ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 19 Août 2018

PLANETE - Publié le 18/05/2018 à 16:19


Japon: seulement un pourcent du plus grand récif de corail reste sain



Le plus grand récif corallien du Japon ne s'est pas remis du blanchissement dont il a été victime sous l'effet de la montée de la température de l'eau de mer et seulement un peu plus de 1% de sa surface est restée saine, selon une étude du gouvernement japonais.

Le volume total de coraux dans le lagon de Sekisei dans le sud-ouest du Japon près de l'île d'Okinawa avait déjà diminué de 80% depuis la fin des années 1980 sous l'effet du réchauffement de la mer et des dégâts provoqués par une étoile de mer mangeuse de coraux.

À présent, 1,4% du lagon qui s'étend sur 67,89 kilomètres carrés, est en bonne santé, après avoir connu des périodes de blanchissement en 1998, 2001, 2007 et plus récemment en 2016.

«Si les récifs de coraux ne guérissent pas, cela entraîne une perte de variétés de faune et de flore et des conséquences graves sur l'écosystème de la région», a déclaré vendredi à l'AFP une responsable du ministère, Chihiro Kondo.

Pour la première fois depuis 2008, le ministère a analysé des photographies satellites et des informations de quelque 1000 sites d'observation du lagon de Sekisei et deux autres récifs autour des ilots d'Ishigaki et Iriomote à Okinawa.

La proportion de coraux sains était de 14,6% en 1991 mais a chuté à 0,8% dans une étude réalisée en 2008, précise Mme Kondo.

Le corail est un petit animal semblable à une méduse inversée avec une bouche entourée de tentacules sous lesquelles il construit son squelette de calcaire, la base des récifs. Mais il ne peut vivre sans la micro-algue zooxanthelle, qui lui apporte jusqu'à 90% de son énergie, via la photosynthèse. Un stress lié à une hausse de température de 0,5 à 1°C et le couple se sépare, le corail dépérit. Il ne laisse que son squelette blanc. C'est le blanchissement, suivi de la mort si la température ne baisse pas avant quelques semaines.

Les récifs, qui recouvrent moins de 0,2% de la surface des océans, abritent 30% des espèces animales et végétales marines, les protégeant des prédateurs et leur servant de garde-manger.

À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Tefé, une ville au coeur de l'Amazonie brésilienne
Brésil: les drones au service de la préservation des dauphins de l'Amazonie
Au Vietnam, les ours d'élevage meurent car leur bile n'a plus la cote
Un drone marin pour recenser et mieux protéger les cétacés en Méditerranée
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride
Puy du fou: des corbeaux ramasseurs de mégots entrent en action
Un envahisseur exotique dans les étangs de l'Ain
En Afrique du Sud, le filon des mines d'or s'épuise irrémédiablement
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une étude montre que le vélo est la forme de transport la plus saine en ville
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Moins de deux enfants? En Chine, on propose de vous taxer
Tefé, une ville au coeur de l'Amazonie brésilienne
 LES PLUS LUS 
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
L'odeur du café est-elle suffisante pour stimuler notre cerveau ?
Rio capitale mondiale des maths, médailles Fields à la clé
Naissances en série au zoo d'Amnéville
A Strasbourg, la révolution verte est en marche
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.022 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.