ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 22 Janvier 2019

PLANETE - Publié le 30/08/2017 à 13:50


A Berlin, l'inquiétude face à une écrevisse ravageuse



Depuis quelques jours, les promeneurs du Tiergarten, célèbre parc au coeur de Berlin, se réjouissent d'y voir trotter de jolies écrevisses rouge vif. Les spécialistes eux ont des sueurs froides: ce crustacé est un prédateur ravageur.

Longue de 10 à 15 centimètres, cette espèce exogène - l'écrevisse de Louisiane ou écrevisse américaine des marais en allemand - fait d'ordinaire le régal des amateurs de crustacés et aurait dû rester confinée aux élevages.

La raison de leur présence accrue n'est pas claire, qui plus est dans le Tiergarten, un bois en lisière de la Porte de Brandebourg, de la chancellerie et des grandes artères commerciales de Berlin-Ouest.

"Elles ont peut-être été relâchées par des éleveurs qui n'étaient plus intéressés par leurs protégées", avance Katrin Koch, de l'association environnementale Nabu, qui évoque aussi une possible surproduction de "jeunes" dans "les élevages privés".

Mange tout

Autre possibilité, des aquariophiles qui ont pu rejeter leurs crustacés pour s'en débarrasser.

En effet, les amateurs "apprécient beaucoup (ce type d'écrevisses pour leurs aquarium), mais pour la plupart pas très longtemps", explique Oliver Coleman, expert au Muséum d'histoire naturelle de Berlin, montrant sur un chemin du Tiergarten un spécimen rouge bordeaux avec ses grandes pinces pointues.

Car ces bêtes ont un appétit destructeur: elles "mangent toutes les plantes et l'aquarium a vite l'air ravagé", poursuit-il.

Un appétit qui ne présage rien de bon pour les plans d'eau berlinois, d'autant que les écrevisses de Louisiane sont aussi réputées pour leur vitesse de reproduction.

Et si les promeneurs se mettent à les croiser dans les allées du Tiergarten, c'est qu'elles semblent migrer.

L'été ayant été particulièrement pluvieux, la teneur en hydrogène de l'eau a pu baisser d'une part et d'autre part leurs terriers ont pu être submergés, les conduisant à chercher un nouvel habitat, explique Dirk Ehlert, porte-parole de la direction des affaires environnementales de la ville de Berlin.

"Hier, nous en avons rassemblé (...) une cinquantaine dans le secteur de Tiergarten", explique-t-il, mais l'espèce a aussi été repérée dans le sud-est et dans le nord de Berlin, la capitale allemande étant entourée de lacs, de rivières et de forêts.

Crustacé d'eau douce originaire du Mexique et du sud-est des Etats-Unis, l'écrevisse de Louisiane a été introduite en Europe à des fins commerciales.

Porter l'infection

Mais elle y est désormais considérée comme une espèce invasive et nuisible car susceptible d'affecter "négativement les écosystèmes aquatiques" dans lesquelles elle s'implante, relate l'association berlinoise Nabu.

Non seulement l'écrevisse se reproduit abondamment, mais "elle mange les oeufs de poissons et d'amphibiens", contribuant à décimer la faune locale, tout en étant porteuse d'un champignon mortel pour ses cousines européennes, contre lequel elle est elle même immunisée, détaille l'organisation.

"Ces animaux enclins à se déplacer portent l'infection de plan d'eau en plan d'eau", poursuit-elle, "il faut absolument éviter" qu'elle ne colonise la Spree et la Havel, les deux rivières de Berlin.

Pour tenter d'endiguer la propagation des crustacés dans Berlin, les autorités comptent "avant tout sur (ses) ennemis naturels", comme le renard, le raton-laveur ou l'anguille, dont des centaines viennent d'être introduites dans les étangs de Tiergarten, explique M. Ehlert.

En revanche, les amateurs de crustacés ne peuvent en aucun cas partir à la pêche sur les plans d'eau berlinois.

En effet, "la capture d'animaux sauvages n'est pas autorisée", rappelle-t-il. Chasser l'écrevisse tueuse serait du braconnage.

Hécatombe en Australie: un million de poissons d'eau douce retrouvés morts
Restaurer l'environnement: quand les solutions deviennent problèmes
Un nouveau médusarium hypnotique pour sensibiliser à la santé des océans
Roméo, une des dernières grenouilles de son espèce, a trouvé sa Juliette
Les eaux de la Patagonie, laboratoire naturel pour étudier le changement climatique
La glace de l'Antarctique fond plus vite que jamais
Le monde avance en somnambule vers le désastre climatique, craignent les organisateurs à Davos
Le safe sex, version bernard-l'ermite
Justin Trudeau interpelle Shinzo Abe sur la chasse à la baleine
Le réchauffement des océans revu à la hausse
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Échec du lancement d'un satellite par l'Iran
Se peindre des rayures blanches sur le corps protégerait des taons
Hécatombe en Australie: un million de poissons d'eau douce retrouvés morts
Restaurer l'environnement: quand les solutions deviennent problèmes
Un nouveau médusarium hypnotique pour sensibiliser à la santé des océans
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.042 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.