ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 23 Janvier 2019

PLANETE - Publié le 29/05/2018 à 14:22


Sixième vie de la Grande Barrière de corail en 30.000 ans



La Grande Barrière de corail est presque morte cinq fois en 30.000 ans, ressuscitant grâce à la migration de certains coraux, mais le rythme sans précédent de hausse du niveau et de la température des océans pourrait avoir raison d'elle, s'inquiète une étude publiée lundi.

L'actuelle Grande Barrière de corail, récif corallien le plus important au monde né il y a environ 9.000 ans, a déjà vécu plusieurs vies au fil de milliers d'années d'évolutions du climat et de l'environnement.

Deux fois pendant la dernière période glaciaire, il y a 30.000 et 22.000 ans, la chute du niveau des océans expose les récifs à l'air libre, entraînant pratiquement la mort de la barrière, explique cette étude publiée dans la revue Nature Geoscience.

Deux autres épisodes quasi mortels ont lieu il y a environ 17.000 ans et 13.000 ans, provoqués à l'inverse par l'augmentation importante du niveau de la mer, alors que ces petits animaux au squelette de calcaire ne peuvent pas survivre à de grandes profondeurs.

Sa dernière "mort", il y a environ 10.000 ans, est plutôt liée à une accumulation de sédiments et à une baisse de la qualité de l'eau, ajoute l'étude réalisée grâce à des analyses de fossiles de coraux récupérés sur 16 sites de la côte est de l'Australie.

A chaque fois, les capacités d'adaptation des coraux ont permis à la structure de renaître: certains coraux ont ainsi migré vers le large quand le niveau de la mer diminuait, et vers la terre quand il augmentait.

Les chercheurs estiment que le récif a été capable de se déplacer latéralement de 0,2 à 1,5 mètre par an. Cette migration "rapide" suggère qu'"en tant qu'écosystème, la Grande Barrière de corail a été plus résistante aux fluctuations passées du niveau et de la température de la mer que ce qui était estimé précédemment", selon l'étude, qui note également sa "grande sensibilité aux apports de sédiments".

Mais aujourd'hui, l'action de l'homme accélère le rythme de ces fluctuations. Les chercheurs s'inquiètent aussi des activités industrielles et agricoles qui influent sur l'apport en sédiments et la qualité de l'eau.

Dans ce contexte, "nos découvertes donnent peu de raisons de penser à une résistance de la Grande Barrière lors des prochaines décennies", concluent-ils.

"Je m'inquiète vraiment de la capacité de la barrière dans sa forme actuelle à survivre", a commenté le chercheur principal Jody Webster, de l'université de Sydney.

Hécatombe en Australie: un million de poissons d'eau douce retrouvés morts
Restaurer l'environnement: quand les solutions deviennent problèmes
Un nouveau médusarium hypnotique pour sensibiliser à la santé des océans
Roméo, une des dernières grenouilles de son espèce, a trouvé sa Juliette
Les eaux de la Patagonie, laboratoire naturel pour étudier le changement climatique
La glace de l'Antarctique fond plus vite que jamais
Le monde avance en somnambule vers le désastre climatique, craignent les organisateurs à Davos
Le safe sex, version bernard-l'ermite
Justin Trudeau interpelle Shinzo Abe sur la chasse à la baleine
Le réchauffement des océans revu à la hausse
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les enfants bilingues n'ont pas plus de facilités que les autres en matière de concentration.
Adopter un mode de vie similaire à celui des chasseurs cueilleurs permettrait de rester en bonne santé
La taille et le poids influenceraient plus la longévité féminine que masculine
Japon: un satellite lanceur de météorites en orbite pour un spectacle spatial inédit
La NASA et la Chine collaborent sur la Lune
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.068 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.