ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 21 Octobre 2018

PLANETE - Publié le 20/09/2017 à 17:22


Un gastéropode géant pour défendre la Grande barrière contre les étoiles de mer



Des spécimens de charonia, un gastéropode géant, pourraient être lâchés en grand nombre sur la Grande Barrière de corail pour protéger ce joyau australien menacé par des étoiles de mer tueuses, ont annoncé lundi des scientifiques.

Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco en 1981, la Grande barrière s'étend sur environ 345.000 km2 le long de la côte australienne et constitue le plus vaste ensemble coralien du monde avec 3.000 "systèmes" récifaux et des centaines d'îles tropicales.

Mais elle est actuellement menacée par la récurrence de graves épisodes de blanchissement de ses coraux provoqués par le réchauffement climatique, par les activités industrielles ou agricoles ou encore par l'acanthaster pourpre, une étoile de mer invasive.

L'acanthaster planci -surnommée "couronne d'épines" ou plus facétieusement "coussin de belle-mère"- se nourrit presque exclusivement de coraux, peut atteindre un mètre de diamètre et est dotée de piquants dont le venin est toxique pour l'homme.

Des recherches menées par l'Institut australien pour la science marine (AIMS) ont montré que ces étoiles de mer évitaient les zones où était présent charonia tritonis, un gastéropode également connu sous le nom de "triton géant".

Ces mollusques dotés de spectaculaires coquilles, qui peuvent mesurer jusqu'à 50 centimètres, ont un odorat très développé dont ils se servent pour chasser.

Les recherches ont montré qu'ils étaient particulièrement friands des "couronnes d'épines". Chassés pour leur coquille, leur nombre a cependant fortement décliné dans les océans.

Le gouvernement australien a annoncé lundi un financement de la recherche sur l'élevage de ces gastéropodes.

"Si la recherche porte ses fruits, les scientifiques étudieront l'impact des tritons géants sur le comportement des +couronnes d'épines+ et testeront leur potentiel en temps qu'outil de gestion pour limiter la disparition des coraux."

Des tritons géants détenus dans les laboratoires de l'AIMS ont pondu de nombreux oeufs qui ont donné naissance à plus de 100.000 larves au cours du mois écoulé. Mais les connaissances sur leur cycle de vie sont encore très limitées.

La recherche va désormais se concentrer sur le développement des larves. Le but ultime étant de pouvoir relâcher des spécimens de tritons géants lors des périodes d'invasion des récifs par l'étoile de mer.

Jusqu'à présent, des produits chimiques coûteux étaient utilisés pour la neutraliser, au risque de nuire aux autres organismes marins des récifs.

Des tests effectués par des chercheurs de l'Université James Cook, en collaboration avec le directoire du parc marin de la Grande barrière de corail (GBRMPA), ont par ailleurs montré il y a quelques mois que la "couronne d'épines" pouvait aussi être tuée par des injections de vinaigre.

L'éradication ou le contrôle de la population de ces étoiles de mer par cette méthode écologique serait cependant une tâche herculéenne car chacune d'entre elles doit être individuellement piquée.

Dans les mers australes, des albatros espions sur la trace de pêches illégales
Les frites, nouvelles victimes de la sécheresse estivale en France
Les émissions liées à l'énergie devraient encore croître en 2018
Le quinquina, l'arbre national du Pérou, méconnu et menacé
Mexique: six spécimens d'une espèce au bord de l'extinction repérés
Un bateau testé pour lutter contre l'île des déchets
Japon: des cerisiers fleurissent, pourtant ce n'est pas le printemps
Climat: le monde a atteint un point de non retour, selon Ban Ki-moon
Tunisie: le crabe bleu, prédateur redoutable devenu proie prisée
Trump: Je suis un véritable défenseur de l'environnement
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La mission européenne BepiColombo en route vers la planète Mercure
Dès trois ans, des enfants apprennent les gestes pour sauver des vies
Iter: des dizaines d'années et des milliards d'euros pour un chantier titanesque
Dans les mers australes, des albatros espions sur la trace de pêches illégales
Une solution pour exploiter les données génétiques sans violer la vie privée
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.059 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.