ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 15 Juin 2019

SCIENCE - Publié le 02/09/2016 à 14:17


L'apparition de la vie sur Terre plus ancienne qu'on ne le pensait



L'apparition de la vie sur Terre, un des grands mystères de la science, remonte à bien plus longtemps qu'on ne le pensait, selon des chercheurs qui ont découvert des fossiles laissant penser que le processus s'est enclenché il y a au moins 3,7 milliards d'années.

"Cette découverte constitue une nouvelle référence" dans la recherche des premières traces de vie sur Terre, a déclaré dans un communiqué Martin Julian Van Kranendonk, expert en géologie de l'Université de Nouvelle-Galles du Sud et coauteur d'une étude parue dans la revue britannique Nature.

Elle avance en effet le curseur de 220 millions d'années par rapport aux plus anciennes traces de vie connues, faisant remonter l'existence d'organismes à une époque où la Terre était encore toute jeune.

Jusqu'à aujourd'hui, la plus veille preuve de vie avait été découverte par des chercheurs australiens et canadiens dans les roches de Strelley Pool Chert, dans la région de Pilbara en Australie. Elle avait environ 3,5 milliards d'années.

Ces nouveaux fossiles, des formations géologiques hautes de 1 à 4 centimètres, ont été trouvés à la surface du sol après la fonte d'une plaque de glace dans le massif d'Isua, dans le sud-ouest du Groenland.

Appelés stromatolites, ils prouvent que la vie était déjà apparue quelque 800 millions d'années après la formation de la Terre, elle-même née il y a environ 4,5 milliards d'années, selon Allen Nutman de l'Université australienne de Wollongong, auteur principal de l'étude.

Ces stromatolites, des roches carbonatées en forme de chou-fleur, se forment lorsque des micro-organismes, comme certains types de bactéries, sont piégés dans les couches de sédiments.

Ces couches s'accumulent au fil des siècles et constituent de la roche, protégeant les fossiles des méfaits du temps.

- Idem sur Mars ? -

Les structures et la chimie de ces fossiles laissent penser à une activité microbienne et donc "à une origine biologique", signe "d'une émergence rapide de la vie sur Terre", d'après Allen Nutman.

Selon l'étude, cette découverte vient corroborer d'autres preuves génétiques de l'existence d'une certaine forme de vie en ces temps très anciens.

Mais d'autres experts sont plus circonspects.

"Des structures" ressemblant aux stromatolites "peuvent se former sans la présence du moindre organisme vivant", note Abigail Allwood de l'Institut de Technologie de Californie (CalTec) dans un commentaire sur l'étude.

Car ce n'est pas directement la vie que les chercheurs australiens ont retrouvée. Il n'y a aucun résidu organique ou cellulaire dans les fossiles. Ce qu'ils décrivent, ce sont des "constructions" dans les sédiments qui pourraient être l'oeuvre de microbes.

"L'identification des stromatolites est notoirement difficile dans les plus anciennes roches de la Terre", précise Abigail Allwood, estimant que les résultats de cette étude devraient "susciter la controverse".

Mais si cette découverte était confirmée, elle pourrait, selon ses auteurs, aider aussi à la recherche de la vie sur Mars, considérée comme la planète du système solaire la plus propice à l'existence de formes de vie car elle est dotée d’une atmosphère contenant de l’eau sous forme de vapeur et de glace.

"Il y a 3.700 millions d'années, Mars était probablement encore humide, avec même des océans", a expliqué à l'AFP Allen Nutman. "Si la vie s'est développée si rapidement sur la Terre, permettant la formation de choses comme ces stromatolites, il pourrait être plus facile de détecter des signes de vie sur Mars".

"Au lieu d'étudier uniquement la signature chimique de la planète, nous pourrions être en mesure de voir sur les images de Mars des choses comme des stromatolites", a-t-il ajouté.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Les plus vieilles traces d'usage de cannabis découvertes en Asie centrale
Les poissons aussi ont des chagrins d'amour
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
En Bolivie, ces tours funéraires pré-inca qui ont survécu au passage du temps
Italie: l'Etna se réveille
La fin de Néandertal expliquée par une baisse de la fécondité
Chez des singes d'Afrique, la communication en partie innée
Décès du physicien Murray Gell-Mann, découvreur des quarks
De la bière des pharaons recréée avec une levure de 3.000 ans
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La conquête de l'espace en dix grandes dates
Il y a bientôt 50 ans, deux Américains marchaient sur la Lune
Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Une épidémie menace un perroquet en danger d'extinction
Bonheur et Harmonie : deux pandas prometteurs pour la survie de l'espèce
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.