ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 16 Juillet 2018

SANTE - Publié le 14/05/2018 à 17:40


Cancer de la peau : les nouvelles solutions pour auto-évaluer son risque



Grain de beauté, expositions répétées au soleil ou antécédents familiaux...auto-évaluer son risque de cancer de la peau est désormais possible grâce à des innovations high-tech, applis ou tests en ligne. A l'occasion de la semaine de dépistage et de sensibilisation des cancers de la peau qui débute ce lundi 14 mai, voici une sélection des solutions les plus récentes.

Télédermatologie

Cette année, les dermatologues français vont plus loin dans le dépistage précoce des cancers de la peau à l'occasion de la semaine de dépistage et de sensibilisation à la prévention et à la détection précoce des cancers de la peau qui se tiendra jusqu'au 18 mai. Pour combattre l'expansion des cancers cutanés- carcinomes et mélanomes confondus- le Syndicat National des Dermatologues Vénéréologues (SNDV) lance une appli. Objectif ? Permettre de transmettre- via une vingtaine de généralistes volontaires- les données de patients présentant des lésions douteuses résidant dans des zones de désert médicaux à des spécialistes pour établir un diagnostic.

S'auto-tester en ligne

Des scientifiques australiens du Berghofer Medical Research Institute du Queensland (QMIR) ont développé un test en ligne en anglais issu d'une étude scientifique menée auprès de 44.00 volontaires. L'outil ( Skin cancer risk assessment tool) permet d'évaluer son risque du cancer de la peau à 3 ans avec une fiabilité de 80 %. Parmi les 10 questions posées, le test recense divers facteurs de risque comme l'âge, le tabac, le nombre de graves coups de soleil avant l'âge de 10 ans et de grains de beauté et/ou antécédents de cancers de la peau.

Un cliché via smartphone

Dans un avenir proche, il sera même sans doute possible d'identifier une tumeur cancéreuse de la peau à partir d'une photo prise à l'aide de son smartphone. Un algorithme mis au point par des chercheurs de l'université de Stanford,qui ont publié leurs résultats dans la revue Nature, permet en effet de s'auto-diagnostiquer grâce à une reconnaissance d'images de Google basées sur 129.000 photos de lésions cutanées, associées à environ 2000 maladies de peau différentes. La solution est capable de détecter les mélanomes malins de ceux bénins, posant les mêmes diagnostics que ceux de 21 dermatologues diplômés sur les mêmes cas.

Un boitier high-tech prometteur

Des ingénieurs canadiens ont mis au point un boîtier high-tech, sKan, capable en quelques secondes de détecter un mélanome grâce à des capteurs thermiques qui mesurent la température de la peau dans une zone précise où est injectée du froid. L'innovation a remporté le concours d'invention James Dyson Award 2017. Des essais cliniques seront prochainement lancés.

A noter qu'aucune appli ou test en ligne ne remplace pas un avis médical ni une consultation chez un spécialiste. Selon l'INCa, le nombre de nouveaux cas de cancers de la peau aurait triplé entre 1980 et 2012. 200.00 mélanomes, la forme la plus agressive de cancer cutané, sont détectés chaque année dans le monde dont 14.300 en France.

A l'occasion de la semaine de dépistage et de sensibilisation à la prévention et à la détection précoce des cancers de la peau, des dermatologues proposent des dépistages gratuits dans leur cabinet partout en France. Il faut d'abord s'inscrire sur le site dermatos.fr

Le paracétamol, un médicament courant mais dangereux
Première radiographie couleur 3D d'un humain
Un petit lien établi entre nourriture solide et sommeil de bébé
Cigarette de cannabis thérapeutique: Buzyn pas opposée si c'est utile
Greffe d'organes: Pékin n'est plus persona non grata malgré un manque de transparence
Rougeole: troisième décès en 2018 en France, une jeune fille de 17 ans à Bordeaux
Le Novitchok, arme chimique russe dangereuse et mal connue
Et si une prothèse pouvait restituer artificiellement le ton de la voix ?
Enfants de la grotte en Thaïlande: se remettre sur pied, une épreuve
La testostérone pousserait les hommes à consommer plus prestigieux
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Au Kenya, les restes de poisson donnent des objets de mode en cuir
Le paracétamol, un médicament courant mais dangereux
Régner depuis son salon: les micronations de l'immense Australie
Japon: des entreprises ont utilisé des apprentis étrangers pour décontaminer Fukushima
Plus d'1 million de m3 de matières et déchets radioactifs en France
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.047 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.