ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 20 Juillet 2018

RECHERCHE - Publié le 13/01/2018 à 15:41


Le gène du cancer du sein sans effet sur la mortalité



La mutation génétique BRCA, qui avait poussé l'actrice américaine Angelina Jolie à subir une ablation des seins, n'entraîne pas une mortalité plus élevée après un diagnostic du cancer, selon une étude publiée vendredi.

D'après les chercheurs qui publient cette étude dans The Lancet Oncology, l'opération est donc utile à titre préventif avant le diagnostic, mais pas immédiatement après.

Les femmes porteuses de cette mutation pourraient même avoir un "avantage" leur permettant de mieux survivre dans le cas d'un cancer du sein "triple négatif", forme particulièrement difficile à traiter de la maladie.

"Les femmes auxquelles est diagnostiqué un cancer du sein précoce et qui portent une mutation BRCA se voient souvent proposer des doubles mastectomies peu après le diagnostic", a rappelé l'une des auteurs, Diana Eccles (université de Southampton, Royaume-Uni).

"Nos conclusions laissent penser que cette opération chirurgicale ne doit pas nécessairement être faite immédiatement, en plus des autres traitements", a-t-elle ajouté.

Selon l'American Cancer Society, les femmes porteuses de cette mutation (BRCA-1 ou BRCA-2) ont sept chances sur dix de développer un cancer du sein avant leurs 80 ans. Elles risquent par ailleurs d'être malades plus jeunes que les autres.

En 2013, la star hollywoodienne Angelina Jolie avait révélé avoir subi cette opération de manière préventive, avant tout diagnostic de cancer.

L'étude a porté sur 2.733 Britanniques de 18 à 40 ans ayant été diagnostiquées du cancer du sein entre 2000 et 2008, dont 12% porteuses de la mutation.

Le suivi de leur dossier sur en moyenne huit ans a montré que sur les 678 décédées, le cancer du sein était en cause dans 651 cas (96%).

Mais "il n'y avait pas de différence dans la survie globale que ce soit deux, cinq ou dix ans après le diagnostic pour les femmes avec ou sans mutation BRCA", ont souligné les auteurs dans un communiqué.

Une différence n'apparaît que dans un sous-groupe, les femmes atteintes du cancer du sein triple négatif. Elles survivent légèrement mieux, deux ans après le diagnostic, si elles ont la mutation.

Celles "qui choisissent de reporter une nouvelle opération pendant un ou deux ans pour mieux se remettre du traitement initial doivent être rassurées: cela n'aura probablement pas d'influence sur leurs chances de survie à long terme", indiquent les médecins.

Faire le même choix qu'Angelina Jolie reste cependant sensé. "L'opération de réduction du risque sera toujours probablement bénéfique aux porteuses de la mutation BRCA pour empêcher un autre cancer du sein ou des ovaires de se développer à plus long terme", ont-ils expliqué.

Des chercheurs développent un test sanguin pour détecter le mélanome
Des ciseaux génétiques provoquent des mutations inattendues
Ebola: des chercheurs espagnols travaillent sur un vaccin universel
Test prometteur en Australie pour combattre la dengue
Les thérapies géniques: un espoir pour les patients, un défi pour les payeurs
Progrès encourageant vers un vaccin contre le VIH
La plupart des études sont fausses: l'avertissement choc d'un chercheur
La médecine moins lourde contre le cancer progresse
Les pesticides à l'origine d'un surpoids chez les souris mâles selon une étude
Au Gabon, un laboratoire ultra-sécurisé contre le virus Ebola
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La justice resserre l'étau autour de l'usine Alteo de Gardanne et de ses rejets dans les Calanques
A Strasbourg, la révolution verte est en marche
La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies
Egypte: découverte d'un atelier de poterie de plus de 4.500 ans
En Ecosse, un coin reculé des Highlands avant-poste de la conquête spatiale
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.034 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.