ACCUEIL | FLUX RSS | APPLI ANDROID
Mardi 26 Septembre 2017

SANTE - Publié le 14/09/2017 à 10:52


Pour bien respirer, ne pas abuser des encens et bougies parfumées



Un usage modéré des bougies parfumées et surtout de l'encens est recommandé en raison des polluants émis lors de leur combustion dans une pièce fermée, préconise une étude de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) publiée jeudi.

A partir de plusieurs scénarios d'usage de neuf bougies parfumées et de neuf encens disponibles sur le marché français, l'étude a démontré que "certains usages de ces produits parfumants peuvent conduire à des dépassements de valeurs sanitaires pour certains polluants (benzène, formaldéhyde, etc.) préjudiciables aux personnes présentes (risque d'irritation des voies respiratoires)", prévient l'Ademe.

L'agence souligne même que, pour "des utilisateurs intensifs, des effets sanitaires à long terme (augmentation du risque de certains cancers) sont possibles".

L'Ademe conseille donc de "limiter la fréquence d'utilisation", "d'éviter de brûler plusieurs produits simultanément", "d'éviter l'inhalation directe de fumée" et "d'aérer la pièce après utilisation pendant au moins dix minutes par une ouverture sur l'extérieur". Les mesures, ajoute-t-elle, ont montré d'une manière générale que "les niveaux de concentration atteints pendant et après la combustion des bâtons d'encens étaient très largement supérieurs à ceux obtenus pour les bougies parfumées".

Brûler de l'encens produit des concentrations élevées en benzène, toluène, éthylbenzène, styrène, formaldéhyde, acétaldéhyde et acroléine, ainsi que des hydrocarbures alipathiques polycycliques (HAP) et des particules, détaille l'étude.

"Les niveaux de polluants volatils émis par les bougies sont nettement plus faibles que ceux relevés pour les encens, seuls le formaldéhyde, l'acétaldéhyde et le toluène sont mesurés à des niveaux de concentration de plusieurs microgrammes/m3", indique l'Ademe.

Toutefois, les bougies émettent "des particules plus fines" que l'encens, particules qui pénètrent donc plus profondément dans le système cardio-vasculaire et respiratoire. Elles émettent aussi plus d'oxydes d'azote (NOx).

Enfin, l'Ademe souligne un paradoxe: alors que l'encens et les bougies parfumées sont une source de pollution de l'air intérieur, les utilisateurs pensent majoritairement que ces produits ont un impact positif ou pas d'impact sur leur environnement (68% pour les bougies et 58% pour l'encens).

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire


 Publicité 
 Top News 
Médicaments, l'invisible pollution de l'eau
Vers Alpha du Centaure à 60.000 km/s, le rêve d'un milliardaire russe
Mexique: l'homme le plus gros du monde en passe d'être opéré
Comment Facebook filtre notre connaissance du monde?
Espagne: un mort de la fièvre du Congo après une piqure de tique
A Marseille, l'agriculture urbaine prend ses quartiers Nord
Google installe de vrais clients dans ses voitures autonomes
Décès du mathématicien français Jean-Christophe Yoccoz, médaille Fields 1994
L'infection pulmonaire: un risque de dégradation chez les personnes âgées
Microsoft dévoile les caractéristiques de sa nouvelle Xbox
 Publicité 
 En image 
 Dernières réactions 
18/01/2016 - 17:34 - eric
Chez moi: ni bureau, ni papiers, aucune bureaucratie. ...
17/12/2015 - 15:37 - gilles
Je vois une erreur dans ce calcul. Car on ne ...
10/11/2015 - 20:51 - carole ferrer
DES PROMESSES JE N AI PLUS AUCUNE CONFIANCE DANS LES ...
17/03/2014 - 01:21 - Micha
Bordélique de nature je bosse nettement le jour dans l'année ...
03/03/2014 - 10:31 - didier
Se pourrait-il qu'inconsciemment on soit poussé à éternuer sans rien ...
 Publicité 


2011-2017 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.049 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.