ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Octobre 2018

SCIENCE - Publié le 08/12/2017 à 15:05


Origine de l'homme moderne: de multiples vagues de migrations parties d'Afrique



Les hommes modernes ont commencé à se disperser dans le monde lors de multiples vagues de migrations parties d'Afrique, berceau de l'humanité, avance une nouvelle étude qui remet en question l'hypothèse communément acceptée d'une unique grande vague migratoire il y a environ 60.000 ans.

Ces conclusions, publiées jeudi dans la revue Science, s'appuient sur un grand nombre de nouvelles découvertes en Asie ces dix dernières années qui montrent que l'Homo sapiens a parcouru de vastes distances sur le continent asiatique, s'approchant même de l'Océanie, beaucoup plus tôt qu'on ne le pensait.

Ainsi, des ossements d'Homo sapiens datant de 70.000 à 120.000 ans ont été mis au jour dans le sud et le centre de la Chine.

Des indications génétiques révèlent aussi des croisements tout aussi anciens entre des humains modernes et d'autres hominidés déjà présents en Asie, comme les Néandertaliens et les Denisoviens, des cousins disparus de l'homme.

Des études récentes ont également confirmé que les populations non-africaines actuelles descendent d'un seul groupe en Afrique, remontant à approximativement 60.000 ans.

"Les migrations parties d'Afrique antérieures à 60.000 ans étaient probablement de petits groupes d'explorateurs et certains de ces mouvements migratoires ont laissé de faibles traces génétiques dans les populations humaines modernes", explique Michael Petraglia, un chercheur du Max Planck Institute en Allemagne, le principal auteur de ces travaux.

Il cite des signatures génétiques de croisements entre des humains modernes et d'autres hominidés déjà présents en Asie, comme les Néandertaliens et les Denisoviens.

Les scientifiques estiment qu'aujourd'hui les humains, à l'exception des Africains, ont de 1 à 4% de gènes néandertaliens dans leur ADN tandis que les Mélanésiens, originaires du Pacifique, comptent en moyenne 5% de gènes denisoviens.

Toutes ces indications montrent que les interactions humaines avec ces deux espèces, et peut-être d'autres, sont plus complexes qu'initialement estimée.

"Cette collection d'indices nous donne une image des migrations humaines qui ne peut pas se limiter à une seule vague de population d'Ouest en Est", résume Christopher Bae, chercheur de l'université d'Hawaï à Manoa et co-auteurs de l'étude.

Pour lui, "il faut prendre en compte les variations écologiques et les différentes interactions entre les diverses populations d'hominidés présentes en Asie à la fin du Pléistocène, il y a 100.000 ans".

Une solution pour exploiter les données génétiques sans violer la vie privée
Découverte rare de traces d'un bateau viking en Norvège
L'évolution des buveurs de lait
Kilo: le grand K bientôt déboulonné de son piédestal
Le prix Nobel de physique à trois pionniers des lasers
Un scientifique émet des propos sexistes lors d'un atelier du CERN
Une tiquothèque pour connaître l'insecte suceur de sang
Le Titan de Vorombe remporte le titre de plus gros oiseau du monde
Kilo, ampère, kelvin... Petite révolution à venir dans les unités de mesure
Des tests ADN pour mieux traquer les trafiquants d'ivoire
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La mission européenne BepiColombo en route vers la planète Mercure
Dès trois ans, des enfants apprennent les gestes pour sauver des vies
Iter: des dizaines d'années et des milliards d'euros pour un chantier titanesque
Dans les mers australes, des albatros espions sur la trace de pêches illégales
Une solution pour exploiter les données génétiques sans violer la vie privée
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.073 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.