ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 18 Juin 2018

SANTE - Publié le 03/06/2018 à 16:20


Cancer: les traitements ciblés génétiquement prouvent leur efficacité



Les traitements innovants ciblant les tumeurs selon leur carte d'identité génétique, et non leur catégorie générale, améliorent significativement la durée de survie par rapport aux traitements traditionnels, selon la plus grande étude jamais réalisée à ce jour et publiée samedi aux États-Unis.

Tous les cancers du sein, du foie ou autres ne sont pas identiques. Depuis des années, les chercheurs multiplient les séquençages des tumeurs, en particulier celles réfractaires aux traitements habituels, afin de trouver les mutations génétiques chez un patient particulier, et adapter le médicament qui lui sera injecté.

Ces traitements ciblés sont considérés comme très prometteurs, mais encore fallait-il confirmer statistiquement qu'ils sont plus efficaces. C'est ce qu'une équipe de chercheurs au Texas a entrepris de faire en 2007 avec son étude nommée "Impact".

Les chercheurs ont recruté 3.743 patients soignés au Centre de lutte contre le cancer MD Anderson au Texas, de 2007 à 2013. Tous avaient un cancer avancé, notamment du sein, du poumon ou gastro-intestinal. Certains avaient subi jusqu'à 16 traitements.

Parmi eux, 711 ont reçu un médicament adapté à une mutation génétique repérée chez eux. Un second groupe de 596 patients a reçu un protocole standard, principalement car aucun traitement génétiquement adapté n'était disponible pour leur cas.

Au bout de trois ans, 15% de ceux ayant reçu les thérapies moléculaires ciblées étaient encore en vie, contre 7% dans le groupe de patients n'ayant reçu qu'un traitement traditionnel.

Au bout de dix ans, 6% des patients du groupe ciblé étaient en vie, contre 1% dans l'autre groupe.

"C'est la première et la plus grande étude montrant que des traitements adaptés aux mutations génétiques des tumeurs chez des patients souffrant d'un cancer avancé améliorent la survie", a expliqué Catherine Diefenbach, cancérologue au centre médical Langone de l'Université de New York, lors d'une conférence de presse.

Elle commentait les résultats de l'étude, à laquelle elle n'a pas participé et qui a été publiée au deuxième jour de la grande conférence annuelle sur le cancer organisée à Chicago.

- "L'avenir" -

"Avant la médecine de précision, les patients étaient traités en fonction du type de cancer qu'ils avaient", a poursuivi la spécialiste. "Mais une patiente avec un cancer du sein peut avoir des cellules qui ressemblent génétiquement plus à un cancer du poumon qu'à un autre cancer du sein".

"Si on ne traite un cancer qu'en fonction de sa localisation, on passe à côté de toutes ces différences génétiques".

"Cette méthode consistant à identifier génétiquement les tumeurs (...) représente l'avenir", a-t-elle affirmé.

Ce séquençage n'est toutefois pas un traitement miracle. En moyenne, les thérapies ciblées ont augmenté de neuf mois la durée de survie des patients, contre 7,3 mois pour les traitements habituels.

Mais la méthode s'améliore d'année en année.

"Au début, nous ne pouvions travailler que sur un ou deux gènes", a rappelé l'auteure principale de l'étude, la professeure Apostolia Tsimberidou. Aujourd'hui, des centaines de mutations peuvent être repérées.

"Idéalement, à l'avenir, le test génétique des tumeurs et les analyses d'ADN deviendront la norme au moment du diagnostic, ce qui devrait aider les patients dès le début, surtout dans les cancers difficiles", a-t-elle conclu.

De Perpignan à Winnipeg, le combat de Julien face à une maladie orpheline
Une séance de gymnastique de l'oeil contre le stress des urgences ?
Les professionnels du lait alertent sur la confusion avec les jus végétaux
La barre des 6.000 greffes par an dépassée pour la première fois
La télémédecine remboursée à partir de septembre
UFC-Que choisir dénonce "l'explosion" des tarifs des complémentaires
Le don d'organes, une chaîne de vie
Flambée de rougeole en Ukraine : 20.500 malades dont 11 morts cette année
Le QI baisse en raison de l'environnement culturel, selon une étude
Un tiers des Américains prennent des médicaments pouvant causer des dépressions
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Colombie: la paix dévoile des merveilles d'art rupestre cachées dans la jungle
La technique s'améliore pour greffer des organes infectés par l'hépatite C
L'accélérateur de particules du Cern entame sa mue pour multiplier les collisions
Avec plus de 1.400 séismes en un mois, Mayotte vit dans l'angoisse
Turquie: Canal Istanbul, dernier projet fou d'Erdogan
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Reforestation: un appel à projets pour planter un million d'arbres
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.039 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.