ACCUEIL | FLUX RSS | APPLI ANDROID
Mercredi 25 Avril 2018

SEXO - Publié le 22/04/2017 à 17:23


Lecture: pourquoi des différences entre garçons et filles?



25423        

Deux chercheuses de l’université de Stavanger, en Norvège, ont montré que les différences des tests de lecture à l’école entre filles et garçons venaient des tests eux-mêmes.

Depuis des années, cela intrigue tout le monde: dans tous les résultats de tests de lecture à l’école entre filles et garçons, quel que soit l’âge, quel que soit le pays, les filles devancent les garçons. Mais arrivés à l’âge adulte, cette différence disparaît mystérieusement.

Ces tests d’habileté à la lecture s’attachent à mesurer la façon dont la personne testée peut extraire de l’information du texte lu, le comprendre, l’interpréter, le comparer, l’évaluer. Que ce soit dans les études Pires pour les 10 ans, Pisa pour les 15 ans, pour les pays scandinaves et pour ceux de l’OCDE, une nette différence apparaît en faveur d’une meilleure habileté des filles à la lecture, qui s’accentue d’ailleurs entre 10 et 15 ans. Mais dans les études types PIAAC (s’intéressant aux 16-24 ans), plus aucune différence n’apparaît.

Les femmes en général ont plus de facilité avec certains textes

De nombreuses hypothèses ont été émises et testées pour expliquer cet état de fait. Une différence intrinsèque d’intelligence entre filles et garçons a très vite été écartée. De même, une précocité plus marquée chez elles n’explique rien. Pas plus que des réactions différentes à des façons d’enseigner. Ou qu’à des sollicitations différentes envers les filles que les garçons…

Deux chercheuses de l’université de Stavanger (Norvège) se sont demandé si les différences relevées ne seraient pas dues aux tests eux-mêmes, à la façon dont ils étaient conçus, rédigés et «notés» (travaux publiés dans Assessment of Education). «Nous avons montré que la façon dont étaient conçus les tests pour les scolaires, Pires et Pisa, favorisait les filles», affirme ainsi avec assurance Oddny Judith Solheim, l’une des deux auteures des travaux. «Le test PIAAC est conçu différemment. Et il ne donne pas de différences filles/garçons…»

Les chercheuses ont ainsi mis en évidence que les femmes en général avaient plus de facilité avec des textes «longs», descriptifs, narratifs, de fiction, etc., alors que les hommes se débrouillaient mieux avec du texte «discontinu», textes courts, tableaux, courbes, plus factuels que d’imagination. Ces différences sont accentuées dans Pires et Pisa, mais gommées dans PIAAC. Qui se charge d’élaborer les prochains tests?

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire


 Publicité 
 Top News 
Médicaments, l'invisible pollution de l'eau
Mexique: l'homme le plus gros du monde en passe d'être opéré
Comment Facebook filtre notre connaissance du monde?
A Marseille, l'agriculture urbaine prend ses quartiers Nord
Google installe de vrais clients dans ses voitures autonomes
L'infection pulmonaire: un risque de dégradation chez les personnes âgées
Microsoft dévoile les caractéristiques de sa nouvelle Xbox
Une société bordelaise découvre une algue bio-pesticide prometteuse
Le Vietnam de nouveau confronté à la mort de milliers de poissons
ISS: un village lunaire international suscite des réactions positives
 Publicité 
 En image 
 Dernières réactions 
24/04/2018 - 17:52 - Christophe
Bon appétit! Beurk... ...
18/01/2016 - 17:34 - eric
Chez moi: ni bureau, ni papiers, aucune bureaucratie. ...
17/12/2015 - 15:37 - gilles
Je vois une erreur dans ce calcul. Car on ne ...
10/11/2015 - 20:51 - carole ferrer
DES PROMESSES JE N AI PLUS AUCUNE CONFIANCE DANS LES ...
17/03/2014 - 01:21 - Micha
Bordélique de nature je bosse nettement le jour dans l'année ...
 Publicité 


2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.028 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.