ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Octobre 2018

SCIENCE - Publié le 16/06/2016 à 16:04


Petite cervelle, grandes habilités: les oiseaux dopés par leurs neurones



Malgré une petite cervelle, certains oiseaux font preuve d'une capacité cognitive étonnante qui s'expliquerait par un plus grand nombre de neurones, ont découvert des scientifiques dont les travaux sont publiés lundi.

Ainsi le cerveau du perroquet Ara a la taille d'une noix sans la coque tandis que la cervelle d'un macaque est aussi grand, en volume, qu'un citron.

Mais ce perroquet compte beaucoup plus de neurones que le primate, logés dans la partie de son cerveau qui est importante pour l'intelligence, ont déterminé ces chercheurs dont les travaux sont publiés dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

Les scientifiques se disent surpris des résultats de cette première étude à avoir systématiquement mesuré le nombre de neurones dans le cerveau d'une vingtaine d'espèces d'oiseaux, dont la taille variait du minuscule diamant mandarin à l'émeu qui mesure jusqu'à 1,90 mètre.

Ils ont constaté que tous ces oiseaux comptaient plus de neurones, pour la même masse cérébrale, que les mammifères et même des primates.

"Pendant longtemps, s'entendre dire qu'on avait une cervelle d'oiseau n'était pas flatteur mais maintenant, cela devrait être un compliment", a commenté Suzana Herculano-Houzel, professeur de neurosciences à l'université américaine Vanderbilt et principal auteur de cette étude.

Ces travaux apportent une réponse aux questions soulevées par les chercheurs depuis plus de dix ans: comment des oiseaux avec d'aussi petits cerveaux peuvent-ils effectuer des tâches complexes?

Des perroquets et des corneilles ont ainsi démontré des capacités cognitives comparables à celles des primates. Ils peuvent fabriquer des outils et les utiliser pour saisir de la nourriture ou résoudre d'autres problèmes. Ils se reconnaissent aussi dans un miroir et anticipent de futurs besoins: des capacités cognitives dont on pensait jusqu'alors que seuls les primates étaient capables.

"Nous avons découvert que les oiseaux, particulièrement les oiseaux chanteurs et les perroquets, avaient un grand nombre de neurones dans le pallium, la partie du cerveau correspondant au cortex cérébral qui est important pour des fonctions cognitives supérieures, comme planifier l'avenir... Ce qui explique pourquoi ils montrent des niveaux d'intelligence au moins aussi complexes que chez les primates", précise Suzana Herculano-Houzel.

Les neurones dans la cervelle des oiseaux sont beaucoup plus petits et plus concentrés que chez les mammifères, précisent les chercheurs. Le cerveau des perroquets et des oiseaux chanteurs renferment par exemple deux fois plus de neurones que le cerveau de primates ayant la même taille et de deux à quatre fois plus que ceux des rats et souris.

Bien que le lien entre intelligence et nombre de neurones n'a pas été fermement établi, ces scientifiques estiment que les cervelles d'oiseaux contenant le même nombre de neurones, et davantage, que ceux des cerveaux beaucoup plus grands de mammifères peut potentiellement produire "une puissance cognitive" supérieure.

Une solution pour exploiter les données génétiques sans violer la vie privée
Découverte rare de traces d'un bateau viking en Norvège
L'évolution des buveurs de lait
Kilo: le grand K bientôt déboulonné de son piédestal
Le prix Nobel de physique à trois pionniers des lasers
Un scientifique émet des propos sexistes lors d'un atelier du CERN
Une tiquothèque pour connaître l'insecte suceur de sang
Le Titan de Vorombe remporte le titre de plus gros oiseau du monde
Kilo, ampère, kelvin... Petite révolution à venir dans les unités de mesure
Des tests ADN pour mieux traquer les trafiquants d'ivoire
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La mission européenne BepiColombo en route vers la planète Mercure
Dès trois ans, des enfants apprennent les gestes pour sauver des vies
Iter: des dizaines d'années et des milliards d'euros pour un chantier titanesque
Dans les mers australes, des albatros espions sur la trace de pêches illégales
Une solution pour exploiter les données génétiques sans violer la vie privée
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.061 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.