ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 20 Juillet 2018

SEXO - Publié le 22/04/2017 à 15:47


Les neurones du flirt ont été localisés dans le cerveau



Des chercheurs américains ont réussi, chez des souris, à associer un comportement sexuel à des neurones précis parmi des milliers.

L’attirance innée que la plupart d’entre nous éprouvent pour le sexe opposé trouve sa source dans un circuit nerveux qui a été identifié au plus profond de notre cerveau par des chercheurs de l’université de Caroline du Nord aux États-Unis.

Les biologistes ont dans un premier temps découvert dans une région responsable du comportement de reproduction, l’hypothalamus des souris femelles, des neurones qui réagissaient fortement à l’odeur du mâle. L’activation artificielle spécifique de ces neurones a provoqué une nette préférence des femelles pour la compagnie des mâles, preuve de leur rôle essentiel dans ce comportement. «Cette étude confirme en direct, sur des animaux vivants, quelque quarante ans de recherches dans le domaine», témoigne Philippe Ciofi, chercheur de l’Inserm spécialiste de l’hypothalamus à Bordeaux.

Un comportement associé à des neurones précis

Même appréciation de la part de Sakina Mhaouty-Kodja, chercheuse à l’université Pierre-et-Marie-Curie à Paris, qui étudie les bases hormonales du comportement: «Ce travail est une prouesse car un comportement a pu être associé à des neurones précis parmi les milliers de l’aire préoptique médiane intervenant dans la reconnaissance sociale et sexuelle chez la souris, et ils semblent distincts de ceux responsables du comportement maternel.»

Les chercheurs ont d’abord introduit le gène d’un marqueur fluorescent d’activation dans les neurones à contrôler. Cela leur a permis d’observer directement, par microscopie intracérébrale des animaux vivants, l’activation de ces cellules nerveuses par l’odeur de souris mâles. Puis les biologistes ont rendu ces mêmes neurones activables par la lumière. Quand une minifibre optique a fourni un éclairage laser sur ces neurones dans le cerveau des souris, celles-ci ont recherché la compagnie des mâles. Le même comportement a ensuite pu être induit chez les souris mâles pour les souris femelles.

Une précision jamais atteinte

«Ces nouvelles approches d’optogénétique et d’imagerie par microscopie in vivo permettent d’interroger le fonctionnement des circuits de neurones avec une précision jamais atteinte, témoigne Philippe Ciofi. Il devient possible de tester in vivo, par une seule expérience et sur un seul individu, un concept dans toutes ses composantes de façon simultanée.» Détail important, cette activation n’est possible chez les souris femelles qu’en présence des hormones sexuelles, ce qui explique l’intérêt cyclique des femelles pour l’odeur et la compagnie des mâles. Mieux, ces neurones stimulent directement le circuit de la récompense, qui permet de renforcer ces comportements, révèle l’étude publiée dans la revue Nature Neuroscience.

«Les instincts fondamentaux de l’individu, comme de boire, manger, attaquer ou fuir, ainsi que ceux de l’espèce, comme de se reproduire, sont fonctionnellement liés à ce circuit qui procure apaisement, soulagement et plaisir», précise Philippe Ciofi. Là encore, chez les femelles mais pas chez les mâles, l’effet de récompense n’est apparu qu’en présence des hormones sexuelles, dont l’action apparaît décisive à de nombreux niveaux cérébraux pour le comportement.

Le rôle de ces neurones dans le rapprochement des sexes ne concerne pas que les mammifères: il a aussi été mis en évidence chez les oiseaux. Avec cette étude, un élément crucial pour les élans du cœur entre les hommes et les femmes, ressort important de la culture et du comportement humains, a probablement été découvert.

Gonorrhée : espoir pour un nouveau traitement
Sites de rencontres : hommes et femmes n'auraient pas les mêmes exigences de niveau d'instruction
Sperme dégradé, puberté précoce: des causes probablement environnementales
Manger des noix améliore la qualité du sperme
Au Cambodge, une blogueuse féministe brise les tabous du sexe
Le transsexualisme ne doit plus être considéré comme une maladie mentale, dit l'OMS
Le trouble de l'érection serait un symptôme d'un dysfonctionnement cardiaque
Les femmes se méfient des hommes qui affichent leur richesse
Chirurgie intime masculine: pour quelques centimètres de plus...
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La justice resserre l'étau autour de l'usine Alteo de Gardanne et de ses rejets dans les Calanques
A Strasbourg, la révolution verte est en marche
La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies
Egypte: découverte d'un atelier de poterie de plus de 4.500 ans
En Ecosse, un coin reculé des Highlands avant-poste de la conquête spatiale
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.026 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.