ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 21 Octobre 2018

SEXO - Publié le 02/05/2018 à 16:51


Les préservatifs japonais ultra-fins à la conquête des JO de 2020



A un peu plus de deux ans des jeux Olympiques de Tokyo, les préparatifs s'accélèrent dans l'archipel, et même les fabricants japonais de préservatifs fourbissent leurs armes pour profiter de l'exceptionnelle vitrine offerte par l'évènement.

Depuis des années, des centaines de milliers de préservatifs sont distribués gratuitement durant les JO, notamment au village olympique.

Les acteurs japonais du secteur sont déjà sur les rangs, prêts à faire connaître une innovation qui, selon eux, mériterait bien une médaille: un préservatif ultra-mince, avec une épaisseur de seulement 0,01 millimètre.

Outre sa finesse, il est fabriqué avec du polyuréthane, une substance tolérée par les personnes allergiques au latex, la matière majoritairement utilisée sur le marché.

"Seules des entreprises japonaises fabriquent actuellement des préservatifs de 0,01-0,02 mm", affirme Hiroshi Yamashita, un responsable de Sagami Rubber Industries.

"Nous voyons les jeux de Tokyo comme une occasion extrêmement précieuse pour faire connaître au monde cette haute technologie japonaise", ajoute-t-il.

- Toujours plus fins -

Le préservatif a longtemps été la méthode de contraception la plus répandue au Japon, la pilule n'ayant été disponible dans le pays qu'à partir de 1999.

Mais, même s'ils font partie des principaux acteurs mondiaux, les champions nationaux sont largement derrière le britannique Durex et l'américain Trojan.

Sagami s'est lancé en 1934 lorsque son fondateur Saku Matsukawa a décidé d'aider les femmes japonaises à éviter des grossesses non désirées, à une époque où la pauvreté et le manque de nourriture hantaient le pays.

Mais ses ventes ont commencé à décliner dans les années 2000, notamment à cause du vieillissement de la population et de l'augmentation du nombre de jeunes restant célibataires.

Cherchant à relancer son activité, Sagami a mis au point son préservatif de 0,01 mm, commercialisé au Japon depuis 2013 et ses ventes sont reparties à la hausse, selon les données de la fédération nationale des entreprises du secteur, Condom Kogyokai.

"Nous avons eu beaucoup de discussions au sein de l'entreprise pour savoir s'il y aurait une demande pour ces préservatifs de 0,01 mm, alors qu'il y avait déjà des produits de 0,02 mm sur le marché", se souvient Chiaki Yamanaka, qui a contribué au développement de ce nouveau contraceptif. "Mais ils s'est avéré qu'ils sont très populaires chez les consommateurs".

"Les préservatifs sont un moyen efficace d'aider les personnes à se protéger contre les maladies sexuellement transmissibles et plus ils sont fins, plus les hommes sont enclins à les utiliser", explique à l'AFP Tomonori Hayashi, responsable marketing chez Okamoto Industries, qui a commencé à commercialiser son propre exemplaire de 0,01 mm en 2015.

"Nous espérons que nos produits seront très appréciés durant les jeux Olympiques", dit-il.

- Filon olympique -

A Pyeongchang cette année, les organisateurs ont distribué 110.000 préservatifs, un record pour des jeux d'hiver, et le comité d'organisation de Tokyo-2020 n'a pas l'intention de déroger à la tradition.

"Nous pensons fournir des préservatifs, entre autres articles, au village des athlètes. Mais combien et de quelles marques, cela n'a pas encore été décidé", a indiqué un membre du comité souhaitant garder l'anonymat.

Sagami a "travaillé dur pour lancer ses produits de 0,01 mm sur le marché", selon M. Yamashita. Le fabricant espère profiter du filon olympique et compte augmenter sa production grâce à une nouvelle usine en Malaisie, afin de satisfaire une demande croissante.

Dans sa boutique de préservatifs, Condomania, située dans le quartier animé de Harajuku à Tokyo, Koji Negishi, n'a aucun doute sur le futur succès des produits japonais lors de la compétition sportive, en particulier auprès des nombreux touristes attendus dans le pays à cette occasion.

"Les préservatifs plus fins que ceux disponibles hors du Japon sont très populaires", souligne-t-il, constatant régulièrement que "beaucoup de visiteurs étrangers viennent ici et achètent des produits japonais".

Une ville américaine s'oppose à la première maison close de robots
Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni
De l'influence des textos sur les relations amoureuses
Quand on veut être père, mieux vaut porter le caleçon
Gonorrhée : espoir pour un nouveau traitement
Sites de rencontres : hommes et femmes n'auraient pas les mêmes exigences de niveau d'instruction
Sperme dégradé, puberté précoce: des causes probablement environnementales
Manger des noix améliore la qualité du sperme
Au Cambodge, une blogueuse féministe brise les tabous du sexe
Le transsexualisme ne doit plus être considéré comme une maladie mentale, dit l'OMS
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La mission européenne BepiColombo en route vers la planète Mercure
Dès trois ans, des enfants apprennent les gestes pour sauver des vies
Iter: des dizaines d'années et des milliards d'euros pour un chantier titanesque
Dans les mers australes, des albatros espions sur la trace de pêches illégales
Une solution pour exploiter les données génétiques sans violer la vie privée
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.052 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.