliqué l'administrateur de l'agence spatiale américaine Jim Bridenstine.

"Nous sommes maintenant à un stade où il y a des gens en dehors (de la NASA) qui peuvent assurer la gestion commerciale de la Station spatiale internationale", a déclaré mardi M. Bridenstine au quotidien Washington Post, qui a pris la tête de la NASA en avril.

"J'ai eu des discussions avec de nombreuses grandes entreprises qui seraient prêtes à s'impliquer à travers un consortium", a-t-il ajouté, mais sans donner plus de précisions sur les entreprises auxquelles il a parlé.

La Maison Blanche avait indiqué plus tôt cette année qu'elle avait l'intention d'arrêter d'ici 2025 le financement direct de l'avant-poste orbital construit en étroite collaboration avec les Russes, onze pays européens mais aussi les Japonais et les Canadiens.

Les Etats-Unis investissent entre 3 et 4 milliards de dollars par an dans l'ISS, qui a coûté environ 100 milliards de dollars à assembler et qui est habité sans interruption depuis 2000.

Ted Cruz, sénateur républicain du Texas --où l'industrie spatiale est florissante-- avait vertement critiqué l'annonce de la Maison Blanche estimant que "quand vous êtes un conservateur en matière budgétaire vous savez que l'une des choses les plus idiotes que l'on puisse faire c'est d'annuler un programme après des milliards en investissements et quand il reste toujours une durée de vie utile".

Selon les experts, le caractère international de l'avant-poste orbital dont le fonctionnement repose sur une étroite collaboration entre de nombreux partenaires y compris d'agences fédérales américaines pourraient rendre compliqués un éventuel plan de privatisation.

Pour l'heure la NASA a un contrat avec le géant aéronautique et spatial Boeing, pour gérer l'ISS.

Mark Mulqueen, le responsable de la gestion de l'ISS chez Boeing, s'est montré lui aussi sceptique.

"Donner les clés d'une rare structure nationale à des entreprises commerciales avant que le secteur privé ne soit prêt pourrait avoir des conséquences désastreuses pour le leadership américain dans l'espace et pour les chances de bâtir un secteur spatial privé", a-t-il déclaré en février.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


SpaceX lance la première grappe de sa constellation de satellites
Après la Lune, le premier pas sur Mars dans les années 2030... ou 2060?
Voir le trou noir fut comme reconstituer une chanson jouée sur un piano cassé, dit Katie Bouman
SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
La Chine à la recherche du manteau lunaire
SpaceX lance la première vague de sa constellation de satellites
Mission lunaire: la NASA demande une rallonge budgétaire de 1,6 milliard
L'exercice de simulation d'astéroïde a fini par l'annihilation de New York
Si un astéroïde fonçait sur la Terre, que ferait-on?
Un premier séisme détecté sur Mars
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Plus de cinq tonnes d'écailles de pangolin saisies au Vietnam
SpaceX lance la première grappe de sa constellation de satellites
Les effets du soleil sur la peau : halte aux idées reçues
L'exposition aux pesticides des fleurs pourrait accroître la tension artérielle des enfants
Perturbateurs endocriniens: l'UFC-Que Choisir alerte sur certains produits à base de soja
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.