ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 19 Juin 2018

SANTE - Publié le 04/05/2017 à 11:04


Une pilule aux mêmes effets que l'exercice physique



Une pilule produit les mêmes effets bénéfiques que l'exercice physique comme brûler la graisse et augmenter l'endurance, montre une étude sur des souris qui offre un espoir aux sédentaires, aux handicapés ou encore aux obèses et aux cardiaques.

Ces chercheurs de l'Institut Salk à San Diego en Californie publient ces travaux mardi dans la revue Cell Metabolism.

Avec cette molécule expérimentale, ils sont parvenus chez les rongeurs à agir notamment sur un gène qui joue un rôle clé pour brûler la graisse de l'organisme et doper l'endurance.

Ils avaient, dans une précédente étude, découvert que des souris génétiquement modifiées pour activer de manière permanente le gène PPAR delta (PPARD) devenaient naturellement des marathoniennes, ne prenaient pas de poids et étaient très réactives à l'insuline. Bref, toutes les qualités qui vont de pair avec la forme physique.

Ces scientifiques, menés par Ronald Evans, sont parvenus aux mêmes résultats avec cette molécule expérimentale dont le nom est GW1516 (GW).

La molécule GW avait été initialement mise au point par les groupes pharmaceutiques britannique GlaxoSmithKline (GSK) et américain Ligand Pharmaceuticals dans les années 1990 pour traiter des maladies du métabolisme et cardiovasculaires.

Mais ce traitement expérimental avait été abandonné après plusieurs essais cliniques en raison apparemment d'un risque de provoquer un cancer quand la substance est prise à hautes doses.

Il y a une dizaine d'années, des tests avec des souris ont révélé que la molécule GW pouvait potentiellement augmenter l'endurance.

Cette découverte a créé un marché noir de cette substance vendue comme complément alimentaire sous le nom d'Endurobol et dont ont abusé certains athlètes durant les jeux Olympiques de Pékin en 2008.

L'année suivante, elle a été interdite par l'Agence mondiale antidopage qui la jugeait dangereuse.

Fonctions cérébrales préservées

Malgré cela, les scientifiques expliquent qu'ils continuent à l'étudier en raison de son important potentiel. La recherche publiée mardi est notamment financée par les Instituts américains de la santé (NIH).

Dans cette dernière étude, les souris sédentaires traitées ont couru dans une roue pendant 270 minutes avant d'être épuisées, alors que les souris soumises à la même épreuve mais sans le GW ont atteint leurs limites après seulement 160 minutes.

Ce gain d'endurance de 70% s'est également accompagné d'autres bienfaits pour la santé, sans modification physiologique des muscles cependant.

Ainsi les souris traitées pendant deux mois avec la molécule GW ont pris nettement moins de poids et ont mieux contrôlé leur glycémie. Cela laisse penser que cette substance pourrait aussi aider les diabétiques.

"On sait déjà qu'on améliore son endurance par l'entraînement physique", relève le professeur Evans, de l'Institut médical Howard Hughes et patron de la chaire de biologie moléculaire à l'Institut Salk.

"La question qui se posait pour nous était de comprendre le mécanisme de l'endurance et de déterminer dans ce cas s'il était possible de remplacer l'exercice physique par un médicament", poursuit-il.

Cette expérience a montré que la molécule GW modifiait en fait l'expression de 975 gènes.

Les gènes qui jouent un rôle pour brûler la graisse devenaient plus actifs dans les muscles des souris tandis que ceux brûlant les sucres cessaient ou ralentissaient leur activité. La molécule fait donc brûler la graisse de l'organisme plus rapidement et le sucre plus lentement.

"Cette étude suggère que le processus de brûler la graisse est moins important dans l'endurance que le mécanisme compensatoire de conserver le glucose", résume Michael Downes, un scientifique de l'Institut Salk, principal co-auteur de cette recherche.

"Par son action, le gène PPARD bloque le métabolisme du sucre dans les muscles de manière à conserver le glucose pour le cerveau, permettant ainsi de préserver les fonctions cérébrales", explique-t-il.

Moins sucrée, plus naturelle: quand la pâtisserie cherche à allier bon et sain
L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme maladie par l'OMS
De Perpignan à Winnipeg, le combat de Julien face à une maladie orpheline
Une séance de gymnastique de l'oeil contre le stress des urgences ?
Les professionnels du lait alertent sur la confusion avec les jus végétaux
La barre des 6.000 greffes par an dépassée pour la première fois
La télémédecine remboursée à partir de septembre
UFC-Que choisir dénonce "l'explosion" des tarifs des complémentaires
Le don d'organes, une chaîne de vie
Flambée de rougeole en Ukraine : 20.500 malades dont 11 morts cette année
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le trouble de l'érection serait un symptôme d'un dysfonctionnement cardiaque
Moins sucrée, plus naturelle: quand la pâtisserie cherche à allier bon et sain
Les avions Rafale en sourdine pendant le bac
Au Sirha Green, les chefs repeignent la cuisine en vert
L'orang-outang le plus âgé du monde meurt dans un zoo australien
 LES PLUS LUS 
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Reforestation: un appel à projets pour planter un million d'arbres
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.030 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.