ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 20 Juillet 2018

TECHNOLOGIES - Publié le 06/05/2017 à 19:17


La seconde vie des métaux des smartphones



Dans le port du Havre, des carcasses d'ordinateurs et de smartphones arrivent par conteneurs entiers, prêtes à être réduites en pièces afin d'en récupérer les précieux matériaux, qui serviront à fabriquer de nouveaux appareils.

Le constat est relativement simple: les matières premières qui servent à fabriquer les appareils électroniques ne sont pas inépuisables. "Les industriels sentent la raréfaction du métal", constate Serge Kimbel, le directeur général de Morphosis, la première entreprise à intégrer toute la chaîne du retraitement des déchets électriques et électroniques en France.

Or, nos placards sont pleins de vieux appareils. Il y aurait en France, par exemple, plus de 100 millions de téléphones portables inutilisés qui dorment dans les tiroirs!

Le but est donc de les récupérer et de les reconditionner s'ils sont réutilisables (en effaçant toutes les données), et sinon de les dépiauter pour recycler les composants et récupérer le plus de matériaux possible.

"Il y a vraiment une seconde vie. (...) Les matières qui arrivent dans notre usine sont transformées sous forme de sels et permettent la fabrication d'autres objets", explique Serge Kimbel. "Le métal que l'on produit aujourd'hui est réinjecté principalement chez des industriels français, dans le domaine du solaire par exemple, dans le domaine des contacteurs, dans le domaine des batteries..."

Morphosis emploie 50 personnes sur deux sites plutôt discrets, près du port du Havre. Le premier, un hangar, sert surtout au tri et aux différents tests. C'est dans le second, une petite usine sécurisée installée dans les anciens abattoirs de la ville, que l'on récupère la quarantaine de métaux contenus dans les appareils: surtout du cuivre, mais aussi de l'argent, du palladium, du cobalt, de l'étain, du tungstène, du platine, un peu d'or...

On fait concrètement subir aux cartes électroniques une succession de traitements thermiques, chimiques et mécaniques, pour dissocier les métaux, qui seront ensuite fondus et affinés par électrolyse.

- Vieux portables africains -

"Les industriels ne veulent pas savoir si un métal est recyclé ou pas", ce qui compte pour eux, c'est "qu'il respecte un cahier des charges très précis", relève le patron de la PME normande. La filière intéresse cependant les opérateurs qui se veulent responsables en termes environnementaux.

"L'univers des télécommunications est extrêmement concurrentiel, excessivement agressif, avec une guerre des prix dont on peut voir les effets constamment. (...) Nous savons que c'est souvent sur d'autres terrains que nous pouvons faire la différence", argumente l'ancienne ministre de la Culture Christine Albanel, chargée de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) à Orange.

Et, parmi les attentes des clients, "l'environnement (...) est extrêmement important", souligne-t-elle.

L'opérateur historique veut récupérer d'ici 2020, "par des offres commerciales intéressantes", 30 téléphones usagés pour 100 appareils placés auprès de ses clients français, contre "autour de 20" aujourd'hui.

Une partie de ces mobiles est reconditionnée et revendue d'occasion, notamment en Afrique. Orange -très présent sur ce continent- et Emmaüs y ont d'ailleurs lancé en 2010 un système de collecte de vieux appareils en s'appuyant sur Les Ateliers du Bocage, une entreprise solidaire de l'Ouest de la France, qui recycle notamment les appareils électroniques.

L'association est présente dans cinq pays (Burkina Faso, Bénin, Niger, Côte d'Ivoire, Cameroun), l'objectif étant d'ajouter un pays par an, sur ce continent où les filières de récupération des déchets sont quasi inexistantes. Morphosis a ainsi récupéré au Havre 21 conteneurs de composants issus de ces portables africains.

Il faudra accélérer la cadence si l'on veut aller plus loin dans l'économie circulaire et arriver un jour à fabriquer des appareils en n'utilisant que des matériaux recyclés, un but que s'est récemment donné le géant informatique américain Apple - sans toutefois se fixer d'échéance.

"C'est tout à fait faisable", s'enthousiasme Serge Kimbel, interrogé par l'AFP. "On essaie de prendre contact avec eux pour voir comment réintégrer les métaux qu'on récupère dans la fabrication de leurs nouveaux appareils!".

Comme sur des roulettes, le robot livreur débarque en Chine
Tesla: les frasques d'Elon Musk commencent à inquiéter
Fausses nouvelles: les algorithmes au banc des accusés
Microsoft appelle à une réglementation de la reconnaissance faciale
Facebook: les parents d'une ado allemande décédée autorisés à accéder à son compte
Complexe, le marché des courriers recommandés électroniques aiguise les appétits
Alphabet accentue ses efforts dans les drones et les ballons
Doctolib s'impose comme le champion du rendez-vous médical en ligne
Le géant chinois de la batterie s'installe en sauveur en Allemagne
Les aéroports parisiens passent à la reconnaissance faciale
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La justice resserre l'étau autour de l'usine Alteo de Gardanne et de ses rejets dans les Calanques
A Strasbourg, la révolution verte est en marche
La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies
Egypte: découverte d'un atelier de poterie de plus de 4.500 ans
En Ecosse, un coin reculé des Highlands avant-poste de la conquête spatiale
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.031 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.