ACCUEIL | FLUX RSS | APPLI ANDROID
Samedi 20 Janvier 2018

SCIENCE - Publié le 08/12/2017 à 15:05


Origine de l'homme moderne: de multiples vagues de migrations parties d'Afrique



Les hommes modernes ont commencé à se disperser dans le monde lors de multiples vagues de migrations parties d'Afrique, berceau de l'humanité, avance une nouvelle étude qui remet en question l'hypothèse communément acceptée d'une unique grande vague migratoire il y a environ 60.000 ans.

Ces conclusions, publiées jeudi dans la revue Science, s'appuient sur un grand nombre de nouvelles découvertes en Asie ces dix dernières années qui montrent que l'Homo sapiens a parcouru de vastes distances sur le continent asiatique, s'approchant même de l'Océanie, beaucoup plus tôt qu'on ne le pensait.

Ainsi, des ossements d'Homo sapiens datant de 70.000 à 120.000 ans ont été mis au jour dans le sud et le centre de la Chine.

Des indications génétiques révèlent aussi des croisements tout aussi anciens entre des humains modernes et d'autres hominidés déjà présents en Asie, comme les Néandertaliens et les Denisoviens, des cousins disparus de l'homme.

Des études récentes ont également confirmé que les populations non-africaines actuelles descendent d'un seul groupe en Afrique, remontant à approximativement 60.000 ans.

"Les migrations parties d'Afrique antérieures à 60.000 ans étaient probablement de petits groupes d'explorateurs et certains de ces mouvements migratoires ont laissé de faibles traces génétiques dans les populations humaines modernes", explique Michael Petraglia, un chercheur du Max Planck Institute en Allemagne, le principal auteur de ces travaux.

Il cite des signatures génétiques de croisements entre des humains modernes et d'autres hominidés déjà présents en Asie, comme les Néandertaliens et les Denisoviens.

Les scientifiques estiment qu'aujourd'hui les humains, à l'exception des Africains, ont de 1 à 4% de gènes néandertaliens dans leur ADN tandis que les Mélanésiens, originaires du Pacifique, comptent en moyenne 5% de gènes denisoviens.

Toutes ces indications montrent que les interactions humaines avec ces deux espèces, et peut-être d'autres, sont plus complexes qu'initialement estimée.

"Cette collection d'indices nous donne une image des migrations humaines qui ne peut pas se limiter à une seule vague de population d'Ouest en Est", résume Christopher Bae, chercheur de l'université d'Hawaï à Manoa et co-auteurs de l'étude.

Pour lui, "il faut prendre en compte les variations écologiques et les différentes interactions entre les diverses populations d'hominidés présentes en Asie à la fin du Pléistocène, il y a 100.000 ans".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire


 Publicité 
 Top News 
Médicaments, l'invisible pollution de l'eau
Mexique: l'homme le plus gros du monde en passe d'être opéré
Comment Facebook filtre notre connaissance du monde?
Espagne: un mort de la fièvre du Congo après une piqure de tique
A Marseille, l'agriculture urbaine prend ses quartiers Nord
Google installe de vrais clients dans ses voitures autonomes
Décès du mathématicien français Jean-Christophe Yoccoz, médaille Fields 1994
L'infection pulmonaire: un risque de dégradation chez les personnes âgées
Microsoft dévoile les caractéristiques de sa nouvelle Xbox
Italie: un village de trompe-la-mort va révéler son secret
 Publicité 
 En image 
 Dernières réactions 
18/01/2016 - 17:34 - eric
Chez moi: ni bureau, ni papiers, aucune bureaucratie. ...
17/12/2015 - 15:37 - gilles
Je vois une erreur dans ce calcul. Car on ne ...
10/11/2015 - 20:51 - carole ferrer
DES PROMESSES JE N AI PLUS AUCUNE CONFIANCE DANS LES ...
17/03/2014 - 01:21 - Micha
Bordélique de nature je bosse nettement le jour dans l'année ...
03/03/2014 - 10:31 - didier
Se pourrait-il qu'inconsciemment on soit poussé à éternuer sans rien ...
 Publicité 


2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.035 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.