ACCUEIL | FLUX RSS | APPLI ANDROID
Samedi 20 Janvier 2018

PLANETE - Publié le 30/11/2017 à 12:49


Un photographe montre l'humanité des espèces menacées



Que ce soit le tamarin bicolore du Brésil mis en danger par l'urbanisation, ou les pangolins chassés pour leurs écailles, les espèces animales les plus rares sont menacées d’extinction par l'homme, comme le montre le nouveau livre du photographe Tim Flach, "Endangered".

"La plupart des changements dans le passé ont été causés par la nature, mais maintenant il semblerait que ce soit nous qui les causions", a expliqué à l'AFP le Britannique de 59 ans.

"Ma vraie question est la suivante: Pourquoi je fais ça? Pourquoi je prends une photo du dernier rhinocéros blanc mâle? La question c'est de comprendre comment on en est arrivé là".

Des coraux, des insectes ou encore de rares amphibiens se retrouvent à côté des mammifères menacés d'extinction les plus célèbres comme les ours polaires dans ce livre de 150 photos.

Tim Flach, connu pour ses photos stylisées d'animaux ou de chiens, parvient à capturer sur ces animaux des expressions que l'on jurerait être humaines.

La couverture de l'ouvrage montre ainsi un lémurien, un Sifaka couronné, assis, les bras croisés autour de ses jambes, les yeux grands ouverts semblants être remplis d'étonnement.

Tim Flach utilise souvent une toile de fond en velours noir et réussit à faire ressortir de précieux détails, comme les douces nuances oranges de la fourrure du lémurien, grâce à son travail sur les lumières.

Durant l'été, il a fait une randonnée autour de la mer Caspienne et s'est caché dans "un trou infesté de mouches" pour trouver un saïga, une antilope qui cohabitait avec les mammouths il y a des milliers d'années, mais pourrait bientôt disparaitre de la surface de la Terre à cause du braconnage.

Pendant les deux années de travail nécessaires pour la conception du livre, il s'est également retrouvé nez à nez avec le dernier rhinocéros blanc mâle et a nagé avec un grand requin blanc au large des Galapagos.

Avec toujours le même but: transmettre aux lecteurs sa passion pour la vie sauvage.

"Si on sent concerné par un sujet, alors il est plus probable qu'on agisse", résume-t-il.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire


 Publicité 
 Top News 
Médicaments, l'invisible pollution de l'eau
Mexique: l'homme le plus gros du monde en passe d'être opéré
Comment Facebook filtre notre connaissance du monde?
Espagne: un mort de la fièvre du Congo après une piqure de tique
A Marseille, l'agriculture urbaine prend ses quartiers Nord
Google installe de vrais clients dans ses voitures autonomes
Décès du mathématicien français Jean-Christophe Yoccoz, médaille Fields 1994
L'infection pulmonaire: un risque de dégradation chez les personnes âgées
Microsoft dévoile les caractéristiques de sa nouvelle Xbox
Italie: un village de trompe-la-mort va révéler son secret
 Publicité 
 En image 
 Dernières réactions 
18/01/2016 - 17:34 - eric
Chez moi: ni bureau, ni papiers, aucune bureaucratie. ...
17/12/2015 - 15:37 - gilles
Je vois une erreur dans ce calcul. Car on ne ...
10/11/2015 - 20:51 - carole ferrer
DES PROMESSES JE N AI PLUS AUCUNE CONFIANCE DANS LES ...
17/03/2014 - 01:21 - Micha
Bordélique de nature je bosse nettement le jour dans l'année ...
03/03/2014 - 10:31 - didier
Se pourrait-il qu'inconsciemment on soit poussé à éternuer sans rien ...
 Publicité 


2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.028 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.