ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 21 Octobre 2018

PLANETE - Publié le 29/05/2018 à 14:22


Sixième vie de la Grande Barrière de corail en 30.000 ans



La Grande Barrière de corail est presque morte cinq fois en 30.000 ans, ressuscitant grâce à la migration de certains coraux, mais le rythme sans précédent de hausse du niveau et de la température des océans pourrait avoir raison d'elle, s'inquiète une étude publiée lundi.

L'actuelle Grande Barrière de corail, récif corallien le plus important au monde né il y a environ 9.000 ans, a déjà vécu plusieurs vies au fil de milliers d'années d'évolutions du climat et de l'environnement.

Deux fois pendant la dernière période glaciaire, il y a 30.000 et 22.000 ans, la chute du niveau des océans expose les récifs à l'air libre, entraînant pratiquement la mort de la barrière, explique cette étude publiée dans la revue Nature Geoscience.

Deux autres épisodes quasi mortels ont lieu il y a environ 17.000 ans et 13.000 ans, provoqués à l'inverse par l'augmentation importante du niveau de la mer, alors que ces petits animaux au squelette de calcaire ne peuvent pas survivre à de grandes profondeurs.

Sa dernière "mort", il y a environ 10.000 ans, est plutôt liée à une accumulation de sédiments et à une baisse de la qualité de l'eau, ajoute l'étude réalisée grâce à des analyses de fossiles de coraux récupérés sur 16 sites de la côte est de l'Australie.

A chaque fois, les capacités d'adaptation des coraux ont permis à la structure de renaître: certains coraux ont ainsi migré vers le large quand le niveau de la mer diminuait, et vers la terre quand il augmentait.

Les chercheurs estiment que le récif a été capable de se déplacer latéralement de 0,2 à 1,5 mètre par an. Cette migration "rapide" suggère qu'"en tant qu'écosystème, la Grande Barrière de corail a été plus résistante aux fluctuations passées du niveau et de la température de la mer que ce qui était estimé précédemment", selon l'étude, qui note également sa "grande sensibilité aux apports de sédiments".

Mais aujourd'hui, l'action de l'homme accélère le rythme de ces fluctuations. Les chercheurs s'inquiètent aussi des activités industrielles et agricoles qui influent sur l'apport en sédiments et la qualité de l'eau.

Dans ce contexte, "nos découvertes donnent peu de raisons de penser à une résistance de la Grande Barrière lors des prochaines décennies", concluent-ils.

"Je m'inquiète vraiment de la capacité de la barrière dans sa forme actuelle à survivre", a commenté le chercheur principal Jody Webster, de l'université de Sydney.

Dans les mers australes, des albatros espions sur la trace de pêches illégales
Les frites, nouvelles victimes de la sécheresse estivale en France
Les émissions liées à l'énergie devraient encore croître en 2018
Le quinquina, l'arbre national du Pérou, méconnu et menacé
Mexique: six spécimens d'une espèce au bord de l'extinction repérés
Un bateau testé pour lutter contre l'île des déchets
Japon: des cerisiers fleurissent, pourtant ce n'est pas le printemps
Climat: le monde a atteint un point de non retour, selon Ban Ki-moon
Tunisie: le crabe bleu, prédateur redoutable devenu proie prisée
Trump: Je suis un véritable défenseur de l'environnement
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La mission européenne BepiColombo en route vers la planète Mercure
Dès trois ans, des enfants apprennent les gestes pour sauver des vies
Iter: des dizaines d'années et des milliards d'euros pour un chantier titanesque
Dans les mers australes, des albatros espions sur la trace de pêches illégales
Une solution pour exploiter les données génétiques sans violer la vie privée
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.077 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.