ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 21 Novembre 2018

PLANETE - Publié le 20/09/2017 à 17:15


Trafic international de pesticides : jusqu'à deux ans de prison ferme requis à Marseille



Des condamnations allant jusqu'à deux ans de prison ferme ont été requises mercredi contre plusieurs acteurs du marché européen de pesticides, jugés à Marseille pour tromperie et mise sur le marché sans autorisation, le "premier dossier d'ampleur" de ce type jugé en France

Spécialistes de la fabrication et de la commercialisation de pesticides, cinq prévenus et deux sociétés se voient reprocher d'avoir détourné la procédure communautaire d'autorisation d'importation qui, selon des conditions strictes, permet de commercialiser dans un autre Etat membre un produit phytopharmaceutique fabriqué au sein d'un pays de l'Espace économique européen.

Il s'agit, selon le procureur responsable du pôle santé publique du parquet de Marseille, Franck Lagier, du "premier dossier d'ampleur d'un trafic international" de ce type de produits.

L'enquête a établi que six produits (herbicides, fongicides, régulateurs de croissance des végétaux) avaient été commercialisés en France par un fournisseur allemand, Michaël Merath, à la tête de la société Mac Gmbh, via la société monégasque Sanigene, puis distribués par la société Chimik 2 Paris, cette dernière ayant été "créée pour la fraude", selon le procureur.

Les produits écoulés pendant plusieurs années étaient quasi similaires à ceux fabriqués par les firmes multinationales, à l'exception d'un fongicide dont un lot distribué, en 2006, notamment auprès de maraîchers des Bouches-du-Rhône, contenait un insecticide à "la toxicité aiguë pour les utilisateurs".

Ce risque pour la santé de l'homme vaut à M. Merath et à sa société d'être jugés pour tromperie aggravée devant le tribunal correctionnel. Le procureur a requis contre lui trois ans de prison, dont un an avec sursis et 30.000 euros d'amende, ainsi que 150.000 euros d'amende, contre Mac Gmbh.

-"Apprentis sorciers"-

Une peine de deux ans de prison dont six mois avec sursis et une amende de 30.000 euros ont été réclamées contre Robert Maingard, 81 ans, magnat sud-africain du commerce de produits chimiques et propriétaire de la société monégasque Sanigene, à l'initiative, selon l'accusation, de ce "vaste réseau qui a prospéré pendant plusieurs années".

Deux ans de prison dont six mois avec sursis et une amende pénale ont été requis contre Aristide Coco, dirigeant de Sanigene, et contre Alain Goubel, une "éminence" dans la chimie européenne et dirigeant de la Société industrielle de produits chimiques (SIPC) implantée à Courchelettes (Nord) où les produits litigieux étaient stockés et pour certains fabriqués.

Une amende de 100.000 euros a été requise contre la SIPC.

Contre Alain Bandrier, gérant de Chimik 2 Paris, distributeur des produits sur le marché français, une peine de dix-huit mois de prison dont six mois avec sursis et 20.000 euros d'amende ont été demandés.

Selon le procureur Franck Lagier, "ces apprentis sorciers se sont engouffrés dans les brèches d'une réglementation européenne pour inonder le marché français - le 1er européen et le 5e mondial - de produits illicites au mépris des risques sanitaires encourus".

Parties civiles, quatre firmes multinationales et une association d'utilisateurs de l'agro-chimie ont réclamé aux prévenus plus de 4,4 millions d'euros de dommages et intérêts en réparation de leurs préjudices commercial et moral.

Les prévenus contestent avoir pris part à cette fraude d'envergure, leurs avocats devaient plaider dans l'après-midi leur relaxe.

Les chances de préserver le thon obèse s'amenuisent
L'humanité face à un risque de catastrophes climatiques simultanées
Une pub contre l'huile de palme critiquée par un acteur majeur du secteur
Contre la sécheresse, Le Cap devrait déraciner les arbres non indigènes
Une carte postale géante de 125 000 messages pour le climat
Nouvelle norme pour l'huile de palme durable
Réchauffement climatique : moitié moins de neige dans les Pyrénées d'ici 2050
Gironde: une piste cyclable photoluminescente inaugurée à Pessac
L'Espagne veut interdire la vente de véhicules essence et diesel dès 2040
Rien ne se perd: en Afrique du Sud, de l'urine peut faire des briques
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Jeux d'immersion: la course aux salles de réalité virtuelle est lancée
Asticots et vin de souriceaux: en Suède, un Musée de la nourriture dégoûtante
Comment les chats utilisent leur langue pour mouiller leur fourrure, selon des chercheurs
Les chances de préserver le thon obèse s'amenuisent
L'humanité face à un risque de catastrophes climatiques simultanées
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.030 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.