ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 19 Août 2018

SANTE - Publié le 03/06/2018 à 16:20


Cancer: les traitements ciblés génétiquement prouvent leur efficacité



Les traitements innovants ciblant les tumeurs selon leur carte d'identité génétique, et non leur catégorie générale, améliorent significativement la durée de survie par rapport aux traitements traditionnels, selon la plus grande étude jamais réalisée à ce jour et publiée samedi aux États-Unis.

Tous les cancers du sein, du foie ou autres ne sont pas identiques. Depuis des années, les chercheurs multiplient les séquençages des tumeurs, en particulier celles réfractaires aux traitements habituels, afin de trouver les mutations génétiques chez un patient particulier, et adapter le médicament qui lui sera injecté.

Ces traitements ciblés sont considérés comme très prometteurs, mais encore fallait-il confirmer statistiquement qu'ils sont plus efficaces. C'est ce qu'une équipe de chercheurs au Texas a entrepris de faire en 2007 avec son étude nommée "Impact".

Les chercheurs ont recruté 3.743 patients soignés au Centre de lutte contre le cancer MD Anderson au Texas, de 2007 à 2013. Tous avaient un cancer avancé, notamment du sein, du poumon ou gastro-intestinal. Certains avaient subi jusqu'à 16 traitements.

Parmi eux, 711 ont reçu un médicament adapté à une mutation génétique repérée chez eux. Un second groupe de 596 patients a reçu un protocole standard, principalement car aucun traitement génétiquement adapté n'était disponible pour leur cas.

Au bout de trois ans, 15% de ceux ayant reçu les thérapies moléculaires ciblées étaient encore en vie, contre 7% dans le groupe de patients n'ayant reçu qu'un traitement traditionnel.

Au bout de dix ans, 6% des patients du groupe ciblé étaient en vie, contre 1% dans l'autre groupe.

"C'est la première et la plus grande étude montrant que des traitements adaptés aux mutations génétiques des tumeurs chez des patients souffrant d'un cancer avancé améliorent la survie", a expliqué Catherine Diefenbach, cancérologue au centre médical Langone de l'Université de New York, lors d'une conférence de presse.

Elle commentait les résultats de l'étude, à laquelle elle n'a pas participé et qui a été publiée au deuxième jour de la grande conférence annuelle sur le cancer organisée à Chicago.

- "L'avenir" -

"Avant la médecine de précision, les patients étaient traités en fonction du type de cancer qu'ils avaient", a poursuivi la spécialiste. "Mais une patiente avec un cancer du sein peut avoir des cellules qui ressemblent génétiquement plus à un cancer du poumon qu'à un autre cancer du sein".

"Si on ne traite un cancer qu'en fonction de sa localisation, on passe à côté de toutes ces différences génétiques".

"Cette méthode consistant à identifier génétiquement les tumeurs (...) représente l'avenir", a-t-elle affirmé.

Ce séquençage n'est toutefois pas un traitement miracle. En moyenne, les thérapies ciblées ont augmenté de neuf mois la durée de survie des patients, contre 7,3 mois pour les traitements habituels.

Mais la méthode s'améliore d'année en année.

"Au début, nous ne pouvions travailler que sur un ou deux gènes", a rappelé l'auteure principale de l'étude, la professeure Apostolia Tsimberidou. Aujourd'hui, des centaines de mutations peuvent être repérées.

"Idéalement, à l'avenir, le test génétique des tumeurs et les analyses d'ADN deviendront la norme au moment du diagnostic, ce qui devrait aider les patients dès le début, surtout dans les cancers difficiles", a-t-elle conclu.

Une étude montre que le vélo est la forme de transport la plus saine en ville
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
La prévention contre l'excès de sel devrait se concentrer sur la Chine
Blanchiment de la peau: comment ça marche
Trouble de l'attention chez l'enfant: une étude conforte la Ritaline
Des algues dans l'assiette, oui, mais attention à l'excès d'iode
En cas d'infarctus, une femme survit davantage avec un médecin femme
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une étude montre que le vélo est la forme de transport la plus saine en ville
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Moins de deux enfants? En Chine, on propose de vous taxer
Tefé, une ville au coeur de l'Amazonie brésilienne
 LES PLUS LUS 
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
L'odeur du café est-elle suffisante pour stimuler notre cerveau ?
Rio capitale mondiale des maths, médailles Fields à la clé
Naissances en série au zoo d'Amnéville
A Strasbourg, la révolution verte est en marche
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.024 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.