ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 18 Septembre 2018

SEXO - Publié le 22/04/2017 à 15:47


Les neurones du flirt ont été localisés dans le cerveau



Des chercheurs américains ont réussi, chez des souris, à associer un comportement sexuel à des neurones précis parmi des milliers.

L’attirance innée que la plupart d’entre nous éprouvent pour le sexe opposé trouve sa source dans un circuit nerveux qui a été identifié au plus profond de notre cerveau par des chercheurs de l’université de Caroline du Nord aux États-Unis.

Les biologistes ont dans un premier temps découvert dans une région responsable du comportement de reproduction, l’hypothalamus des souris femelles, des neurones qui réagissaient fortement à l’odeur du mâle. L’activation artificielle spécifique de ces neurones a provoqué une nette préférence des femelles pour la compagnie des mâles, preuve de leur rôle essentiel dans ce comportement. «Cette étude confirme en direct, sur des animaux vivants, quelque quarante ans de recherches dans le domaine», témoigne Philippe Ciofi, chercheur de l’Inserm spécialiste de l’hypothalamus à Bordeaux.

Un comportement associé à des neurones précis

Même appréciation de la part de Sakina Mhaouty-Kodja, chercheuse à l’université Pierre-et-Marie-Curie à Paris, qui étudie les bases hormonales du comportement: «Ce travail est une prouesse car un comportement a pu être associé à des neurones précis parmi les milliers de l’aire préoptique médiane intervenant dans la reconnaissance sociale et sexuelle chez la souris, et ils semblent distincts de ceux responsables du comportement maternel.»

Les chercheurs ont d’abord introduit le gène d’un marqueur fluorescent d’activation dans les neurones à contrôler. Cela leur a permis d’observer directement, par microscopie intracérébrale des animaux vivants, l’activation de ces cellules nerveuses par l’odeur de souris mâles. Puis les biologistes ont rendu ces mêmes neurones activables par la lumière. Quand une minifibre optique a fourni un éclairage laser sur ces neurones dans le cerveau des souris, celles-ci ont recherché la compagnie des mâles. Le même comportement a ensuite pu être induit chez les souris mâles pour les souris femelles.

Une précision jamais atteinte

«Ces nouvelles approches d’optogénétique et d’imagerie par microscopie in vivo permettent d’interroger le fonctionnement des circuits de neurones avec une précision jamais atteinte, témoigne Philippe Ciofi. Il devient possible de tester in vivo, par une seule expérience et sur un seul individu, un concept dans toutes ses composantes de façon simultanée.» Détail important, cette activation n’est possible chez les souris femelles qu’en présence des hormones sexuelles, ce qui explique l’intérêt cyclique des femelles pour l’odeur et la compagnie des mâles. Mieux, ces neurones stimulent directement le circuit de la récompense, qui permet de renforcer ces comportements, révèle l’étude publiée dans la revue Nature Neuroscience.

«Les instincts fondamentaux de l’individu, comme de boire, manger, attaquer ou fuir, ainsi que ceux de l’espèce, comme de se reproduire, sont fonctionnellement liés à ce circuit qui procure apaisement, soulagement et plaisir», précise Philippe Ciofi. Là encore, chez les femelles mais pas chez les mâles, l’effet de récompense n’est apparu qu’en présence des hormones sexuelles, dont l’action apparaît décisive à de nombreux niveaux cérébraux pour le comportement.

Le rôle de ces neurones dans le rapprochement des sexes ne concerne pas que les mammifères: il a aussi été mis en évidence chez les oiseaux. Avec cette étude, un élément crucial pour les élans du cœur entre les hommes et les femmes, ressort important de la culture et du comportement humains, a probablement été découvert.

Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni
De l'influence des textos sur les relations amoureuses
Quand on veut être père, mieux vaut porter le caleçon
Gonorrhée : espoir pour un nouveau traitement
Sites de rencontres : hommes et femmes n'auraient pas les mêmes exigences de niveau d'instruction
Sperme dégradé, puberté précoce: des causes probablement environnementales
Manger des noix améliore la qualité du sperme
Au Cambodge, une blogueuse féministe brise les tabous du sexe
Le transsexualisme ne doit plus être considéré comme une maladie mentale, dit l'OMS
Le trouble de l'érection serait un symptôme d'un dysfonctionnement cardiaque
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'espérance de vie des Européens, en hausse mais menacée par l'obésité
Plan santé: il y aura des mesures sur la psychiatrie selon Agnès Buzyn
Évaluation de l'homéopathie: la Haute autorité de santé peaufine sa méthode
Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques
Colombie: naissance en captivité d'un singe araignée, espèce menacée
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Mars à son plus près de la Terre en 15 ans
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
La Nasa présente les astronautes qui iront dans les premières capsules spatiales privées
Les villes, des bulles de chaleur à rafraîchir
Comme une apparence de normalité à la centrale de Fukushima
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.032 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.